Camel Meriem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camel Meriem
Loco-Appolon (4).jpg
Meriem avec l'Apollon Limassol en septembre 2014.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (36 ans)
Lieu Audincourt (Doubs)
Taille 1,74 m (5 9)
Période pro. 1998-2015
Poste Milieu offensif
Pied fort Ambidextre
Parcours junior
Saisons Club
0000-1998 Drapeau : France FC Sochaux
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1998-2002 Drapeau : France FC Sochaux 092 0(9)
2002-2005 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 104 0(9)
2003-2004 Drapeau : France Olympique de Marseille 049 0(4)
2005-2009 Drapeau : France AS Monaco 134 (11)
2010 Drapeau : Grèce Áris FC 013 0(0)
2010-2011 Drapeau : France AC Arles-Avignon 034 0(2)
2011-2013 Drapeau : France OGC Nice 052 0(3)
2013-2015 Drapeau : Chypre Apollon Limassol 080 0(5)
Total 551 (41)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1999-2002 Drapeau : France France espoirs 011 0(0)
2004-2005 Drapeau : France France 003 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 1er septembre 2013

Camel Meriem, né le à Audincourt (Doubs), est un footballeur international français.

Pur produit du centre de formation du FC Sochaux, Meriem fait ses premières armes professionnelles en D2 avec le FCSM. Monté en Ligue 1, il quitte son club de toujours pour les Gir. de Bordeaux au bout de six mois. Avec Bordeaux, il remporte la Coupe de la Ligue dès sa première saison puis est finaliste de l'Euro espoirs 2002. Au retour d'un prêt d'un an à l'Olympique de Marseille, il devient international français. Durant la saison 2004-2005, il connaît ses trois seules sélections.

En 2005, Camel Meriem rejoint l'AS Monaco où il évolue quatre saisons mais ne parvient pas à confirmer tout l'espoir placé en lui. Libre à l'été 2009, il met plusieurs mois à trouver un club avant de passer un an à Arles-Avignon puis deux à l'OGC Nice. Il finit sa carrière dans le club chypriote de l'Apollon Limassol de 2013 à 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation sochaliennes[modifier | modifier le code]

Camel Meriem débute le football dans son quartier. Malgré son petit gabarit, il est autant à l'aise sur les trottoirs que sur les pelouses qu'il commence à écumer des la catégorie poussin avec le FC Sochaux. Souvent dans les pas de son père, ouvreir à l'usine Peugeot et milieu défensif amateur à Dasle, le petit aux origines kabyles joue tout le temps et développe rapidement des qualités techniques au dessus de la moyenne. Droitier naturel, le frêle meneur de jeu possède une ambidextrie naturelle. Le week-end, le jeune Camel marque but sur but avant d'aller supporter l'équipe fanion des Lions du FCS au Stade Auguste-Bonal[1].

À quinze ans, Camel Meriem intègre le centre de formation sochalien où évoluent déjà Pierre-Alain Frau et Benoît Pedretti. Après les « moins de 15 » puis les « moins de 17 ans », il effectue une saison complète avec l'équipe réserve en CFA et, à la fin de la saison obtient son Bac ES[1].

Débuts professionnels au FC Sochaux (1998-2002)[modifier | modifier le code]

Le 11 novembre 1998, Camel Meriem effectue ses premiers pas en première division contre Bastia (2-1). Mais au terme de la saison, Sochaux est relégué en Division 2. Le jeune milieu dispute dix-sept matchs et marque son premier but professionnel. Les débuts en seconde division commence mal pour Meriem : au mois d'août 1999, il est victime d'une rupture des ligaments du genou gauche contre Toulouse[1].

Il contribue à la remontée de l'équipe en Ligue 1 en mai 2001 et se voit catalogué par les médias comme le « nouveau Zidane »[2]. Désormais les grands clubs français s’intéressent à lui mais les dirigeants francs-comtois le déclarent intransférable. Au mercato d'hiver, l'Olympique lyonnais est acheteur mais, le 6 janvier 2002, Camel choisit les Girondins de Bordeaux pour quatre ans et demi et 7,6 M€[1].

Du mal à confirmer avec Bordeaux et Marseille (2002-2005)[modifier | modifier le code]

Deux jours après son arrivée à Bordeaux, Camel Meriem dispute son premier match à l'occasion du huitième de finale de Coupe de la Ligue contre l'Olympique lyonnais, compétition qu'il remporte à la fin de la saison. Le 20 avril, à l'occasion de la finale contre le FC Lorient au Stade de France, Meriem est l'auteur d'un but et d'une passe décisive lors du succès girondins (3-0)[1].

