Entremets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Entremets du Moyen Âge tardif.

L'entremets est un mets servi entre deux autres, d'où son nom. Au fil du temps, il est devenu de plus en plus sucré au point de remplacer parfois le dessert au XXIe siècle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Entremets est composé des mots « entre » et « mets » ; il s'est écrit entremès, entremez et entremetz.

On trouve parfois la dénomination pré-dessert pour ce plat.

L'entremétier est celui de la brigade de cuisine en charge des entremets.

Évolution de la définition[modifier | modifier le code]

Service des entremets dans les Grandes Chroniques.

Entremets indique au XIIe siècle les divertissements et intermèdes qui interviennent entre les mets, dans l'intervalle des repas.

Dès le XIIIe siècle, il désigne le mets d'accompagnement servi entre les mets principaux.

À partir du XVIIe siècle, il désigne la série de plats servis après[1] le rôti et mangés après lui, avant le dessert. La première édition du Dictionnaire de l'Académie française précise en 1694 : « ce qui se sert sur table après le rôti et avant le fruit ; ce qui est ordinairement composé de ragousts. »

Au XIXe siècle, il est servi avec le rôti et constitue le second service. Émile Littré précise « pâtisseries, œufs, fritures, salades, etc. Il y avait huit entremets. ». On distinguait deux groupes :

  • Les entremets verts : salades ou légumes cuits ;
  • Les entremets sucrés : gâteaux ;
Entremets pâtissier

Au XXe siècle, les entremets sont sucrés. Servis après le fromage et avant le dessert proprement dit, ou de plus en plus en tant que dessert, ils sont divisés en trois groupes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de l'Académie française dès la 1re édition, 1694, et Jean-François Féraud, Dictionaire critique de la langue française, Mossy, Marseille, 1787-1788.
  2. Grand Dictionnaire terminologique.