Abdrabbo Mansour Hadi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abdrabbo Mansour Hadi
عبدربه منصور هادي
Illustration.
Abdrabbo Mansour Hadi en 2015.
Fonctions
Président de la République du Yémen[N 1]
En fonction depuis le [N 2]
(6 ans, 7 mois et 20 jours)
Élection 21 février 2012
Vice-président Khaled Bahah
Ali Mohsen al-Ahmar
Premier ministre Mohamed Basindawa
Abdallah Mohsen al-Akwa (intérim)
Khaled Bahah
Ahmed ben Dagher
Prédécesseur Ali Abdallah Saleh
Vice-président de la République du Yémen

(17 ans, 4 mois et 22 jours)
Président Ali Abdallah Saleh
Prédécesseur Abdel Aziz Abdel Ghani
(vice-président du Conseil présidentiel)
Successeur Khaled Bahah (indirectement)
Ministre yéménite de la Défense

(4 mois et 24 jours)
Chef de l'État Ali Abdallah Saleh
(président du Conseil présidentiel)
Premier ministre Mohammed Saïd al-Attar (intérim)
Prédécesseur Haider Aboubaker al-Attas
Successeur Abdel Malik al-Sayani
Biographie
Nom de naissance Abdrabbo Mansour Hadi
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Thoukaïn, Abyan (Protectorat d'Aden)
Nationalité Sud-yéménite (1945-1986)
Nord-yéménite (1986-1990)
Yéménite (depuis 1990)
Parti politique Congrès général du peuple
Profession Militaire
Religion Islam sunnite
Résidence Palais de la République, Sanaa (2012-2015)
Palais présidentiel al-Maachiq, Aden (depuis 2015)

Abdrabbo Mansour Hadi
Vice-présidents de la République du Yémen
Présidents de la République du Yémen

Abdrabbo Mansour Hadi
عبدربه منصور هادي
Abdrabbo Mansour Hadi

Naissance (73 ans)
Thoukaïn, Abyan (Protectorat d'Aden)
Allégeance Fédération d'Arabie du Sud (1964-1967)
Yémen du Sud (1967-1986)
Yémen du Nord (1986-1990)
Yémen (1990-1994)
Grade Maréchal[1]
Années de service 1964-1994
Conflits Guerre civile yéménite de 1994
Autres fonctions Président de la République du Yémen
Vice-président de la République du Yémen
Ministre de la Défense du Yémen

Abdrabbo Mansour Hadi (arabe : عبدربه منصور هادي  prononciation yéménite : [ˈʕæ.bed ˈrɑb.bu mænˈsˤuːr ˈhæːdi]), né le à Thoukaïn, dans le gouvernorat d'Abyan[2], est un maréchal et homme d'État yéménite, vice-président de 1994 à 2012 puis président de la République depuis 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abdrabbo Mansour Hadi naît en mai 1945 à Thoukaïn, village situé dans le gouvernorat d'Abyan[3].

Il est diplômé dans une académie militaire yéménite après avoir obtenu une bourse pour pouvoir étudier au Royaume-Uni. Il parle couramment l'anglais.

Puis il obtient une autre bourse pour pouvoir étudier en Égypte pendant six ans. Abd Rab Mansour Hadi a ensuite passé quatre ans dans une académie militaire en Union soviétique.

De retour au Yémen du Sud, il occupa plusieurs postes clés dans l'armée jusqu'en 1986 lorsqu'il fuit au Yémen du Nord, précisément à Sanaa avec le président Ali Nasser Mohamed.

En mai 1994, il est nommé ministre de la Défense par le Conseil présidentiel[4].

Vice-présidence[modifier | modifier le code]

Il devint vice-président le 3 octobre 1994[3] après la démission du vice-président Ali Salem al-Beidh qui démissionna en devenant le chef des séparatistes du sud. Le 23 novembre 2011, il quitte son poste, étant devenu président à la suite de la Révolution yéménite de 2011.

