André Stas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Stas
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

André Stas, né à Rocourt le 19 novembre 1949, est un écrivain, poète, collagiste, 'pataphysicien et plasticien autodidacte belge[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

André Stas est licencié en philologie romane de l’université de Liège, où il a été l'élève de Jacques Dubois, de Maurice Piron et de Jean-Marie Klinkenberg. et où il est l'auteur d'un mémoire consacré à l'aphorisme[2].

En 1974-1975, il enseigne brièvement au collège jésuite Saint-Servais de Liège avant de se plonger dans le milieu de la contre-culture qui le fait se lier et collaborer avec Fernando Arrabal, Roland Topor, Jacques Charlier, Marcel Mariën, Noël Godin, Tom Gutt, Yves Frémion, Jean-Pierre Verheggen, André Balthazar, Franz Bartelt[3]... Il fait partie de l'équipe de l'iconoclaste émission « Radio Titanic » au début des années 1980 sur la RTBF, et travaille comme animateur au Musée d'art différencié[4].

Créateur prolifique[5] et avant tout humoriste, initié dans les années 1960 par André Blavier à la pataphysique et au surréalisme[2] , André Stas est un plasticien autodidacte et collagiste internationalement reconnu[6]. Son usage de cette technique — son « arme favorite »[2] — a notamment fait l'objet d'une analyse comparative avec les travaux de Max Ernst et Jiří Kolář par le Groupe µ[7].

Auteur de recueils d'aphorismes, de préfaces d'expositions et illustrateur de nombreuses publications[4], collaborateur régulier de Fluide glacial[6], il est membre fondateur de l'IIREFL — l'Institut international et d'explorations sur les fous littéraires[8] et de l’Académie zygomatique de Paris[9] .

Titulature 'pataphysique[modifier | modifier le code]

André Stas est entre autres Régent de la Chaire Fondamentale de Travaux Pratiques d’Aliénation mentale au Collège de ’Pataphysique[10] — dont il est également Correspondant Emphytéote —, Grand Fécial Consort et Commandeur Exquis de l'Ordre de la Grande Gidouille, Grand Dipsomane de l'Empire Impérial, Ministre de la Pataphysique, des Majorettes et des Pom-Pom Girls de l'Empire Kafre et Consul honoraire du Sultanat de Bouillon[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres (extrait)[modifier | modifier le code]

  • Grenailles errantes, avec des dessins d'Erró, Bruxelles, La Pierre d'Alun, 1995 (ISBN 9782874290206)
  • L’Embrouillamaxi, avec des dessins de Roland Topor, Les Marées de la nuit, 1997 (ISBN 9782873403287)
  • Les radis artificiels, aphorismes, illustrations de Roberto Ollivero, Saint Jean du Bruel, Ateliers du Tayrac, 2002 (ISBN 2906014478)
  • Battu hors des sentiers, Le Tétras Lyre, collection Lettrimage, 2003, (ISBN 9782930494630)
  • Le Grand Karmaval, fable, Galopin, Spa, Belgique, 2005, 108 p. (ISBN 9782916086026)
  • « Carte blanche à André Stas », Les Amis de l’Ardenne, n° 8-9, Charleville-Mézières, mars 2005
  • Sur les autres mondes, portfolio, Galopin, Spa, Belgique, 15 pl. couleurs
  • Les Cent Nouvelles pas neuves, passe-temps livresque, Galopin, Spa, Belgique, 2005, 108 p. (ISBN 9782916086064)
  • 24 Heures dûment, passe-temps livresque, Galopin, Spa, Belgique, 108 p. (ISBN 2916086080)
  • Les Bornes reculées, aphorismes, etc. , Galopin, Spa, Belgique, 2006, 128 p. 14 ill. (ISBN 9782916086149)
  • Collages, chez l'artiste, 118 p., 152 ill. couleurs
  • Entre les poires et les faux mages, préface de Jean-Bernard Pouy, Éditions des Cendres, 2008, (ISBN 9782867421549)
  • Ubu roi ou La Disparition du tyran polonais, (lipogramme en e du texte de Jarry), Alfred Jarry et André Stas, Au crayon qui tue, éditeur, Paris, 2010 (ISBN 9782954650166)
  • Les Nègres du Kilimandjaro, journal de voyage, suivi de Ce qu'en pense Yak Rivais et de Le Pot aux roses, avec neuf « Neiges » de Capitaine Lonchamps, Au crayon qui tue, éditeur, Paris, 2012
  • Le Pas Sage à l’acte, Cactus Inébranlable éditions, 2014 (ISBN 9782930659220)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Achille Béchet et Christine Béchet, Surréalistes wallons, Editions Labor, , p. 218
  2. a, b et c Le surréalisme en Belgique, 1924-2000, Actes Sud, (ISBN 9782742772094), p. 325
  3. Théophile de Giraud, « André Stas », sur Éditions Galopin (consulté le 27 août 2015)
  4. a et b « André Stas : « Il n'y a qu'un seul sérieux et c'est le sérieux pataphysique » », sur culture.ulg.ac.be (consulté le 25 août 2015)
  5. Salim Jay, Merci Roland Topor, Fayard, , p. 22
  6. a et b Michel Deville, « André Stas », sur culture.ulg.ac.be (consulté le 27 août 2015)
  7. Adelaide Russo, Le peintre comme modèle: du surréalisme à l'extrême contemporain, Presses Universitaires du Septentrion, , p. 56
  8. « Institut international de recherches et d’explorations sur les fous littéraires » (consulté le 9 juin 2010)
  9. a et b I.I.R.E.F.L., « André Stas, lauréat du Prix de l'Humour noir 2009 - I.I.R.E.F.L » (consulté le 27 août 2015)
  10. Léopoldville, Liège - Liège, Kinshasa : les collections africaines de l'Université de Liège, Editions de l'ULG, (ISBN 9782874560378), p. 53
  11. Palmarès sur prix-littéraires.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]