Ordos (dialecte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ordos.
image illustrant une langue
Cet article est une ébauche concernant une langue.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ordos
ᠣᠷᠳᠣᠰ ᠠᠮᠠᠨ ᠠᠶᠠᠯᠭᠤ
Pays Chine
Région Mongolie-Intérieure
Nombre de locuteurs 130 000[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 mvf[2]
IETF mvf[2]

L'ordos (en mongol littéraire de Chine: ᠣᠷᠳᠣᠰ ᠠᠮᠠᠨ ᠠᠶᠠᠯᠭᠤ ordos aman ayalγu) est un dialecte mongol parlé dans la préfecture d'Ordos en Mongolie-Intérieure, en Chine, et à l'origine par les Ordos.

Classification interne[modifier | modifier le code]

Svantesson classe l'ordos dans le groupe des dialectes mongols méridionaux, aux côtés du tchakhar, du keshigten ou de l'üjümütchin[1].

Phonétique historique[modifier | modifier le code]

L'ordos contrairement aux autres dialectes de Mongolie-Intérieure maintient une structure CVCV(C)[3]. Exemples comparés avec le dialecte tchakhar et le mongol littéraire, dans sa forme utilisée en Chine[4].

ordos tchakhar mongol littéraire
ʤʊsʊ ʤʊs ᠴᠢᠰᠤ čisu sang
xʊmʊs xʊms ᠬᠢᠮᠤᠰᠤ kimusu ongle
nʉdʉ nʉd ᠨᠢᠳᠤ nidü œil

Les voyelles ʊ et ʉ, dans ce contexte remplacent les voyelles des syllabes suivantes[5].

ordos tchakhar mongol littéraire
nʊlmʊs nʊlmɑs ᠨᠢᠯᠪᠤᠰᠤ nilbusu larme
gʊmʊdal gɔmdɔl ᠭᠣᠮᠤᠳᠠᠯ γomudal offense
ʉlgʉxʉ ɵlgɵx ᠡᠯᠭᠦᠬᠦ elgükü suspendre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Estimation de Svantesson et al. 2005, p. 143.
  2. a et b Code générique.
  3. C pour consonne, V pour voyelle.
  4. Exemples, en notation API, tirés de Ts. Sechen 2003, pp. 35-36.
  5. Sechen 2003, pp. 35-36.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Georges Soulié, Éléments de grammaire mongole (dialecte ordoss), imprimerie nationale, Ernest Leroux, , 114 p. (lire en ligne)
  • (mvf) Erdenimöngge, 1987, Ordos aman ayalγun-u *i egesig-ün toqai, Mongγol Kele Bičig 1987:2, pp. 9-17.
  • (zh) Qaserdeni (Hāsī’è’ěrdūn), 1981, Měnggǔyǔ è’ěrduōsī fāngyán yǔyīn tèdiǎn, Mínzú yǔwén lùnjí, p. 443-458, Beijing, Shèhuì kexué chūbǎnshè.
  • (mvf) Ts. Sečen, 2003, Ordos aman ayalγun-daki öbürmiče uruγul-un ǰokičal buyu iǰilsil [ʊ] + [ʊ], [ʉ] + [ʉ]-yin tuqai (sur l'harmonie vocalique spéciale [ʊ] + [ʊ], [ʉ] + [ʉ] en ordos), Mongγol Kele Udq-a Jokiyal, 2003:5, pp. 33-36.
  • (mvf) W. Sečen, Tümenjirγal, Nairaγulba, 2003, Mongγol kelen-u nutuγ-un ayalγun-u tobčiyan, Kökeqota, Öbör mongγol-un surγal kömöjil-ün keblel-ün qoriy-a (ISBN 7-5311-5598-2)
  • (en) Jan-Olof Svantesson, Anna Tsendina, Anastasia Karlsson et Vivian Franzén, The Phonology of Mongolian, Oxford, Oxford University Press 2005), coll. « The Phonology of the World's Languages », (ISBN 978-0-19-955427-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]