Présidence[modifier | modifier le code]

Révolution et transition[modifier | modifier le code]

Vice-président de la République du Yémen du [5],[6] au , Hadi est nommé président par intérim le dans le cadre de la Révolution yéménite[7], après qu'Ali Abdallah Saleh a été blessé dans une attaque contre la mosquée al-Nahdin du palais présidentiel. Saleh demeure néanmoins le président de la République en titre[8] et reprend ses activités le . Cependant, Hadi ne se rend pas au palais présidentiel, qui est alors occupé par le propre fils du président, Ahmed Ali Abdallah Saleh, tandis que le clan Saleh continue de contrôler de facto le gouvernement[9].

Pour mettre fin aux troubles, des négociations sont menées sous la direction du Conseil de coopération du Golfe. Elles aboutissent le à la signature d'un accord, en Arabie saoudite. Le plan de Riyad prévoit le départ du président Saleh au profit de Hadi, en échange de l'immunité complète pour le chef d'État sortant et tous ses proches. Au terme de trois mois de partage de pouvoir, le maréchal Hadi doit être élu pour une période de transition de deux ans, jusqu'à des élections générales planifiées pour 2014. Saleh devient donc président honoraire, et Hadi président par intérim, jusqu'à l'élection de 2012[10]. Il est alors considéré comme un « homme de consensus »[11],[12],[13].

Le , seul candidat lors de la première élection présidentielle au suffrage universel de l'histoire du pays, Hadi est élu président de la République avec 99,8 % des voix et une participation de 65 % de la population pour un mandat transitoire de deux ans[14]. Le , il prête serment devant le Parlement[15] et la passation de pouvoir avec Ali Abdallah Saleh a lieu le 27 du même mois[16].

Le , il décide de limoger plusieurs hauts responsables des services de sécurité considérés comme loyaux à l'ancien chef de l'État Ali Abdallah Saleh[17],[18].

En janvier 2014, son mandat est prorogé jusqu'en février 2015[19],[20].

Guerre civile[modifier | modifier le code]

Le , au début de la guerre civile, les rebelles Houthis prennent le palais présidentiel[21]. Le lendemain, il signe un accord avec les Houthis sur l'amendement du projet de Constitution qui devait être présenté et sur la représentation des Houthis et des autres factions dans le gouvernement. Le conseiller du président, Ahmed Awad ben Moubarak, doit également être libéré[22].

Le , il présente sa démission[23] après que les Houthis eurent réclamé qu'un de leurs membres soit nommé comme vice-président[24]. Sa démission est rejetée par le président du Parlement, Yahya Ali al-Raie[25]. Les Houthis proposent alors de mettre en place un Conseil présidentiel composé de l'armée, des forces de sécurité, des comités populaires et des « composantes révolutionnaires et politiques »[26].

Sa démission devait être confirmée par un vote du Parlement initialement prévu pour le [27] puis reporté[28].

Le , alors qu'il a été placé en résidence surveillée par les Houthis, il annonce refuser de renoncer à sa démission « sous la menace des armes »[29].

Le après que la démission a été refusée par le Parlement et alors qu'il était en résidence surveillée à Sanaa, il prend la fuite vers Aden, ville du sud du pays[30] et devenue par la suite capitale de facto[31]. Il déclare qu'il demeure le président en exercice, après avoir renoncé à démissionner, et déclare que les actions des Houthis étaient « nulles et non avenues »[32],[33]. Le jour-même, il déclare vouloir déplacer le dialogue à Aden[34]. Le lendemain 22 février, il rencontre des dirigeants politiques et militaires du sud du pays[35].

Le , dans une lettre adressée au Parlement, il renonce officiellement à démissionner[36]. Le jour-même, il demande aux membres du gouvernement démissionnaire de le rejoindre à Aden[36]. En réaction, les Houthis le qualifient de « fugitif » et promettent de le juger[37]. Cette décision est rejetée par les Houthis, alors qu'elle fait l'objet de nombreuses interprétations juridiques[38].

