Bleu de méthylène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bleu de méthylène
Image illustrative de l’article Bleu de méthylène
Image illustrative de l’article Bleu de méthylène
Structure du bleu de méthylène
Identification
Nom UICPA chlorure de 3,7-bis(diméthylamino)phénothiazin-5-ium
Synonymes

chlorure de méthylthioninium
C.I. 52015
C.I. Basic Blue 9 (hydrate)

No CAS 61-73-4
122965-43-9 (hydrate)
No ECHA 100.000.469
No EC 200-515-2
602-909-3 (hydrate)
No RTECS SP5740000[1]
SO5600000[2] (hydrate)
Code ATC V03AB17
PubChem 6099
16211647 (hydrate)
ChEBI 6872
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C16H18ClN3S  [Isomères]
Masse molaire[3] 319,852 ± 0,022 g/mol
C 60,08 %, H 5,67 %, Cl 11,08 %, N 13,14 %, S 10,03 %,
Propriétés physiques
fusion se décompose par chauffage au-delà de 190 °C[4]
Solubilité 40 g·L-1[4] à 20 °C
Précautions
SGH[4]
SGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotique
Attention
H302,
Écotoxicologie
DL50 1,18 g·kg-1[4] (souris, oral)

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le bleu de méthylène, ou chlorure de méthylthioninium, est un dérivé de la phénothiazine à la fois médicament et colorant dont l'action repose sur les propriétés rédox. Il a été préparé pour la première fois par Heinrich Caro en 1876[5]. C'est un solide cristallisé inodore soluble dans l'eau et, dans une moindre mesure, dans l'éthanol. À l'état pur, il se présente sous la forme d'une poudre vert foncé ; on le trouve commercialement également sous forme d'un sel double avec le chlorure de zinc, de couleur brune.

En tant que médicament, il est inscrit sur la liste modèle[6] de l'OMS des médicaments essentiels comme antidote pour traiter la méthémoglobinémie lorsque le taux de méthémoglobine dépasse 30 % ou lorsque les symptômes persistent malgré une oxygénothérapie ; il était auparavant utilisé en cas d'intoxication au cyanure ou d'infection urinaire, mais cet usage n'est plus recommandé. Il est généralement administré par injection intraveineuse. Les effets indésirables les plus courants sont les céphalées, les vomissements, la confusion, la dyspnée et l'hypertension artérielle. On peut observer plus rarement un syndrome sérotoninergique, une hémolyse ou une allergie.

En tant que colorant, il présente de nombreux usages, notamment du fait que sa couleur dépend de son état rédox : il est incolore à l'état réduit, mais est bleu à l'état oxydé. C'est un bon accepteur d'hydrogène capable d'oxyder les alcools en aldéhydes en présence de platine. Il permet de colorer les tissus vivants, et est également utilisé en biochimie pour colorer les acides nucléiques bien qu'il soit moins spécifique que le bromure d'éthidium car il est moins toxique que ce dernier et ne s'intercale pas dans les polynucléotides.

Usages[modifier | modifier le code]

Flacon de Bleu de méthylène.

Le bleu de méthylène est utilisé dans divers domaines :

  • Il est employé comme colorant histologique. Le bleu de méthylène teint le collagène des tissus en bleu. Il tache la peau durant plusieurs semaines. Il est donc utilisé comme encre alimentaire pour les viandes, par tampon ;
  • En médecine, il est fréquemment utilisé comme marqueur afin de tester la perméabilité d'une structure (par exemple des trompes utérines lors d'une hystérosalpingographie) ou pour soulager les blessures graves en cas d'urgence. Il est aussi utilisé lors de chimiothérapie anti-cancéreuse comme antidote à l'ifosfamide afin de prévenir les crises de convulsions liées à la neuro-toxicité du produit ;
  • Le bleu de méthylène est utilisé en quantité importante pour lutter contre la méthémoglobine ;
  • Il peut servir d'antiseptique, notamment en aquariophilie[10], ou en traitement d'appoint des plaies superficielles[11] (chez le cheval par exemple), bien que sa faible activité antimicrobienne l'ait fait progressivement abandonner chez l'homme[12] ;
  • Il est aussi utilisé associé à un laser spécifique dans des traitements dentaires pour soigner et éliminer des poches parodontales.

On peut en trouver en droguerie, en pharmacie et en magasin de produits chimiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche Sigma-Aldrich du composé Methylene blue certified by the Biological Stain Commission, consultée le 21 mai 2018.
  2. « Fiche du composé Methylene Blue, high purity, biological stain  », sur Alfa Aesar (consulté le 21 mai 2018).
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. a, b, c et d Entrée de « 3,7-Bis(dimethylamino)-phenoazathionium chloride » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 21 mai 2018 (JavaScript nécessaire)
  5. (en) Iqbal Ahmad et Farrukh Aqil, New Strategies Combating Bacterial Infection, John Wiley & Sons, 2008, p. 91. (ISBN 9783527622948)
  6. (en) « WHO Model List of Essential Medicines » [PDF], sur http://www.who.int/, mars 2017, révisée en août 2017 (consulté le 21 mai 2018).
  7. Expérience de la Bouteille Bleue
  8. « Norme française pour l'essai au bleu de méthylène »
  9. (en) Body mod - Turn your pee blue! sur cre.ations.net
  10. Bleu de méthylène sur aquabase.org
  11. Les différentes catégories d'antiseptiques
  12. http://www.therapeutique-dermatologique.org/article.php?article_id=345