André Del Debbio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Del Debbio
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Distinction

André-Almo Del Debbio, né à Carrare en Italie le et mort le , est un sculpteur français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Emmanuel Del Debbio (1886-1937), lui aussi sculpteur, et son oncle viennent de Carrare à Paris, en janvier 1909. Son oncle travaille comme metteur au point pour Auguste Rodin.

André Del Debbio commence à exposer en 1931 au Salon d'automne, au Salon des artistes français et au Salon des Tuileries.

Il est l’époux de l'artiste et professeur de dessin et de peinture Sézannaise Anael Topenot avec laquelle il a un fils, Christophe-Emmanuel Del Debbio, réalisateur.

Longtemps, son atelier est impasse Ronsin dans le 15e arrondissement de Paris, proche de l'atelier de Constantin Brâncuși.

Il est sociétaire de la Société des artistes indépendants, il y expose pour la première fois en 1942 et en est le vice-président de 1976 à 2002.

Il est massier (chef d'atelier) de l'Académie de la Grande Chaumière de 1939 à 1943, avec les professeurs Charles Despiau et Robert Wlérick.

De 1946 à 1973, il assure la codirection de l’Académie Julian au no 5 de la rue de Berri, puis boulevard Saint-Jacques à Paris jusqu'en 2008.

En septembre 1954, il crée un cours de sculpture sur pierre impasse Ronsin. En août 1971, il est le dernier artiste à quitter cette impasse, exproprié par les travaux d'agrandissements de l'hôpital Necker.

En 1981, il crée un Buste du pape Jean-Paul II, et en 1982 un Buste de François Mitterrand.

Plusieurs de ses sculptures sont acquises par la ville de Paris et par l’État, parmi lesquelles la Jeune Fille mongole, acquise par André Malraux en 1964 lorsqu'il était ministre de la Culture.

André Del Debbio est le créateur à Paris, avec le sculpteur Mircea Bassarab, de la galerie La Cimaise, au no 72 boulevard Raspail à Paris.

En 1999, il fait ses débuts au cinéma en jouant dans le court-métrage d’Edwige Shaki et Éric Rohmer La Cambrure, qui est le nom d'une de ses sculptures.

En novembre 2009, à l'occasion d'une exposition en son hommage, il est promu au grade d'officier dans l’ordre des Arts et des Lettres. Il meurt le 2 avril 2010 à la maison de retraite des artistes de Nogent-sur-Marne. Il est inhumé à Paris au cimetière du Montparnasse. Sa tombe est ornée d'un buste en bronze inspiré de La Joconde qu'il a sculpté entre 1987 et 1989.

Expositions[modifier | modifier le code]

Il expose à la galerie Bianchini à New York en 1959.
Entre 1931 et 1933, il expose au Salon d'Automne, au Salon des Artistes Français et au Salon des Tuileries.
En 1938 et 1939, il participe avec le groupe « L'Effort » aux expositions de la Galerie de l'Équipe, boulevard du Montparnasse.
De 1942 à 2008, il expose au Salon des Indépendants. Une rétrospective de ses œuvres est organisée en 1998 et 2008.
En 1959, il reçoit le 1er Prix de sculpture du salon de Taverny.
En 1969, il reçoit le 2e Prix de sculpture du salon d’Asnières.
En 1973, il reçoit le 1er Prix de sculpture du salon de Levallois-Perret, ainsi que le 1er Prix de sculpture du salon de Franconville.
En 1975, il reçoit le 1er Prix de sculpture du salon de Colombes.
En 1979, il reçoit le 1er Prix de sculpture du salon de Courbevoie.
En 1990, il reçoit le 1er Prix de sculpture du salon de Barbizon.
Des œuvres sont en exposition permanente à la Galerie Le Bon Petit Diable, boulevard Arago, Paris 13e.

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]