Abd Rabo Mansour Hadi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abd Rabo Mansour Hadi
عبد ربه منصور هادي
Abd Rabo Mansour Hadi en 2015.
Abd Rabo Mansour Hadi en 2015.
Fonctions
2e président de la République du Yémen[N 1]
En fonction depuis le [N 2]
(3 ans 6 mois et 3 jours)
Élection 21 février 2012
Vice-président Khaled Bahah
Premier ministre Muhammad Basindawa
Khaled Bahah
Prédécesseur Ali Abdallah Saleh
1er vice-président de la République du Yémen

(17 ans 4 mois et 22 jours)
Président Ali Abdallah Saleh
Prédécesseur Ali Salim al-Beidh (en)
(vice-président du Conseil présidentiel)
Successeur Khaled Bahah (indirectement)
Ministre yéménite de la Défense

(4 mois et 4 jours)
Chef de l'État Ali Abdallah Saleh
(président du Conseil présidentiel)
Premier ministre Haider Aboubaker al-Attas
Prédécesseur Haider Aboubaker al-Attas
Successeur Successeur inconnu
Biographie
Nom de naissance Abd Rabo Mansour Hadi
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Thukain, Abyan (Protectorat d'Aden)
Nationalité Sud-yéménite (1945-1986)
Nord-yéménite (1986-1990)
Yéménite (depuis 1990)
Religion Islam sunnite

Abd Rabo Mansour Hadi
Vice-présidents de la République du Yémen
Présidents de la République du Yémen
Abd Rabo Mansour Hadi
عبد ربه منصور هادي
Image illustrative de l'article Abd Rabo Mansour Hadi

Naissance (69 ans)
Thukain, gouvernorat d'Abyan (Protectorat d'Aden)
Allégeance Fédération d'Arabie du Sud (1964-1967)
Yémen du Sud (1967-1986)
Yémen du Nord (1986-1990)
Yémen (1990-1994)
Grade Maréchal[1]
Années de service 19641994
Conflits Guerre civile de 1994 au Yémen
Autres fonctions Président de la République du Yémen
Vice-président du Yémen
Ministre de la Défense du Yémen

Le maréchal Abd Rabo Mansour Hadi (arabe : عبد ربه منصور هادي  prononciation yéménite : [ˈʕæ.bed ˈrɑb.bu mænˈsˤuːr ˈhæːdi]), né le à Thukain, dans le gouvernorat d'Abyan[2], est un homme d'État yéménite, vice-président puis président de la République depuis 2012. Il s'est enfuit pour l'Arabie Saoudite début 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abd Rabo Mansour Hadi naît en 1945 à Thukain, village situé dans le gouvernorat d'Abyan.

Il est diplômé dans une académie militaire yéménite après avoir obtenu une bourse pour pouvoir étudier au Royaume-Uni. Il parle couramment l'anglais.

Puis il obtient une autre bourse pour pouvoir étudier en Égypte pendant six ans. Abd Rab Mansour Hadi a ensuite passé quatre ans dans une académie militaire en Union soviétique.

De retour au Yémen du Sud, il occupa plusieurs postes clés dans l'armée jusqu'en 1986 lorsqu'il fuit au Yémen du Nord, précisément à Sanaa avec le président Ali Nasser Muhammad.

Vice-présidence[modifier | modifier le code]

Il devint vice-président le 3 octobre 1994 après la démission du vice-président Ali Salim al-Beidh (en) qui démissionna en devenant le chef des séparatistes du sud. Le 23 novembre 2011, il quitte son poste, étant devenu président à la suite de la Révolution yéménite de 2011.

Présidence[modifier | modifier le code]

Vice-président de la République du Yémen du [3],[4] au , Hadi est nommé président par intérim le dans le cadre de la Révolte yéménite de 2011, après qu'Ali Abdallah Saleh a été blessé dans une attaque contre le palais présidentiel. Saleh demeure néanmoins le président de la République en titre[5] et reprend ses activités le .

Le maréchal Hadi assure de nouveau l'intérim de la présidence de la République depuis le , en accord avec le plan de Riyad. Saleh demeure président honoraire jusqu'à l'élection de 2012.

Le , seul candidat lors de la première élection présidentielle au suffrage universel de l'histoire du pays, il est élu président de la République avec 99,8 % des voix et une participation de 65 % de la population pour un mandat transitoire de deux ans[6].

Le , il décide de limoger plusieurs hauts responsables des services de sécurité considérés comme loyaux à l'ancien chef de l'État Ali Abdallah Saleh[7],[8].

En 2014, son mandat est prolongé jusqu'en 2015[9].

Démission et départ à Aden puis en Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

Le , les rebelles Houthis prennent le palais présidentiel[10]. Le lendemain, il signe un accord avec les Houthis sur l'amendement du projet de Constitution et sur la représentation des Houthis et des autres factions dans le gouvernement. Le conseiller du président, Ahmed Awad Moubarak, doit également être libéré[11].

Le , il présente sa démission[12] après que les Houthis eurent réclamé qu'un de leurs membres soit nommé comme vice-président[13]. Sa démission est rejetée par le président du Parlement[14]. Les Houthis proposent alors de mettre en place un Conseil présidentiel composé de l'armée, des forces de sécurité, des comités populaires et des « composantes révolutionnaires et politiques »[15].

Sa démission devait être confirmée par un vote du Parlement initialement prévu pour le [16] puis reporté[17].