Le , il annonce avoir fui Sanaa en passant par un tunnel situé dans sa résidence[39]. Au même moment, les Houthis promettent 93000$ pour sa capture[40]. Le , son entourage annonce qu'il a quitté Aden, où les Houthis progressent, sans indiquer où il a trouvé refuge[41]. Il se rend finalement en Arabie saoudite, sous l'escorte des Forces armées saoudiennes[42].

Le , il participe au sommet annuel de la Ligue arabe à Charm el-Cheikh en Égypte[43] puis retourne en Arabie saoudite.

Le , il retourne à Aden[44].

Après les attentats du 6 octobre 2015 à Aden, perpétrés par l'État islamique au Yémen, il retourne, peu après Khaled Bahah et de son gouvernement, à Aden et alors qu'il était auparavant en exil à Riyad[45] jusqu'en novembre 2015[46].

Le , réunie à Riyad, une partie du bureau politique du CGP, dont le vice-président ben Dagher qui venait de faire défection et avait rejoint le gouvernement yéménite en exil, limoge Ali Abdallah Saleh de son poste de président et nomme Hadi à sa place[47].

Le à Sanaa, une enquête est lancée par un juge pro-Houthis à l'encontre de cadres du gouvernement yéménite, dont le président Hadi, son conseiller Ahmed Awad ben Moubarak et l'ancien ministre des Affaires étrangères Riad Yassine, pour « corruption » et « conspiration contre le peuple »[48],[49]. Le , il est « condamné à mort » par un tribunal contrôlé par les Houthis pour « haute trahison » pour avoir « usurpé le titre de président à l'issue de son mandat, participé à l'agression du Yémen et avoir porté atteinte à l'intégrité territoriale de la République yéménite »[50]. En mai 2017, des milliers de personnes se sont rassemblés à Aden, pour protester contre le président Abdrabbo Mansour Hadi[51].

En novembre 2017, en conflit avec les Émirats arabes unis, il aurait été mis en résidence surveillée par l'Arabie saoudite, qui l'empêcherait de revenir à Aden[52].

Le , le Conseil de transition du Sud adresse un ultimatum de sept jours au président Hadi pour limoger le gouvernement d'Ahmed ben Dagher, qu'ils accusent de « corruption »[53], et le remplacer par un gouvernement de technocrates, sans quoi il nommerait son propre gouvernement[54].

Le , peu après l'expiration de l'ultimatum, les séparatistes prennent le contrôle du siège du gouvernement[55]. Le 30 janvier, les forces fidèles au STC contrôlent la quasi totalité de la ville[56]. En fin de journée, les combats cessent, après une médiation de la coalition[57]. À l'issue de ces négociations, les séparatistes rendent trois bases militaires à l'armée, et lèvent le siège du palais présidentiel al-Maachiq[58].

Le , une faction du Congrès général du peuple l'a confirmé dans ses fonctions à la tête de celui-ci[59].

