Daniel Droixhe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Droixhe
Daniel Droixhe 08.jpg

Daniel Droixhe en 2008

Biographie
Naissance
(72 ans)
HerstalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
École des hautes études en sciences sociales, université de Liège, université libre de Bruxelles / Campus Solbosch (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Société française d'histoire de la médecine (d)
Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Instrument
Genre artistique

Daniel Droixhe né à Herstal le [1] est un académicien et linguiste belge et un militant wallon.


Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en philologie romane de l'Université de Liège, il découvre Michel Foucault. En 1974, il défend une thèse de doctorat intitulée La linguistique et l'appel de l'histoire (1600-1800) dont le sous-titre explicite le propos Rationalisme et révolutions positivistes (Droz, Paris, 1978) : il crée dans la foulée la Société d'histoire et d'épistémologie des sciences du langage.

Conservateur au Musée de la vie wallonne, puis chargé de cours à l'Université de Liège, c'est à l'Université libre de Bruxelles qu'il commence à enseigner la langue régionale wallonne, l'histoire du français et de la linguistique.

Il enseigne également à Bochum, à Paris (École pratique des hautes études et École des hautes études en sciences sociales). Il est professeur invité à l'Université de Poitiers (2007-2008). Il rédige l'article Französisch – Externe Sprachgeschichte du Lexicon der romanistischen Linguistik. Mais il continue à enseigner le wallon, ce qui fit dire à Marc Wilmet lors de sa réception à l'Académie royale de langue et de littérature françaises le que le récipiendaire va sans cesse de l'ici à l'ailleurs ou du particulier à l'universel.

Il a signé le deuxième manifeste wallon de 2003 demandant que toutes les compétences de la Communauté française de Belgique soient exercées conjointement par la Région wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La linguistique et l'appel de l'histoire (1600-1800) : Rationalisme et révolutions positivistes, Genève, Droz, 1978.
  • (sous la direction de), Genèse du comparatisme indo-européen, dossier spécial de Histoire, Épistémologie, Langage, t. 6, fasc. 2, 1984.
  • De l'origine du langage aux langues du monde : Études sur les XVIIe et XVIIIe siècles, Tübingen, Narr, 1987.
  • « Boxhorn's Bad Reputation. A Chapter in Academic Linguistics », dans Speculum historiographiae linguisticae : Kurzbeiträge der IV. Internationalen Konferenz zur Geschichte der Sprachwissenschaften (ICHoLS IV), Trier 24-27 1987, sous la direction de Klaus D. Dutz, Munster, Nodus, 1989, p. 359-384.
  • Le marché de la lecture dans la Gazette de Liège à l'époque de Voltaire, Liège, Vaillant-Carmanne, 1995.
  • « Les conceptions du changement et de la parenté des langues européennes aux xviiie et xviiie siècles », dans History of the Language Sciences: An international Handbook, s. la dir. de Sylvain Auroux et al., t. I, Berlin, Mouton de Gruyter, 2000, p. 1057−1071.
  • Signatures clandestines et autres essais sur les contrefaçons de Liège et de Maastricht au XVIIIe siècle, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 2001: 10, Oxford, Voltaire Foundation, 2001.
  • L'étymon des dieux : Mythologie gauloise, linguistique et archéologie à l'âge classique, Genève, Droz, 2002. C.r. Romanische Forschungen 116: 109-110.
  • Le cri du public : Culture populaire, presse et chanson dialectale au pays de Liège (XVIIIe-XIXe siècles), Bruxelles, Le Cri/ARLLFB, 2003.
  • Une histoire des Lumières au pays de Liège : Livre, idées, société, Liège, Les éditions de l'Université de Liège, 2007.
  • Souvenirs de Babel : La reconstruction de l'histoire des langues de la Renaissance aux Lumières, Bruxelles, ARLLFB, 2007.
  • L'Esprit des journaux : Un périodique européen au XVIIIe siècle (éd.), Bruxelles, Le Cri/ARLLFB, 2009; édition électronique, 2014.
  • Lettres de Liège, Bruxelles, Le Cri/ARLLFB, 2012; édition électronique, 2014.
  • Spa, carrefour de l'Europe des Lumières, Paris, Hermann, 2013.
  • Soigner le cancer au XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 2015.
  • Fer ou ciguë ? Récits sur le cancer du sein au 18e siècle, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2015.

Elmore D[modifier | modifier le code]

Daniel Droixhe est par ailleurs connu sous le nom d'Elmore D, en tant qu'auteur-compositeur, interprète et guitariste de blues. Le nom d'Elmore D est une référence à Elmore James dont le style de slide guitar l'a beaucoup inspiré au début de sa carrière musicale. Plus récemment, son style s'est développé sous l'influence d'artistes tels que Tampa Red ou Memphis Minnie. Après une longue expérience de concerts relativement informels, il a commencé à enregistrer en 1997 en collaboration avec différents musiciens issus de la scène blues anversoise centrée autour du café-concert Crossroads. Bien qu'Elmore D chante principalement en anglais, quelques-unes de ses compositions sont écrites en wallon. Sa discographie comporte 6 albums: Basse-Moûse Blues ( Frémeaux & Associés, 1997), Saturday Night Rub (Frémeaux & assoc., 2000), Elmore D. Live (Pacific Blues Records, 2004), Tot k'mahî (Naked Productions, 2005), Grandiveûs (Douces Mesures 3, 2008) et Back to Hèsta ( Frémeaux & Associés, 2013). En juillet 2015, l'Intégrale cåzî complète de l'œuvre d'Elmore D.en cinq CD a paru chez Frémeaux & Associés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]