Aliment fonctionnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les carottes bénéficient d'une image de légume santé et pourraient être considérées comme un aliment fonctionnel, selon des études scientifiques mettant en évidence leur richesse en caroténoïdes et en fibres. « Les carottes pourpres, par la présence des anthocyanes en complément parfois des caroténoïdes, présentent une capacité antioxydante bien supérieure aux carottes habituellement consommées[1] ».

Un aliment fonctionnel (traduction du terme anglais « functional food), appelé aussi alicament (terme notamment utilisé en France)[2] ou médicaliment, désigne un aliment qui contient « une multitude de composants classifiés ou non comme nutriments, reconnus capables d'influencer une grande diversité de fonctions impliquées dans l'état de bien-être et de santé ou la réduction du risque des maladies[3] ». Il peut s'agir d'aliments naturels contenant certaines molécules actives ou d'aliments industriels artificiellement enrichis en ingrédients (composés appelés nutraceutiques ou nutriceutiques, désignant les substance extraites d'un aliment et vendues sous forme de supplément, appelés aussi ingrédients fonctionnels)[2].

La pertinence des allégations nutritionnelles et de santé qui conduisent le marketing des industries agroalimentaires à transformer certains aliments en alicaments, est questionnée. La communication de ces allégations qui doit prendre en compte le droit des consommateurs de manger en toute sécurité, et de pouvoir cultiver leur santé en se basant sur des messages nutritionnels fiables, reste un grand défi scientifique. En effet, les allégations « doivent être basé[e]s sur des preuves fondées, objectives et appropriées après analyse de l'entièreté des données disponibles » et pas simplement de celles émanant des laboratoires de recherche des entreprises mettant sur le marché ces aliments fonctionnels. De plus, ces preuves doivent être sous-tendues « par des éléments convergents conformes aux exigences scientifiques en vigueur et plausibles en termes de mécanisme ». Enfin, cette information nutritionnelle est rendue souvent chaotique aux yeux des consommateurs, en raison de la multiplicité des sources qui véhiculent des messages contradictoires (scientifiques, industrie agroalimentaire, autorités publiques, médias, organisations de consommateurs…)[4].

Alicaments industriels[modifier | modifier le code]

Ces allégations santé provenant de l'industrie alimentaire, il est permis de douter de leur véracité, notamment concernant la supériorité de ces aliments sur d'autres plus classiques (un simple yaourt ou un fromage). Le plus souvent, les substances vantées dans le produit sont de simples inventions de publicitaires et les formules chimiques savantes qui les nomment sont de simples marques déposées aux noms fantaisistes (comme les « bifidofibres » du sucre Beghin Say)[5]. Et, même si des études scientifiques aboutissant à la fabrication d'alicaments sont sérieuses et bien établies, les alicaments échappent à tous les contrôles que subit un médicament avant et après sa mise sur le marché.

Alicaments naturels[modifier | modifier le code]

Certains végétaux seraient des alicaments naturels : c'est le principe de l'herboristerie et de la phytothérapie, deux sous-disciplines de la pharmacie impliquant une formation et une réglementation strictes[précision nécessaire].

Mais outre la notion d'« ingrédient santé », il existe une seconde définition de l'alicament. L'alicament serait un aliment « totum » doté d'une allégation scientifique globale reconnue par un organisme officiel de sécurité alimentaire ou sanitaire[6]. Ainsi l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) a reconnu en 2004 l'allégation concernant les effets bénéfiques du jus de canneberge sur les infections urinaires[7], avis qui a été depuis contredit en 2009 par l'AESA, qui, dans le cadre de la révision de toutes les allégations de santé (Règlement 1924/2006), a jugé que les études fournies n'étaient pas suffisantes pour étayer les allégations de santé concernant les infections urinaires pour les produits de l'entreprise Ocean Spray (Ocean Spray cranberry drinks et Cramberries séchées et sucrées Craisins) portions contenant typiquement 80 mg de proanthocyanidine[8],[9].

L'ail et son principal principe actif : l'allicine, et ses éléments soufrés sont aussi censés faciliter grandement la respiration chez les asthmatiques grâce à leurs propriétés mucolytiques (permettant de fluidifier le mucus) et mucocynétiques (permettant d'expectorer le mucus).

À titre d'illustration, Richard Béliveau cite[10] :

Aucun de ces aliments n'a cependant de propriétés comparables à un réel médicament médical : la production et la vente de végétaux ayant des effets puissants sur l'organisme est d'ailleurs étroitement réglementée et surveillée en Europe, pour éviter les cas d'intoxication suite à une auto-médication amateure[11].

Critiques[modifier | modifier le code]

Ces néologismes de l'industrie agroalimentaire, issus directement du marketing[réf. souhaitée], posent des problèmes éthiques et commerciaux, et souvent considérés par le docteur Laurent Chevallier comme une escroquerie[12].