Mais sous le maillot girondin, Meriem peine à véritablement exploser et à s'imposer comme un élément clé. Prêté en 2003 à l'Olympique de Marseille, il se montre enfin sous son meilleur jour et devient l'un des principaux artisans de l'épopée marseillaise en Coupe UEFA, qui s'achève en finale contre le FC Valence.

De retour aux Girondins de Bordeaux à l'été 2004, Camel Meriem connaît dans la foulée sa première sélection en équipe de France. À chaque fois remplaçant, Camel Meriem se distingue par des rentrées plutôt réussies en seconde période. Mais ces premières prestations encourageantes avec les Bleus tranchent avec une saison globalement ratée avec les Girondins de Bordeaux où Camel Meriem ne se montre que rarement à son avantage.

Quatre ans à Monaco (2005-2009)[modifier | modifier le code]

Camel Meriem évolue sous les couleurs de l'AS Monaco à partir de l'été 2005. Souvent transparent, Meriem n'aura jamais réussi à se montrer au niveau. Il sera très décrié par les supporters monégasques pour son irrégularité. Devenu un symbole de la médiocrité monégasque, il sera même affublé du surnom de Casper en référence au fantôme homonyme.

En juin 2009, Camel Meriem quitte l'AS Monaco où il n'aura pas laissé un souvenir impérissable.

Errement avant Salonique puis Arles-Avignon (2009-2011)[modifier | modifier le code]

Il lui faudra plus de 6 mois pour trouver un nouveau club et il signe le 12 janvier 2010 avec les Blackburn Rovers après plusieurs essais. Quelques jours après, la Ligue anglaise de football invalide le transfert, mettant en cause le nombre important de joueurs étrangers chez les Rovers et le fait que la Ligue compte adopter le « 6 + 5 » (6 Anglais + 5 étrangers)[3]. Après moult turpitudes et avoir été refusé par Grenoble, lanterne rouge de la Ligue 1, lors du dernier jour du mercato, il signe le 5 février 2010 à l'Aris Salonique. Il résiliera finalement son contrat en fin de saison.

Le 9 août 2010, Camel Meriem s'engage à l'AC Arles-Avignon pour une saison plus une autre en option[4]. Il y réalise une saison « honorable » malgré le naufrage collectif de son équipe[réf. nécessaire].

Nice et Chypre pour finir (2011-2015)[modifier | modifier le code]

Le 4 juin 2011, il signe un contrat de deux ans à l'OGC Nice[5] où il doit porter le numéro 10. Pour son premier match sous les couleurs de Nice, il adresse une passe décisive à Anthony Mounier. Malgré une première saison peu concluante, il retrouve un bon niveau de jeu la saison suivante et marque trois buts lors de la première partie de saison. Néanmoins, peu utilisé par Claude Puel durant la saison 2012-2013 et arrivant en fin de contrat, il est laissé libre par le club niçois en juin 2013.

L'Apollon Limassol annonce le recrutement du joueur[6]. Camel Meriem y a une place importante, car il est souvent titulaire.

En équipe de France[modifier | modifier le code]

Après une première partie de saison avec le FC Sochaux, puis une deuxième avec les Girondins de Bordeaux, Camel Meriem est sélectionné pour disputer le Championnat d'Europe espoirs 2002 avec l'équipe de France. la compétition s'achève en finale et une défaite aux tirs-au-but (0-0 tab 1-3)[1].

À l'été 2004, Camel Meriem connaît sa première sélection en équipe de France de football en match amical contre la Pologne en novembre 2004. Ces premières prestations encourageantes avec les Bleus tranchent avec une saison globalement ratée avec les Girondins de Bordeaux.

Il est le seul à porter le no 10 laissé vacant par Zidane, avant son retour. Il n'est plus appelé en Équipe de France à partir de juillet 2005.

Style de jeu : meneur de jeu technique[modifier | modifier le code]

Camel Meriem évolue au poste de meneur de jeu. Il se démarque par son aisance rare des deux pieds. Doué d'une technique et d'une vision du jeu au dessus de la moyenne, Meriem excelle dans l'art de faire marquer ses coéquipiers. Psychologiquement, il est réservé, humble et possède une grosse volonté que ce soit pour progresser ou revenir de blessure[1].

Fan de Zinédine Zidane, il possède avec lui plusieurs points communs. D'origine kabyle, il est meneur de jeu, possède une bonne technique, est timide et reservé et après sa formation rejoint les Girondins de Bordeaux[1].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Ce tableau présente les statistiques de Camel Meriem[7],[8].

