Attirance envers les personnes transgenres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'attirance envers les personnes transgenres est une attirance sexuelle pour les personnes transgenres. L'attirance pour les personnes transgenres peut être pour les hommes trans et/ou les femmes trans. Cette attirance peut être occasionnelle, préférée.

Tout comme les personnes transgenres, les individus attirés par les personnes transgenres peuvent être hétérosexuels, homosexuels, bisexuels ou pansexuels ; ils peuvent également être transgenres ou cisgenres.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Il y a une grande variété de termes pour caractériser les personnes qui sont attirées par les personnes transgenres, utilisés par les communautés transgenres et universitaires. En anglais, ces termes incluent notamment admirer, transfan, tammyfan, trans* catcher, trans* érotique, transsensuel, tranny chaser, tranny hawk[1] ; ces deux derniers peuvent être considérés comme offensants car ils contiennent une insulte.

Le terme tranny chaser (chasseur transsexuel) était à l'origine (et toujours principalement) utilisé en anglais pour décrire les hommes sexuellement intéressés par les femmes apparemment trans[2] ; il est maintenant également utilisé par certains hommes trans.

Des termes moins péjoratifs que tranny chaser tels que transamoureux et transsensuel ont aussi émergés, mais ils ont un usage moindre[3].

Termes académiques[modifier | modifier le code]

Les sexologues ont créé un certain nombre de termes pour décrire l'attirance préférentielle pour les personnes transgenres. John Money et Malgorzata Lamacz ont proposé le terme gynémimétophilie en rapport à la préférence sexuelle pour les hommes assignés comme tels à la naissance qui ressemblent, agissent comme, ou sont des femmes, y compris les hommes et les femmes trans travestis. Ils ont aussi proposé le terme andromimétophilie pour décrire l'attirance sexuelle pour les femmes assignées comme telles à la naissance qui ressemblent, agissent comme, ou sont des hommes[4].

Ray Blanchard et Peter Collins ont proposé le terme gynandromorphophilie[5], alors que Martin S. Weinberg et Colin J. Williams ont proposé le terme men sexually interested in transwomen (MSTW) (les hommes sexuellement intéressés par les femmes trans - HSFT) pour décrire le phénomène chez les hommes[6].

Aspects sociaux[modifier | modifier le code]

Dans Diary of a Drag Queen, Daniel Harris décrit quatre types d'hommes intéressés par lui quand il était travesti : les hommes hétérosexuels qui voulaient des services oraux d'une autre homme ; les homosexuels qui étaient seulement intéressés par ses organes génitaux ; d'autres travestis ; et des hommes qui ont été intrigués par le mélange de masculinité et de féminité qu'il représentait. Également, « ils ont souvent à la fois une apparence hyper-féminine et une sexualité agressive »[7]. Il y a une tendance, chez les hommes gynandromorphophiles, à être attiré par une personne transgenre seulement, plutôt que par les personnes transgenres de façon générale. D'autres tendances ont été notées comme celle d'être attiré par ce que les femmes transgenres représentent (un défi pour le mâle traditionnel/dichotomie femme) et l'attention marquée pour le corps transgenre et l'apparence : « J'aime les femmes avec des bites. J'aime les seins et j'aime les bites... Il y a quelque chose d'érotique à se faire baiser par une personne qui est une femme »[8]. Ainsi on constate la différence entre préférence sexuelle (être plus attiré par un certain type de personne en fonction de son style vestimentaire etc), orientation sexuelle (être attiré par un ou plusieurs genre.s et/ ou par un ou plusieurs sexe.s), fétichisme (le fait d'être excité par une action, un objet ou une partie du corps quelconque) et paraphilie (attirance sexuelle malsaine envers une catégorie de la population).

