Jean-Pierre Verheggen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Pierre Verheggen
Naissance
Gembloux, Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Jean-Pierre Verheggen est un écrivain et poète belge de langue française né le à Gembloux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Verheggen participe dans les années 1970 à TXT, revue d'avant-garde radicale de l’entreprise « textuelle », avec notamment Christian Prigent, qui parle à son sujet d'une « forme carnavalesque » d'écriture[1].

Il fut professeur de français à l'Athénée Royal de Gembloux pour les trois premières années de l'enseignement secondaire. En 1990, il est conseiller du ministre de la culture Bernard Anselme, et en 1992, chargé de mission spéciale à la « promotion des Lettres françaises de Belgique ».

Son travail littéraire[modifier | modifier le code]

Entre humour et dérision, sa poésie est une poésie orale, un incessant remaniement de la langue qui avec calembours, dérision et trivialité ne manque pas de truculence et ne craint pas l'obscénité. Mais les décharges et « mitraques » (selon son terme) de ce rire, mêlant cruauté et volupté, s'accompagnent aussi d'une violence négative à l'égard de toutes les illusions politiques, sociales et langagières, contre tous les rites verbaux de la société aliénante : « Mon écriture, dit Verheggen, remonte au déluge, à ce vaste orage intérieur, fou et illettré. »[2]

L'Alphabet des lettres françaises de Belgique définit ainsi sa poésie :

« Sa poésie est avant tout une parodie de la poésie, une critique radicale de l'idéologie que véhicule ce genre et un pastiche burlesque de ses conventions. À partir de là, il développe dès 1968 le concept de réécriture et en applique les effets à des champs d'investigation plus larges, allant de la bande dessinée à la langue politique la plus stéréotypée, en passant par la perversion d'un langage par un autre, en l'occurrence du français classique et scolaire par son wallon maternel, sauvage et sexuel »

— Alphabet des lettres belges de langue française, Promotion des lettres belges de langue française, Bruxelles, 1982, p. 302.

En 1995, il est lauréat du grand prix de l'humour noir pour Ridiculum vitæ et pour l'ensemble de son œuvre.

En 2005, il publie Portraits crachés, un recueil de portraits de personnalités belges réelles et imaginaires (d'Adamo à Tintin), en collaboration avec : Pierre Kroll, Dubus, Kanar, Johan De Moor, Nix, Frédéric Jannin, Xavier Löwenthal, André Stas, Juan d'Oultremont.

En 2009, L'Oral et Hardi de Jean-Pierre Verheggen, joué et mis en scène par Jacques Bonnaffé, est récompensé d'un « Molière » dans la catégorie « meilleure compagnie ».

Le 12 juin 2011, Jean-Pierre Verheggen est le lauréat du prix Robert Ganzo de Poésie lors du festival du livre et du film « Étonnants Voyageurs » à Saint-Malo pour l'ensemble de son œuvre et son dernier recueil intitulé Poète bin qu'oui, poète bin qu'non ?, édité chez Gallimard. Ce prix est doté de 10 000 euros.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Prigent, « Carnaval de l'histoire », repris dans La Langue et ses monstres, éd. corrigée et complétée, coll. « Essais », P.O.L., Paris, 2015, p. 106.
  2. Le Degré Zorro de l'écriture, Éditions Christian Bourgois, Paris, 1978, p. 73.

Liens externes[modifier | modifier le code]