Le , alors qu'il a été placé en résidence surveillée par les Houthis, il annonce refuser de renoncer à sa démission « sous la menace des armes »[18].

Le après que la démission a été refusée par le Parlement et alors qu'il était en résidence surveillée à Sanaa, il prend la fuite vers Aden, ville du sud du pays[19] et devenue par la suite capitale de facto[20]. Il déclare qu'il demeure le président en exercice, après avoir renoncé à démissionner, et déclare que les actions des Houthis étaient « nulles et non avenues »[21],[22]. Le jour-même, il déclare vouloir déplacer le dialogue à Aden[23]. Le lendemain 22 février, il rencontre des dirigeants politiques et militaires du sud du pays[24].

Le , dans une lettre adressé au Parlement, il renonce officiellement à démissionner[25]. Le jour-même, il demande aux membres du gouvernement démissionnaire de le rejoindre à Aden[25]. En réaction, les Houthis le qualifient de « fugitif » et promettent de le juger[26].

Le , il annonce avoir fuit Sanaa en passant par un tunnel situé dans sa résidence[27]. Le , son entourage annonce qu'il a quitté Aden, où les Houthis progressent, sans indiquer où il a trouvé refuge[28]. Il se rend finalement en Arabie saoudite,sous l'escorte des Forces armées saoudiennes[29].

Le , il participe au sommet annuel de la Ligue arabe à Charm el-Cheikh en Égypte[30] puis retourne en Arabie saoudite[31].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par intérim du 4 juin au et du au .
  2. En concurrence avec Mohammed Ali al-Houthi depuis le . En exil depuis le en Arabie saoudite, il demeure reconnu comme président légitime par la communauté internationale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/qui-est-le-president-que-les-yemenites-elisent_1084796.html
  2. Yemen's New Acting President: Abd Rabu Who? Waq Al-Waq, Big Think, 5 juin 2011
  3. Central Intelligence Agency, The CIA World Factbook 2008, Skyhorse Publishing (en), 2007, p. 688
  4. Yemen CIA website
  5. Al-Hadi acting President of Yemen Al Jazeera Blogs, 4 juin 2011
  6. Rulers
  7. Le président yéménite limoge des chefs de la sécurité pro-Saleh, Le Point, 11 septembre 2012.
  8. Manifestation monstre au Yémen pour réclamer la levée de l'immunité de Saleh, Le Monde, 11 septembre 2012.
  9. http://www.zamanfrance.fr/article/yemen-mandat-presidentiel-prolonge-federalisme-approuve-7363.html
  10. http://www.france24.com/fr/20150120-yemen-miliciens-chiites-prennent-assaut-complexe-presidentiel-sanaa-houthis/
  11. http://www.france24.com/fr/20150121-yemen-president-hadi-yemenite-accord-rebelles-houthis-crise-sanaa/
  12. http://www.romandie.com/news/Yemen-le-president-Abd-Rabbo-Mansour-Hadi-a-demissionne/557873.rom
  13. http://www.romandie.com/news/Le-Yemen-est-dans-une-impasse-totale-selon-son-president-demissionnaire/557892.rom
  14. http://fr.euronews.com/2015/01/22/yemen-le-parlement-rejete-la-demission-du-president/
  15. http://www.boursier.com/actualites/reuters/le-yemen-s-enfonce-un-peu-plus-dans-le-chaos-169746.html?rss
  16. <http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/01/23/97001-20150123FILWWW00082-yemen-reunion-dimanche-du-parlement.php/
  17. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/01/25/97001-20150125FILWWW00017-yemen-reunion-au-parlement-encore-reportee.php
  18. http://journalmetro.com/monde/712460/yemen-un-drone-tue-4-membres-presumes-dal-qaida/
  19. http://www.leparisien.fr/international/yemen-l-ex-president-parvient-a-quitter-sa-residence-assiegee-a-sanaa-21-02-2015-4550593.php
  20. http://www.lepoint.fr/monde/le-yemen-ecartele-entre-deux-capitales-aden-et-sanaa-26-02-2015-1908310_24.php
  21. http://www.aljazeera.com/news/2015/02/yemen-leader-hadi-leaves-sanaa-weeks-house-arrest-150221090018174.html
  22. http://www.liberation.fr/monde/2015/02/21/yemen-le-president-hadi-defie-les-houthis-apres-avoir-fui-sanaa_1207431
  23. http://www.romandie.com/news/Yemencrise-Hadi-veut-transferer-le-dialogue-hors-de-Sanaa/568801.rom
  24. http://www.middleeasteye.net/news/yemens-hadi-meet-countrys-northern-and-southern-governors-60402688
  25. a et b http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/yemen-le-president-revient-sur-sa-demission_1654845.html
  26. http://www.challenges.fr/monde/20150224.REU1648/yemen-les-houthis-qualifient-le-president-hadi-de-fugitif.html
  27. http://www.lepoint.fr/monde/yemen-le-president-conteste-proclame-aden-capitale-du-pays-07-03-2015-1911012_24.php
  28. Yémen : incertitude sur le sort du président Hadi
  29. http://www.france24.com/fr/20150326-direct-offensive-saoudienne-houthis-yemen-arabie-saoudite-raids-liveblog-iran/
  30. http://www.romandie.com/news/Le-president-du-Yemen-arrive-en-Egypte-pour-le-sommet-arabe/579223.rom
  31. arabie