De plus, les personnes transgenres ont toutes des corps différents. Certains sont opérées, d'autres non[9]. Selon Jeffrey Escoffier du Centre pour les études gaies et lesbiennes de CUNY, l'intérêt sexuel pour les trangenres MtFs est apparu en 1953, associé à la célèbre la transition de Christine Jorgensen[7]. C'était après l'expression de la transidentité par la chirurgie, qui est devenue plus accessible au cours des années 1960, que l'orientation sexuelle est venue à être re-conceptualisée, et est devenue distincte de l'identité de genre et du travestissement. Dans l'étude sur les hommes ayant des rapports sexuels avec des transgenres MtFs, de 73 % [8] à 92 %[10] ont identifié leur orientation sexuelle comme étant hétérosexuelle ou bisexuelle. Le fait n'est pas anodin car l'orientation sexuelle peut-être centrée sur le sexe et/ou sur le genre. Une femme transgenre peut tout à fait posséder un pénis ou un vagin selon son choix de transition physique. De même pour les hommes transgenres.

Une étude utilisant la pléthysmographie pénienne a démontré que les motifs d'excitation génitale et subjective des hommes attirés par les femmes trans sont semblables à ceux des hommes hétérosexuels, et différentes de celles des hommes gays. L'étude a montré que ces hommes, également connus comme gynandromorphophiles, sont fortement excités par des stimuli féminins, mais faiblement, voire pas du tout, par des stimuli masculins. Ils diffèrent des deux hommes hétérosexuels et homosexuels cependant, leur forte attirance pour les stimuli shemale provoque autant d'excitation pour les sujets gynandromorphophilies que pour les stimuli féminins. L'étude a également constaté que l'autogynéphilie est fréquente chez les gynandromorphophiles, avec 42 % d'entre eux qui ont un score supérieur à 1 point sur un questionnaire mesurant l'excitation autogynéphile, comparativement aux 12 % des hommes hétérosexuels et au 0 % des hommes gays. Dans l'échantillon, 41,7 % des gynandromorphophiles ont été identifiés comme bisexuels, et le reste comme étant hétérosexuels. Les bisexuels gyandromorphophiles ne présentaient pas plus d'excitation face aux stimuli masculins que leurs homologues hétérosexuels, cependant, ils se distinguaient par leur niveau significativement plus élevé d'excitation autogynéphile[11].

Le matériel érotique créé pour les personnes attirées par les hommes trans est devenu plus visible ces dernières années, en grande partie grâce à l'acteur pornographique Buck Angel[12]. Jamison Green écrit que certains hommes gays cisgenres bénéficient souvent de relations sexuelles avec des hommes trans. Green écrit : « Beaucoup de transmen [...] ont des rapports sexuels avec des hommes biologiques homosexuels [...] Et ces partenaires non-trans sont souvent surpris de constater que le pénis n'est pas ce qui définit un homme, que le manque de pénis ne signifie pas un manque de masculinité, de virilité ou de sexualité masculine »[13].

Points de vue académiques[modifier | modifier le code]

Certains universitaires caractérisent l'attirance pour les personnes transgenres comme constituant un diagnostic médical devant être pris en compte ou comme un type de paraphilie[14]. D'autres affirment que la stigmatisation de l'attirance pour les personnes transgenres peut faire disparaitre les identités transgenres et dénier les sexualités transgenres, et font valoir que ces attirances devraient être dé-stigmatisées[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baker, Paul (2004).
  2. le terme apparemment est ici donné car on pense que ces hommes ne sont attirés que par les organes génitaux de la personne transgenre. C'est donc un fétichisme insultant envers les personnes transgenres réduites alors à leur sexe et non considérées comme personne à part entière et comme homme (dans un cas FtM) ou femme (dans un cas MtF).
  3. a et b Tompkins, Avery Brooks (2 décembre 2013).
  4. Money, J; M. Lamacz (1984).
  5. Blanchard, R., & Collins, P. I. (1993).
  6. Weinberg, M. S.; Williams, C. J. (2010).
  7. a et b Escoffier, J. (2011).
  8. a et b Operario, D., Burton, J., Underhill, K., & Sevelius, J. (2008).
  9. Helen Boyd, My husband Betty: love, sex, and life with a crossdresser, p. 248, Seal Press, 2003, (ISBN 1-56025-515-3)
  10. Tracy Clark-Flory (October 23, 2011).
  11. Kevin J Hsu; David Miller; J. Michael Bailey (2015).
  12. Richardson, Niall (2010).
  13. Green, Jamison (2004).
  14. Richard Laws, D; O'Donohue, William T (2008-01-07).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]