Aya Kamikawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aya Kamikawa
上川 あや
Description de l'image KAMIKAWA Aya 2007.JPG.
Naissance (52 ans)
Drapeau du Japon Tokyo, Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Profession
Femme politique, écrivaine

Aya Kamikawa (上川 あや?) (née le [1] à Tokyo) est une femme politique japonaise. Elle est la première personne trans élue conseillère municipale au Japon[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Assignée homme à la naissance, elle est la première personne trans à se porter candidate et remporter une élection officielle au Japon. Élue en [3], Aya Kamikawa, écrivaine de profession, a rempli les papiers de sa candidature en laissant un espace blanc à la ligne « Sexe :... »[4].

Elle est élue pour un mandat de quatre ans en tant que candidate indépendante, sous une attention médiatique particulière, en étant classée sixième sur les 72 candidats en lice pour 52 sièges disponibles à l'assemblée de Setagaya, l'arrondissement le plus peuplé de Tokyo[3]. Après que le gouvernement ait annoncé qu'il continuerait à la considérer officiellement comme un homme, elle a déclaré vouloir effectuer son travail politique en tant que femme. Ses principaux combats sont l'amélioration des droits des femmes, des enfants, des personnes âgées, des handicapés et des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres.

En , elle est réélue pour un second mandat en étant classée deuxième sur les 71 candidats en lice pour les 52 sièges disponibles dans la même assemblée.

Elle est la seule personnalité politique municipale du Japon à être publiquement trans, jusqu'à Tomoya Hosoda en 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aya Kamikawa's Profile.
  2. Florian Bardou, « Tomoya Hosoda, premier homme transgenre élu au Japon (et dans le monde) », sur Libération, (consulté le 22 décembre 2017).
  3. a et b Bribery trial no impediment in man's assembly seat quest The Japan Times. April 29, 2003.
  4. Setagaya OKs transsexual's election bid The Japan Times. 21 avril 2003.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]