À partir de 2015, dans le contexte de la guerre civile yéménite, les Émirats arabes unis commencent à administrer de fait l'île de Socotra, construisant de nouvelles infrastructures, des réseaux de télécommunication, demandant aux habitants de signer des contrats de travail avec eux, font leurs propres recensement des populations locales, puis, en 2018, se déploient militairement sur l'île, ce que condamne le gouvernement yéménite, au nom de sa souveraineté sur l'île[60]. Le 13 mai, des troupes saoudiennes débarquent à leur tour, à la demande du gouvernement yéménite pour former ses troupes[61], puis les deux forces se retirent au profit de l'armée gouvernementale dès le lendemain 14 mai[62].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par intérim du 4 juin au et du au .
  2. Démissionnaire du 22 janvier au . En concurrence avec Mohammed Ali al-Houthi du au , avec Saleh Ali al-Sammad du au , puis avec Mehdi Hussein al-Machat depuis le . À partir du , il dispute aussi le pouvoir à Aïdarous al-Zoubaïdi. En exil du au en Arabie saoudite, il demeure reconnu comme président légitime par la communauté internationale. Son gouvernement est actuellement installé à Aden.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/qui-est-le-president-que-les-yemenites-elisent_1084796.html
  2. Yemen's New Acting President: Abd Rabu Who? Waq Al-Waq, Big Think, 5 juin 2011
  3. a et b « Yémen: qui est Abd Rabbo Mansour Hadi? | Moyen-Orient », La Presse,‎ (lire en ligne)
  4. « Alors que les forces nordistes affirment poursuivre leur progression Le premier ministre yéménite est limogé par le Conseil présidentiel », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 4 février 2018).
  5. Central Intelligence Agency, The World Factbook 2008, Skyhorse Publishing (en), 2007, p. 688
  6. Yemen CIA website
  7. « Yémen : un président par intérim », sur Europe 1 (consulté le 13 janvier 2016)
  8. Al-Hadi acting President of Yemen Al Jazeera Blogs, 4 juin 2011
  9. « Historical Dictionary of Yemen », sur Google Books (consulté le 16 janvier 2018)
  10. Amnesty International, « Le Yémen en transition », (consulté le 12 janvier 2016)
  11. « Abd Rabbo Mansour Hadi, futur président du Yémen », sur Libération.fr (consulté le 13 janvier 2016)
  12. « Hadi, le président sauvé manu militari par l’Arabie saoudite », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 13 janvier 2016)
  13. « Yémen : les manifestants favorables à l’intérim du vice-président », sur VOA (consulté le 14 janvier 2016)
  14. Rulers
  15. « Yémen: Le nouveau président Mansour Hadi a prêté serment » (consulté le 30 novembre 2015)
  16. « Yémen: Saleh remet le pouvoir au nouveau président Hadi » (consulté le 30 novembre 2015)
  17. Le président yéménite limoge des chefs de la sécurité pro-Saleh, Le Point, 11 septembre 2012.
  18. Manifestation monstre au Yémen pour réclamer la levée de l'immunité de Saleh, Le Monde, 11 septembre 2012.
  19. http://www.zamanfrance.fr/article/yemen-mandat-presidentiel-prolonge-federalisme-approuve-7363.html
  20. Reuters Editorial, « Yemeni president's term extended, Shi'ite Muslim leader killed », sur U.S. (consulté le 13 janvier 2018)
  21. http://www.france24.com/fr/20150120-yemen-miliciens-chiites-prennent-assaut-complexe-presidentiel-sanaa-houthis/
  22. http://www.france24.com/fr/20150121-yemen-president-hadi-yemenite-accord-rebelles-houthis-crise-sanaa/
  23. http://www.romandie.com/news/Yemen-le-president-Abd-Rabbo-Mansour-Hadi-a-demissionne/557873.rom
  24. http://www.romandie.com/news/Le-Yemen-est-dans-une-impasse-totale-selon-son-president-demissionnaire/557892.rom
  25. « Yémen: le parlement rejete la démission du président », sur euronews (consulté le 5 octobre 2016)
  26. http://www.boursier.com/actualites/reuters/le-yemen-s-enfonce-un-peu-plus-dans-le-chaos-169746.html?rss
  27. <http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/01/23/97001-20150123FILWWW00082-yemen-reunion-dimanche-du-parlement.php/
  28. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/01/25/97001-20150125FILWWW00017-yemen-reunion-au-parlement-encore-reportee.php
