Merodach-Baladan II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kudurru représentant le roi Merodach-Baladan II (en grand) face à un gouverneur à qui il octroie des terres, Pergamon Museum de Berlin.

Merodach-Baladan II (Mardouk-Appa-Iddin II, Mardouk-Baladan, Berodach-Baladan) littéralement l'héritier de Mardouk, était le chef de la tribu chaldéenne du Bît-Yakîn. Il se voulait descendant de Eriba-Marduk. Il fut roi de Babylone à deux reprises de 721[1] à 710 av. J.C. puis en 703, durant 9 mois[1].

Babylone appartient à cette époque au puissant empire assyrien de Salmanazar V. À sa mort son frère et successeur Sargon II prend la tête de l'Empire. Merodach profite de la passation de pouvoirs et de l'occupation du nouveau roi à l'ouest pour usurper le trône babylonien. Protégé par le royaume d'Élam il s'y maintient jusqu'à la venue de Sargon II en 710 av. J.-C. Il prend alors la fuite vers l'Élam.

Sargon II meurt en 705 av. J.-C. Deux ans après, Merodach revient à Babylone sous la régence d'un noble: Marduk-Zãhir-Sumi II. Il reprend le trône (en 703). Sennacherib fils de Sargon II et roi de l'empire assyrien va rétablir la situation (toujours vers 703) en nommant Bel-Ibni vice roi de Babylone. Défait vers Kish il va une nouvelle fois s'enfuir dans le sud et pousser la région à la révolte. Bel-Ibni s'allie à la révolte en 700 av. J.-C.. Cette coalition est défaite et Merodach va s'enfuir une dernière fois en Élam. Il ne fit plus parler de lui par la suite.

Dans le deuxième livre des Rois, qui fait partie de la Bible, il envoie des ambassadeurs à Ézéchias, roi de Juda, qui sont très bien accueillis[2]. Son but est alors probablement de faire alliance avec Ézéchias contre l'Assyrie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b JOANNES Francis, La Mésopotamie au Ier millénaire avant J.-C., Armand Colin/HER, Paris, 2000, p. 85.
  2. 2R 20,12-13

Voir aussi[modifier | modifier le code]