Irène Frachon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Irène Frachon
Image dans Infobox.
Irène Frachon à Plougonvelin (Finistère) le .
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Irène Allier
Nationalité
Formation
Hôpitaux universitaires Paris Ouest (d) (docteur en médecine) ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Parentèle
Jacques Allier (grand-père)
Raoul Allier (arrière-grand-père)
Hubert Meyer (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Irène Frachon est une pneumologue française, née le à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

En poste au centre hospitalier universitaire de Brest, elle joue un rôle décisif dans l'affaire du Mediator (benfluorex), médicament utilisé comme coupe-faim, commercialisé en France par les laboratoires Servier de 1976 à 2009, qui aurait provoqué la mort de nombreux patients jusqu'à son retrait en 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Irène Allier est issue d’une famille protestante des Charentes et revendique l'influence d’Albert Schweitzer[1].

Ses parents sont ingénieurs[1]. Son grand-père maternel, l’amiral Hubert Meyer, est chargé en 1944 de négocier la reddition du commandant allemand des poches de La Rochelle et de Rochefort[2]. Son grand-père paternel est le banquier Jacques Allier[3], chargé en 1940 de sécuriser l'eau lourde dans le cadre de ses fonctions d'attaché au cabinet du ministre Raoul Dautry[1]. Elle est l'arrière-petite-fille de Raoul Allier, doyen de la faculté de théologie protestante de Paris et dreyfusard[4].

Irène Allier est mariée à Bruno Frachon, polytechnicien et ingénieur général de l'armement[5], spécialiste en hydrographie maritime : celui-ci a notamment été directeur général du service hydrographique et océanographique de la Marine de 2010 à 2019 et a été nommé, en août 2020, conseiller « industrie et relance » de la ministre de la Mer Annick Girardin[6]. Ils sont parents de quatre enfants[7].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle obtient son diplôme de docteur en médecine en 1988. Elle se spécialise en pneumologie à l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart où elle est interne en 1990[8], puis exerce à l’hôpital Foch de Suresnes. En 1996, son mari est muté en Bretagne et elle prend un poste au centre hospitalier universitaire de Brest[9].

Affaire du Mediator[modifier | modifier le code]

En 2007, Irène Frachon constate des cas d'atteintes cardiaques chez des patients, qui sont ou ont été, tous traités par le benfluorex (principe actif du Mediator), un médicament très largement diffusé en France (300 000 traitements) pour servir de coupe-faim en vue de traiter le diabète : le benfluorex serait responsable de plusieurs cas de valvulopathies, une maladie touchant les valves cardiaques. Précédemment alertée sur des problèmes similaires dus à une molécule de la même famille également commercialisée par les laboratoires Servier, la dexfenfluramine (de nom commercial « Isoméride »), elle débute alors une longue étude épidémiologique, qui confirme ses inquiétudes et aboutit au retrait du médicament en par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Le nombre de morts est estimé entre cinq cents et plusieurs milliers[10].

En dépit de nombreuses sollicitations auprès des agences de pharmacovigilance, l'affaire n'est révélée au grand public que près d'un an plus tard, lorsque la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (la CNAMTS) dévoile officiellement le chiffre d'au moins cinq cents morts. Quelques mois plus tôt, en , Irène Frachon avait publié Mediator 150 mg : combien de morts ?, livre relatant tout son combat pour faire interdire le benfluorex. Le sous-titre Combien de morts ? fait l'objet d'un procès en référé à Brest, intenté par les laboratoires Servier, lesquels ont estimé cette mention « accusatoire grave, inexacte et dénigrante[11] ». Le jugement, en faveur du laboratoire, est annulé en par la cour d'appel de Rennes[12].

Elle reçoit le , le prix « Éthique », catégorie « lanceur d’alerte citoyen », lors des prix « Éthiques et Casseroles 2011 » de l’association Anticor.

En 2015, elle proteste publiquement contre la promotion au grade de commandeur de la Légion d'honneur de Henri Nallet, qui était conseiller spécial et personnel de Jacques Servier entre 1997 et 2008, à l'époque où l'attitude des laboratoires Servier a été la plus critiquable[13]. La remise de sa distinction est, en conséquence, mise en suspens[14]. Elle-même refuse la Légion d'honneur[15].

Le biopic La Fille de Brest en 2016 présente son rôle dans la mise en évidence de la responsabilité du Mediator dans la survenue de valvulopathies chez les utilisateurs du produit[16].

Le , à l'annonce du verdict du procès du Mediator, Irène Frachon exprime sa satisfaction relative ; selon elles, les coupables sont condamnés au civil et au pénal, mais les peines et les indemnisations lui apparaissent trop faibles : « Cette condamnation est une immense satisfaction et un très grand soulagement. Les victimes savent aujourd'hui que ce qu'on leur a fait est illégal, que c'est un crime. Là où il y a une frustration c'est que la punition n'est pas à la hauteur de la gravité extrême de ce délit. [...] Il y a des sanctions qui sont faibles et qui peuvent laisser un sentiment de déception. Ce n'est pas qu'il n'y a pas eu escroquerie[a], c'est que c'est prescrit. Le droit est parfois très frustrant. »[17]

Pandémie de covid-19[modifier | modifier le code]

En , Irène Frachon appelle les individus hésitants, notamment ceux qui invoquent le scandale du Mediator pour justifier leur méfiance, à se faire vacciner contre le Covid-19[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages
  • Mediator 150 mg : combien de morts ? (postface Rony Brauman), Brest, éd. Dialogues, coll. « Ouvertures », , 148 p., 21 cm (ISBN 978-2-918135-14-2).
  • Mediator 150 mg : sous-titre censuré (postface Rony Brauman), Brest, éd. Dialogues, coll. « Ouvertures », , 148 p., 21 cm (ISBN 978-2-918135-17-3).
Articles

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En effet, Servier a été relaxé de ce chef d’accusation, car les faits correspondants sont prescrits.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Krémer 2016.
  2. Estelle Saget, « Irène Frachon: "Je suis devenue, sans le vouloir, Mediatorologue" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  3. Cabanel et Encrevé 2020, entrée « Allier, Jacques ».
  4. Émeline Cazi, « Irène Frachon, vigie de la santé », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. De la promotion X1976, cf. « Fiche de Bruno Frachon », sur le site de l’association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique (l’AX), Paris (consulté le ) ; y est notamment indiqué le grade de Bruno Frachon dans la fonction publique : « ingénieur général de l'armement ».
  6. Arrêté du 19 août 2020 portant nomination au cabinet de la ministre de la mer
  7. Eric Favereau, « Du coeur au ventre », sur Libération.fr, (consulté le )
  8. Pierre Bienvault 2010.
  9. Eric Favereau, « Irène Frachon, au nom des victimes », sur liberation.fr, (consulté le ).
  10. Anne Jouan, « Quand Le Figaro dévoilait le scandale du Mediator », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « l'affaire résumée en six articles du Figaro »

  11. « Le livre "Mediator, combien de morts ?" attaqué en justice. Décision le 7 juin », sur letelegramme.fr, (consulté le )
  12. Anne Jouan 2011.
  13. « Légion d'honneur d'Henri Nallet : La lettre au président d'Irène Frachon », sur Libération.fr, (consulté le )
  14. Anne Jouan, « Mediator : la Légion d'honneur d'Henri Nallet en suspens », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. Cabanel et Encrevé 2020, entrée « Frachon, Irène ».
  16. « Mediator : Irène Frachon "très heureuse" que le scandale soit porté au cinéma », sur leparisien.fr, (consulté le )
  17. « Procès du Mediator : "Les victimes savent aujourd'hui que ce qu'on leur a fait est illégal, que c'est un crime", explique la pneumologue Irène Frachon », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  18. Elsa Mari, « “Les études sont sérieuses, faites-moi confiance, allez vous faire vacciner” : l’appel d’Irène Frachon aux récalcitrants », sur leparisien.fr, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]