Alexandre Trifonovitch Tvardovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Trifonovitch Tvardovski
Russia-2000-stamp-Aleksandr Tvardovsky.jpg
Alexandre Tvardovski sur un timbre russe, 2000
Fonction
Rédacteur en chef
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
Vatutinki (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Russe, Russie soviétique (d), SoviétiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Institut de Philosophie, Littérature et Histoire de Moscou (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Grade militaire
Conflit
Mouvement
Genres artistiques
Distinctions

Alexandre Trifonovitch Tvardovski (en russe Алекса́ндр Три́фонович Твардо́вский , né le 8 juin 1910 ( dans le calendrier grégorien) à Zagorïé, dans l'actuelle oblast de Smolensk, et mort le [1] à Krasnaïa Pakhra, dans l'oblast de Moscou) est un poète et écrivain russe soviétique qui fut rédacteur en chef du magazine littéraire Novy Mir (1950-1954 ; 1958-1970). Il fut également membre du Comité central du Parti communiste soviétique[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tvardovski est né dans le khoutor Zagorïé (Загорье) près du village Seltso (Сельцо). Le père d'Aleksandre a hérité d'une petite parcelle de terrain de son père à lui, qui l'avait reçue après son service militaire dans les artilleurs dans l'armée tsarine. "Cette Terre - de dix et quelques hectares - située dans des marais et entourée d'une oseraie, d'une sapinière, et des bouleaux, était dans tous les sens peu enviable. Mais pour le père, qui était le fils unique d'un soldat sans terre et dont le travail rude de plusieurs années comme forgeron était parvenu à rassembler la somme nécessaire au premier versement à la banque, cette terre était la voie vers la sainteté. À nous, les enfants, il nous enseignait dès le plus jeune âge l'amour et le respect de cette aigre et avare terre, mais c'était là notre terre - notre "propriété", qu'il appelait comme pour rire "la ferme"."

Les parents du futur poète furent victimes de la dékoulakisation à l'époque de la Collectivisation en Union soviétique[3]. Leur maison a été brûlée par les voisins. Néanmoins, dans toutes ses œuvres, Aleksandre Tvardovski fait éloge du régime communiste.

Tvardovski a commencé à écrire de petits articles pour la presse locale à l'âge de quatorze ans. Le poète Mikhaïl Issakovski l'a pris sous son aile. Son premier poème La Voie du socialisme (Путь к социализму) a été publié en 1931. En 1935, sortit son premier recueil de poésies.

En 1939-1940, avec d'autres amis écrivains, il était correspondant du journal Na strazhe Rodiny (На страже Родины) dans le district militaire de Leningrad (Ленинградский военный округ). En 1938, il devient membre du parti communiste. En tant que Commissaire politique, il participe à l'invasion soviétique de la Pologne et, en tant que correspondant de guerre à la Guerre d'Hiver. Il écrit son œuvre la plus connue Vassili Tiorkine lors de son service à Voronej dans l'unité militaire du front sud-ouest où il travaillait dans le journal Armée Rouge. Les chapitres du poème étaient publiés au fur et à mesure de leur écriture. Grâce à son personnage, Tvardovski devient une figure culte pour la génération qui a traversé la guerre[4].

Après la guerre, il devient rédacteur en chef du magazine littéraire Novy Mir où il publie, avec la permission de Nikita Khrouchtchev, la nouvelle d'Alexandre Soljenitsyne Une journée d'Ivan Denissovitch racontant la vie quotidienne dans un camps de concentration stalinien[5],[6]. En 1961, Tvardovski obtient le prix Lénine après avoir publié une sorte d'épopée, Loin, au loin..., à la gloire de l'URSS, mais dans l'esprit de la destalinisation[6]. Après la destitution de Khrouchtchev qui lui assurait une protection Tvardovski doit faire face aux nombreuses attaques et intrigues échafaudées contre lui et le journal[7]. Au mois de , Tvardovski quitte la rédaction du Novy Mir. Peu après, on lui découvre un cancer des poumons. Il meurt le et est inhumé au cimetière de Novodevitchi.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres majeures d'Alexandre Tvardovski sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Tvardovsky, Liberal Soviet Editor, Dies », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. (ru) « История русской литературы XX века (20-90-е годы). Основные имена. Под редакцией Кормилова С. И.: А.Т. Твардовский », sur gumer.info (consulté le 6 janvier 2015)
  3. (en) Sheila Fitzpatrick, A Spy in the Archives : A Memoir of Cold War Russia, Bloomsbury Publishing, , 352 p. (ISBN 9780857723420, lire en ligne), p. 323
  4. (en) James Von Geldern et Richard Stites, Mass Culture in Soviet Russia : Tales, Poems, Songs, Movies, Plays, and Folklore, 1917-1953, Indiana University Press, , 492 p. (ISBN 978-0-253-32893-9, présentation en ligne), p. 371
  5. « ALEXANDER TVARDOVSKY RESTE RÉDACTEUR EN CHEF DE " NOVY MIR " », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. a b et c Armand Gaspard, « Dix années de "dégel" », Politique étrangère, vol. 28, no 1,‎ , p. 58-79 (lire en ligne)
  7. Alexandre Soljenitsyne (trad. du russe par René Marichal), Le chêne et le veau : esquisses de la vie littéraire (autobiographie), Paris, Seuil, (ISBN 978-2-02-002121-0, notice BnF no FRBNF34571305), p. 8-282
  8. (ru) Кудрявцев Г.Г., « Александр Твардовский. Как был написан "Василий Теркин" », sur lib.ru,‎ (consulté le 6 janvier 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vladimir Lakshin, trad. Michael Glenny Solzhenitsyn, Tvardovsky, and Novy Mir, MIT Press, 1982 (ISBN 9780262620390), 183 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :