César-Constantin-François de Hoensbroeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec François-Henri de Hoensbroeck.
César-Constantin-François de Hoensbroeck
Image illustrative de l'article César-Constantin-François de Hoensbroeck
Biographie
Nom de naissance Cesar Constantijn Frans van Hoensbroeck
Naissance
Oost
Ordination sacerdotale
Décès
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Prince-évêque de Liège
1784
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

César-Constantin-François de Hoensbroeck (ou Hoensbroech) né Cesar Constantijn Frans van Hoensbroeck, né le à Oost, dans l'île du Texel et mort le (à 67 ans), fut Prince-évêque de Liège surnommé le « bourreau roux »[1] de 1784 à 1792.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils d’Ulric Antoine de Hoensbroeck et de la comtesse Anne de Nesselrode d'Elneshoven. La famille de Hoensbroek est originaire du village de Hoensbroek dans l’actuelle province du Limbourg hollandais.

Il étudiera à Heidelberg et deviendra chanoine au chapitre de la Cathédrale d'Aix-la-Chapelle avant de devenir prince-évêque de Liège jusqu'en 1792.

Pendant son règne, il va tenter de défaire les réformes progressistes de Velbrück, son prédécesseur, en rétablissant tous les privilèges du clergé et de la noblesse. Il ne partageait pas du tous les aspirations libérales du tiers état et se montrait peu sensible à la misère de son peuple, ce qui le rendit très impopulaire. Les Liégeois le nommaient le « tyran de Seraing », du nom du lieu où se trouvait la résidence d’été des princes-évêques.

La résidence d'été des princes évêques à Seraing.

Sa popularité baissera continuellement jusqu'à ce que la population vienne le réveiller dans sa résidence de Seraing pour l’emmener au Palais de Liège afin d'exiger de sa part des réformes qu’il ne réalisera jamais.

Le , il fuit en Allemagne. Grâce aux troupes impériales autrichiennes, il retourne sur le trône épiscopal, le .

Son neveu, qui n'était pas beaucoup plus sensible ni aux changements ni à l'esprit du temps, François de Méan, lui succédera à sa mort le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Droixhe, Une histoire des Lumières au pays de Liège. Livre, idées, société, Éditions de l'Université de Liège, , 410 p. (ISBN 9-782874-560361), p. 12

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erwin Gatz (dir.) et Clemens Brodkorb, Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches, 1198 bis 1448. Ein biographisches Lexikon, Berlin, Duncker & Humblot GmbH (réimpr. 2001) (ISBN 3-42810-303-3)
  • Joseph Daris, Histoire du diocèse et de la principauté de Liége (1724-1852), t. I, Liège, Ve Verhoven-Debeur, , 442 p. (lire en ligne), « La principauté et le diocèse sous César-Constantin-François de Hoensbroeck », p. 337-439

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]