Alasha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alasha
Pays Chine
Région Mongolie-Intérieure
Nombre de locuteurs 40 000[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 mvf [2]
IETF mvf[2]

L'alasha (en mongol littéraire, ᠠᠯᠠᠱᠠᠨ ᠠᠮᠠᠨ ᠠᠶᠠᠯᠭᠤ, alashan aman ayalγu) est un dialecte mongol parlé dans la ligue d'Alasha en Mongolie-Intérieure, en Chine.

Classification interne[modifier | modifier le code]

La classification de l'alasha au sein des parlers mongols est problématique. le dialecte présente des traits à la fois mongols et oïrates. Le linguiste chinois Chinggeltei, le présente en 1957-1958, avec le khoshut, comme occupant une position intermédiaire entre les dialectes mongols de Chine et l'oïrate. En 1979, il le considère désormais comme un des dialectes mongols de Chine. Svantesson, au contraire, le place dans le groupe oïrate, sur la base de son système vocalique[3].

Phonologie[modifier | modifier le code]

Les tableaux présentent les phonèmes de l'alasha: les voyelles[4] et les consonnes[5].

Voyelles[modifier | modifier le code]

Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i [i] y [y] ʊ [ʊ]
Moyenne e [e] ø [ø] u [u]
Ouverte a [ɑ] ɔ [ɔ]

Les voyelles de l'alasha peuvent toutes être longues.

Consonnes[modifier | modifier le code]

    Bilabiale Dentale Latérale Palatale Vélaire Uvulaire
Occlusives Sourdes b [] d []
Aspirées p [pʰ] t [tʰ] k [kʰ]
Fricatives s [s] ʃ [ ʃ ] x [ x] ɢ [ɣ]
Affriquées Sourdes dz [͡] ʤ [͡ʒ̥]
Aspirée ts [t͡sʰ] [ t͡ʃʰ]
Nasales m [m] n [n] ŋ [ŋ]
Liquides r [r] l [l]
Semi-voyelles w [w] j [ j]
  • Allophones:

L'occlusive voisée [ɢ] apparaît devant les voyelles postérieures. Devant les voyelles antérieures, elle est [g]. Elle est fricativisée [ɣ], entre deux voyelles postérieures et après une consonne.

ger, maison
ɢʊraw, trois
baga, petit, prononcé [bɑɣɑ]
ɢarɢaʤ, prononcé [ɢɑrɣɑʤ]

L'occlusive voisée [b] est [w], entre deux voyelles et [f] devant une occlusive sourde :

øbøl, hiver, est [øwøl]
abtax, est [ɑftʰɑx]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce chiffre inclut les locuteurs du torgut ejene. Estimation de Svantesson et al. 2005, p.148.
  2. a et b Code générique du mongol de Mongolie-Intérieure.
  3. Svantesson et al. 2005, p. 148.
  4. Süngrüb 1988, p. 162.
  5. Süngrüb p. 178.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (mvf) Süngrüb, 1988, Alaša aman ayalγun-u abiyalaburi bolun barimjiy-a abiyal-un abiyalaburi-yin qaričaγulul, , Erdem sinjilegen-ü ügülel-ün tegübüri 1, p. 160-197, Beijing, Ündüsüten keblel-ün qoriy-a (Minzu Chubanshe) (ISBN 7-105-00373-1)
  • (mvf) W. Sečen, Tümenjirγal, Nairaγulba, 2003, Mongγol kelen-u nutuγ-un ayalγun-u tobčiyan, Kökeqota, Öbör mongγol-un surγal kömöjil-ün keblel-ün qoriy-a.
  • (en) Jan-Olof Svantesson, Anna Tsendina, Anastasia Karlsson, Vivian Franzén, 2005, The Phonology of Mongolian, The Phonology of the World's Languages, Oxford, Oxford University Press (réédition 2008) (ISBN 978-0-19-955427-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]