Bernes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Berne.
Bernes
La mairie, avec le monument aux morts, dans la cour.
La mairie, avec le monument aux morts, dans la cour.
Blason de Bernes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Péronne
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Roisel
Maire
Mandat
Jean Trujillo
2014-2020
Code postal 80240
Code commune 80088
Démographie
Gentilé Bernois
Population
municipale
349 hab. (2014)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 35″ nord, 3° 05′ 58″ est
Altitude Min. 77 m – Max. 114 m
Superficie 7,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Bernes

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bernes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bernes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bernes
Liens
Site web www.bernes-80.fr

Bernes est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Limitrophe du département de l'Aisne, ce village du Vermandois, tourné vers l'agriculture, est desservi par la route départementale 15 (RD 15). Il comporte le hameau de Fléchin.

Le territoire s'étale sur un plateau argileux très favorable aux exploitations agricoles, entre les vallées de la Cologne et de l'Omignon[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les noms de Bagerna en 820, de Baierna en 1100 et celui de Baerne sont relevés au fil du temps[2]. Sa signification pourrait se rapprocher de Bernil, avec le sens de fort, puissant à l'époque romane[2],[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Mathieu de Béthencourt, chanoine de Saint-Quentin donne son fief seigneurial de Bernes au chapitre de son établissement religieux en 1204.

La famille primitive de Bernes en conserve la partie restante[2].

Le château se trouvait en face de l'église, il n'en subsiste que des traces de souterrains[2].

En 1898, le village compte une sucrerie de moyenne importance, quelques ouvriers tissent encore la toile et le rideau[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le village est complètement détruit en 1917. Il obtient la croix de guerre[2],[Note 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1968 1989 Jean Carpeza    
1989 2005 Robert Leroy    
2005 2008 Daniel Canel    
mars 2008[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Jean Trujillo   Réélu pour le mandat 2014-2020 [4],[2]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune a été primée à plusieurs reprises au concours des villes et villages fleuris.


Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 349 habitants, en augmentation de 19,93 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
688 589 651 668 670 686 683 691 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
707 691 712 709 735 680 640 586 598
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
614 665 590 336 356 363 375 318 338
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
315 321 277 306 349 331 294 346 349
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour l'année scolaire 2016-2017, la commune gère une école maternelle et élémentaire de 46 élèves, située en zone B[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin. L'église primitive se trouvait dans le cimetière. Elle a été détruite en 1917 et reconstruite à l'identique après les hostilités, dans le centre du village[10].
  • Monument aux morts. Il se trouve devant la mairie, dans la cour qui, fermée par une grille, est aussi la cour de récréation de l'école.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Bernes.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D'azur à la tête de lion d'or, arrachée de gueules[11].

La commune ne porte, ni n'a porté officiellement ces armes, qui ne sont pas davantage celles d'une famille suzeraine du lieu. Mais elles sont avérées par l'usage, et conservent le mystère de leurs origines.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Échos de Bernes, bulletin municipal, Jean-Paul Prévot, conseiller municipal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel du 20 octobre 1920.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Notice historique et géographique rélisée par l'instituteur, M. Brieux, 1898, Archives départementales de la Somme, Amiens. Lire la notice en ligne sur le site des archives départementales.
  2. a, b, c, d, e et f Site communal.
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 15 juillet 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Le site de l'éducation nationale.
  10. Des éléments Art Déco dans l'église.
  11. http://labanquedublason2.com/

Ouvrages[modifier | modifier le code]