Congrès général du peuple (Yémen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Congrès général du peuple.
Congrès général du peuple
المؤتمر الشعبي العام
image illustrative de l’article Congrès général du peuple (Yémen)
Logotype officiel.
Présentation
Président (contesté) Sadeq Amin Abou Rass
Abdrabbo Mansour Hadi
Fondation
Journal Al-Motamar
Positionnement Centre
Couleurs Bleu ciel et marron
Site web www.almotamar.netVoir et modifier les données sur Wikidata
Représentation
Députés
238 / 301

Le Congrès général du peuple (en arabe : المؤتمر الشعبي العام) un parti politique yéménite fondé en 1982 par Ali Abdallah Saleh. Il est au pouvoir au Yémen du Nord de 1982 à 1990 et au Yémen unifié à partir de 1990.

Le parti possède également une branche armée, active particulièrement lors de la bataille de Sanaa, au cours de laquelle son chef Ali Abdallah Saleh et son secrétaire général Arif al-Zouka sont tués par leurs anciens alliés houthis.

Histoire[modifier | modifier le code]

République arabe du Yémen[modifier | modifier le code]

Fondé en 1982 pour faire office de parti unique[1], il dirigea la République arabe du Yémen (communément appelé Yémen du Nord), présidée par Ali Abdallah Saleh jusqu'en 1990, alors que le Parti socialiste yéménite dirigea la République démocratique populaire du Yémen (communément appelé Yémen du Sud), régime d'obédience marxiste, de 1967 à 1990, présidée par Ali Salim al-Beidh. Saleh en est le secrétaire général[2].

République du Yémen[modifier | modifier le code]

Il devient le parti majoritaire du pays à la suite de l'unification des deux États le . En 1995, la structure du parti est réorganisée et Ali Abdallah Saleh, précédemment secrétaire général, devient le président du parti.

Lors des dernières élections législatives, le 27 avril 2003, le parti a remporté 59 % des suffrages et 238 des 301 sièges de la Chambre des députés du Yémen. Arif al-Zouka est le secrétaire général du parti de novembre 2014 à son assassinat par les Houthis en décembre 2017. Ahmed ben Dagher est le vice-président du parti[3]. Ils avaient succédé à Abdrabbo Mansour Hadi en 2014.

Le , réunie à Riyad, une partie du bureau politique du CGP, dont le vice-président ben Dagher qui venait de faire défection et avait rejoint le gouvernement yéménite en exil, limoge Ali Abdallah Saleh de son poste de président et nomme Hadi à sa place[3].

Début 2017, les Houthis infiltrent le Congrès général du peuple[4].

Le , lors de la bataille de Sanaa, au cours de la guerre civile yéménite, Ali Abdallah Saleh est tué par les Houthis, avec qui il vient de rompre son alliance contre le gouvernement du président Abdrabbo Mansour Hadi, soutenu par la coalition internationale menée par l'Arabie saoudite[5]. Arif al-Zouka, le secrétaire général du parti, est également tué dans l'attaque du convoi[6],[7].

Le , les dirigeants du parti, Qassem al-Kassadi et Akram Attia, vice-président de la Chambre des députés et vice-Premier ministre dans le gouvernement dissident de ben Habtour, fuient vers les zones loyalistes[8].

Le , Sadeq Amin Abou Rass, membre du Conseil politique suprême, devient président du parti[9].

Parlant sous couvert d'anonymat, un dirigeant du parti, se décrivant comme un fidèle de Saleh et affirmant ne pas avoir souhaité une telle fin pour celui-ci, affirme en janvier 2018, que des membres du parti, dont il fait partie, avaient décidé de se rallier aux Houthis, qu'ils considèrent comme une force puissante sur le terrain, pour éviter de subir le même sort que Saleh lui-même et garantir ainsi leur sécurité et celle de leurs familles[10]. Mohammed al-Dalaïmi, un analyse yéménite membre des Houthis, affirme que son groupe est prêt à continuer à accepter le soutien de ces membres du congrès, arguant que Saleh avait demandé à ses troupes d'aller au combat pour obtenir des fonds de la part des saoudiens, et que la plupart de ces troupes combattent désormais la coalition aux côtés des Houthis[10].

Le , une faction du parti a confirmé Hadi dans ses fonctions à la tête de celui-ci[11].

Enfin, une faction du parti, fidèle à Ahmed Ali Abdallah Saleh, fils de l'ancien président, a également émergé[10].

Direction[modifier | modifier le code]

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des vice-présidents[modifier | modifier le code]

Liste des secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]