  29. http://journalmetro.com/monde/712460/yemen-un-drone-tue-4-membres-presumes-dal-qaida/
  30. « Yemen : l'ex-président parvient à quitter sa résidence assiégée à Sanaa », sur leparisien.fr (consulté le 24 décembre 2015)
  31. Le Point, magazine, « Le Yémen écartelé entre deux capitales, Aden et Sanaa », sur Le Point (consulté le 24 décembre 2015)
  32. « Yemen's Hadi declares Houthi power grab illegal » (consulté le 24 décembre 2015)
  33. http://www.liberation.fr/monde/2015/02/21/yemen-le-president-hadi-defie-les-houthis-apres-avoir-fui-sanaa_1207431
  34. « Yémen/crise: Hadi veut transférer le dialogue hors de Sanaa » (consulté le 24 décembre 2015)
  35. « Yemen's Hadi meets with country's governors in Aden », sur Middle East Eye (consulté le 24 décembre 2015)
  36. a et b « Yémen: le président revient sur sa démission » (consulté le 24 décembre 2015)
  37. « Yémen-Les Houthis qualifient le président Hadi de "fugitif" », sur Challenges (consulté le 24 décembre 2015)
  38. « President or fugitive? Houthis reject Hadi’s letter to Parliament », sur Yemen Times (consulté le 24 décembre 2015)
  39. http://www.lepoint.fr/monde/yemen-le-president-conteste-proclame-aden-capitale-du-pays-07-03-2015-1911012_24.php
  40. « Al-Subaihi captured and Lahj falls as Houthis move on Aden », sur Yemen Times (consulté le 8 janvier 2016)
  41. Yémen : incertitude sur le sort du président Hadi
  42. http://www.france24.com/fr/20150326-direct-offensive-saoudienne-houthis-yemen-arabie-saoudite-raids-liveblog-iran/
  43. http://www.romandie.com/news/Le-president-du-Yemen-arrive-en-Egypte-pour-le-sommet-arabe/579223.rom
  44. http://m.france24.com/fr/20150922-president-yemen-hadi-rentre-aden-apres-six-mois-exil-arabie-saoudite-houthis
  45. « Yémen: le Premier ministre de retour au pays », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 11 décembre 2015)
  46. « Yémen: le président Abd Rabbo Mansour Hadi retourne à Aden », sur Libération.fr (consulté le 5 décembre 2015)
  47. « اليمن: انتخاب هادي رئيسًا للمؤتمر الشعبي » (consulté le 9 janvier 2018)
  48. « Exiled Yemeni president tried in absentia », sur Middle East Monitor - The Latest from the Middle East (consulté le 8 décembre 2015)
  49. « Saba Net - Yemen news agency » (consulté le 10 décembre 2015)
  50. « Yémen: le président condamné à mort pour "trahison" par un tribunal rebelle », sur RTBF Info (consulté le 26 mars 2017)
  51. « Yémen: l’autorité du président Hadi contestée dans le Sud », RFI,‎ (lire en ligne)
  52. « Saudi Arabia places Yemen’s president under house arrest », sur Middle East Monitor (consulté le 8 novembre 2017)
  53. « Yémen: des combats à l'arme lourde entre les anciens alliés d'Aden - Moyen-Orient - RFI », sur RFI (consulté le 29 janvier 2018)
  54. Reuters Editorial, « Southern Yemen separatists want Saudi-backed government overthrown », sur U.S. (consulté le 22 janvier 2018)
  55. « Yémen : des séparatistes s'emparent du siège du gouvernement à Aden », sur Europe 1 (consulté le 28 janvier 2018)
  56. « Yémen : les forces séparatistes prennent le contrôle d'Aden », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 30 janvier 2018)
  57. Acil TABBARA avec AFP, « Les Sudistes prennent le dessus à Aden, mais ne veulent pas la sécession - Acil TABBARA avec AFP », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 30 janvier 2018)
  58. « Yémen: le Premier ministre promet d'oeuvrer à une "réconciliation nationale" », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 7 février 2018)
  59. https://www.aa.com.tr/fr/politique/yémen-hadi-succède-à-saleh-à-la-tête-du-congrès-général-du-peuple-/1103055
  60. « L’armée émiratie se déploie sur l’île de Socotra: l’alliance Yémen-Emirats pourrait voler en éclats », sur Al HuffPost Maghreb (consulté le 6 mai 2018)
  61. « Yémen: des forces saoudiennes sur l'île de Socotra après des tensions », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 14 mai 2018)
  62. « Fin de la crise sur l'île yéménite de Socotra, annonce le Premier ministre », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 14 mai 2018)