Si de nombreux aliments peuvent apporter à l'organisme des éléments utiles à son bon fonctionnement, les propriétés des alicaments sont régulièrement exagérées par leurs promoteurs, et aucun de ces aliments n'a d'effets comparables à ceux d'un vrai médicament (ce qui est heureux, car cela le rendrait aussi dangereux en cas de mauvaise utilisation). Selon le docteur Daniel Rigaud, cardiologue et spécialiste en nutrition, sur le plan médical, il n’existe aucun aliment, naturel ou retravaillé, qui, « pris isolément, aurait une action thérapeutique sur l’évolution ou la survenue d’une maladie »[5], même si certains aliments (et surtout une alimentation saine et variée) peuvent « participer à la prévention ou au traitement de certaines maladies » (comme le sel iodé pour prévenir les affections thyroïdiennes)[5].

En 2002, l'étude SU.VI.MAX, menée pendant 8 ans sur 13 000 patients, a conclu à une efficacité négligeable des compléments alimentaires sur le risque de cancer, de maladie cardiovasculaire ischémique ou de mortalité globale[13].

Ainsi, la notion d'alicament est essentiellement un artefact de marketing[12], visant à promouvoir des aliments, régimes, stages ou livres de diététique pas toujours sérieux[14].

La notion d'alicament n'est pas reconnue par les pouvoirs publics, et la plupart des grandes marques comme Danone évitent de l'utiliser par crainte de tomber sous le coup de la loi pour allégation médicale frauduleuse : ils préfèrent utiliser la formule encore plus floue de « produits-santé » ; au Québec, il existe aussi une notion pas beaucoup plus claire d'« aliment fonctionnel »[5]. Au niveau européen, la directive 79/112/CEE interdit toute allégation relative à la maladie dans l’étiquetage ou la publicité des denrées alimentaires : la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) relève cependant de nombreuses fraudes chaque année[5]. La Commission Européenne a également rendu un épais rapport interdisant un certain nombre d'« allégations santé » frauduleuses[12].

Le docteur Laurent Chevallier, dans une tribune au Point, rappelle que ce n'est pas parce qu'un aliment industriel contient une molécule bénéfique (souvent en dose infinitésimale) que l'aliment est pour autant bénéfique dans son ensemble : le plus souvent, l'ajout d'une molécule présentée comme bénéfique sert surtout d'excuse marketing pour mieux vendre un aliment par ailleurs ultra-transformé et globalement nocif pour l'organisme[12]. Ainsi, pour lui « Il est ahurissant de laisser encore certaines grandes entreprises agro-alimentaires s'autoproclamer défenseurs de la santé des consommateurs à des fins purement mercantiles »[12].

Les alicaments ne sont pas sans risque : l’observation du marché américain ou japonais montre que « vitamines et minéraux sont principalement introduits dans des aliments inutiles sur un plan nutritionnel (bonbons, chewing-gum et entremets), au risque de favoriser leur consommation aux dépens des produits frais. Déjà, une étude réalisée par l’American Institute for Cancer Research indique que 60 % de la population préfère prendre des vitamines plutôt que d’amender son alimentation »[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Muriel Jacquot, Philippe Fagot, Andrée Voilley, La couleur des aliments, Lavoisier, (lire en ligne), p. 456
  2. a et b « Qu'est-ce qu'un aliment fonctionnel? », sur passeportsante.net, .
  3. Marcel B. Roberfroid, Véronique Coxam, Nathalie M. Delzenne, Aliments fonctionnels, Lavoisier, , p. 55
  4. Marcel B. Roberfroid, op. cit., p. 65
  5. a b c d e et f Claire Leymerie, « Alicament, aliment miracle ? », sur psychologies.com.
  6. http://www.votre-medecine-douce.com/aff_detail_cat.php?cat=263
  7. AFSSA avis n° 2003-SA-352, lire en ligne
  8. (en) EFSA Journal - Ocean Spray Cranberry Products® and urinary tract infection in women
  9. (en) EFSA Journal - Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to proanthocyanidins from cranberry
  10. Au Québec, la nutraceutique sort de l'éprouvette, Sciences et Avenir, avril 2008, page 68.
  11. Les articles L.5132-1 à -9 et R.5150 à R.5219-15 du Code de la santé publique réglemente production, la fabrication, le transport, l'importation, l'exportation, la détention et la vente des substances et préparations vénéneuses à utilisation pharmaceutique, dont les stupéfiants, et ceci dans le cadre de la convention des Nations unies sur les stupéfiants du 21 mars 1961.
  12. a b c d et e Dr. Laurent Chevallier, « L'escroquerie des alicaments », sur Le Point, .
  13. Arch Intern Med. 2004 Nov 22;164(21):2335-42.The SU.VI.MAX Study: a randomized, placebo-controlled trial of the health effects of antioxidant vitamins and minerals.Hercberg S, Galan P, Preziosi P, Bertrais S, Mennen L, Malvy D, Roussel AM, Favier A, Briançon S.
  14. « Alicament », sur novethic.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel B. Roberfroid, Véronique Coxam, Nathalie M. Delzenne, Aliments fonctionnels, Lavoisier, , 1088 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]