Statistiques de Camel Meriem au 29 mai 2016[9]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
1998-1999 Drapeau de la France FC Sochaux-Montbéliard D1 18 1 1 2 0 - 4 0 - - - - - - - - 24 1 1
1999-2000 Drapeau de la France FC Sochaux-Montbéliard D2 17 3 2 - - - - - - - - - - - - - 17 3 2
2000-2001 Drapeau de la France FC Sochaux-Montbéliard D2 31 3 8 2 0 1 - - - - - - - - - - 33 3 9
2001-2002 Drapeau de la France FC Sochaux-Montbéliard D1 16 2 2 1 0 1 1 0 1 - - - - - - - 18 2 4
Sous-total 82 9 13 5 0 2 5 0 1 - - - - - - - 92 9 16
2001-2002 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux D1 14 1 0 1 0 0 4 1 1 - - - - - - - 19 2 1
2002-2003 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Ligue 1 33 1 6 4 0 2 2 0 0 C3 5 0 0 - - - 44 1 8
jui-aou 2003 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Ligue 1 3 0 0 - - - - - - - - - - - - - 3 0 0
2003-2004 Drapeau de la France Olympique de Marseille (prêt) Ligue 1 31 3 - 2 0 - 2 0 - C1+C3 5+9 0+1 2+1 - - - 49 4 3
Sous-total 31 3 - 2 0 - 2 0 - - 14 1 3 - - - 49 4 3
2004-2005 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Ligue 1 33 6 6 2 0 0 1 0 0 - - - - 3 0 0 39 6 6
Sous-total 83 8 12 7 0 2 7 1 1 - 5 0 0 3 0 0 105 9 15
2005-2006 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 30 3 7 2 0 - 4 1 - C1+C3 2+6 0 0+1 - - - 44 4 8
2006-2007 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 25 2 2 3 2 - 1 0 - - - - - - - - 29 4 2
2007-2008 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 27 2 6 1 0 1 2 0 0 - - - - - - - 30 2 7
2008-2009 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 28 1 2 2 0 0 1 0 0 - - - - - - - 31 1 2
Sous-total 110 8 17 8 2 1 8 1 0 - 8 0 1 - - - 134 11 19
2009-2010 Drapeau de la Grèce Aris Salonique Super League 9 0 1 4 0 - - - - - - - - - - - 13 0 1
Sous-total 9 0 1 4 0 - - - - - - - - - - - 13 0 1
2010-2011 Drapeau de la France AC Arles-Avignon Ligue 1 32 2 5 1 0 0 1 0 0 - - - - - - - 34 2 5
Sous-total 32 2 5 1 0 0 1 0 0 - - - - - - - 34 2 5
2011-2012 Drapeau de la France OGC Nice Ligue 1 20 0 2 1 0 0 2 0 0 - - - - - - - 23 0 2
2012-2013 Drapeau de la France OGC Nice Ligue 1 24 3 1 2 0 0 3 0 1 - - - - - - - 29 3 2
Sous-total 44 3 3 3 0 0 5 0 1 - - - - - - - 52 3 4
2013-2014 Drapeau de Chypre Apollon Limassol First Division 34 3 - 6 1 - - - - C3 6 0 0 - - - 46 4 0
2014-2015 Drapeau de Chypre Apollon Limassol First Division 27 1 - - - - - - - C3 7 0 0 - - - 34 1 0
Sous-total 61 4 - 6 1 - - - - - 13 0 0 - - - 80 5 0
Total sur la carrière 447 37 51 36 1 5 28 2 3 - 40 1 4 3 0 0 554 41 63

Palmarès[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Laurent Maltret & Éric Renard, « L'espoir du mois : Camel Meriem, l'étoffe du héros », Onze Mondial, no 164,‎ , p. 68 à 71 (ISSN 0995-6921)
  2. Ils devaient tous succéder à Zizou : Camel Meriem, Les Dessous du Sport, 17 juillet 2008
  3. Meriem à Blackburn ça bloque
  4. « Meriem se relance à Arles-Avignon », L'Équipe,‎
  5. Camel Meriem signe deux ans à Nice, Nice-Matin, 4 juin 2011
  6. « Meriem deux ans à Limassol », sur www.lequipe.fr,‎ (consulté le 2 novembre 2014)
  7. « Scapulaire », sur scapulaire.com (consulté le 29 mai 2016)
  8. « AS Monaco, un club une histoire », sur a.s.monaco.free.fr
  9. « Statistiques de Camel Meriem », sur footballdatabase.eu