École supérieure des beaux-arts de Montpellier Méditerranée Métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École supérieure des beaux-arts de Montpellier Méditerranée Métropole (ESBAMA).
Image illustrative de l'article École supérieure des beaux-arts de Montpellier Méditerranée Métropole
Informations
Fondation 1249
Type Établissement public de coopération culturelle (EPCC).
Localisation
Coordonnées 43° 37′ 03″ nord, 3° 53′ 03″ est
Ville Montpellier.
Pays Drapeau de la France France.
Région Occitanie.
Campus 130 rue Yehudi Menuhin.
Direction
Président Marie-Christine Chaze.
Directeur Philippe Reitz.
Chiffres clés
Enseignants 23 professeurs titulaires.
Étudiants 184 étudiants.
Divers
Site web esbama.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École supérieure des beaux-arts de Montpellier Méditerranée Métropole (ESBAMA).

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
École supérieure des beaux-arts de Montpellier Méditerranée Métropole (ESBAMA).

L’École supérieure des beaux-arts de Montpellier Méditerranée Métropole (ESBAMA) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche à vocation artistique qui relève de la tutelle pédagogique du ministère de la Culture et de la Communication. Depuis l'année 2011, l'école est un Établissement public de coopération culturelle (EPCC) qui associe des partenariats[1] avec la communauté urbaine Montpellier Méditerranée Métropole, le ministère de la Culture et aux travers des projets « FEDER », la Région Languedoc-Roussillon et l'Union européenne[2]. Elle fait partie des 46[3] membres de l’Association nationale des écoles supérieures d’art.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est au XIIe siècle où l'enseignement de l'art est inclus à l'université. L'École de droit et des arts fut créée officiellement en 1249, par une bulle pontificale, puis intégrée de ses premiers statuts, le , à l'université de Montpellier par la bulle papale « Quia Sapientia » en regroupant le droit, la médecine et les arts (trivium et quadrivium)[4].

Régenté durant des années par des collégiales, c'est en 1679, que Jean de Troy[5] (1638-1691) est nommé premier directeur de l' École de peinture de Montpellier par le cardinal Pierre de Bonzi (1631-1703)[6]. Ce peintre qui demeura entre vingt et trente ans à Montpellier est l'artisan d'un enseignement de l'art de qualité dans la ville. Puis c'est François-Xavier Fabre (1766-1837) qui donnera son nom au musée et dont l'école se situe dans les locaux, boulevard de l'Esplanade Charles-de-Gaulle.

L'École de peinture de Montpellier devient la Société des beaux-arts de Montpellier en 1779. La ville va créer en 1872 l'École municipale des beaux-arts et par arrêté ministériel de 1882, elle devient l'École régionale des beaux-arts et obtient des subventions de l'État. Elle devient ainsi la quatrième école régionale d'art après Lyon, Toulouse et Marseille[7].

Durant l'année 1977, l'École régionale des beaux-arts devient l'École supérieure des beaux-arts de Montpellier et délivre le diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP), option art[8].

L’établissement s’implante définitivement en centre ville, en 1984, et donne son nom au quartier des « Beaux-Arts »[9].

En 2011[10], l’École supérieure des beaux-arts de Montpellier prend la forme juridique d’un établissement public de coopération culturelle (EPCC)[11].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une des salles d'informatique de l'ESBAMA.

L'ESBAMA propose aux étudiants un environnement méthodologique et scientifique ayant pour objectif de développer les capacités de création et acquérir progressivement et durablement l'autonomie nécessaire pour l'avenir des auteurs et des créateurs. Les étudiants doivent être aptes à exercer une activité professionnelle dans les domaines de l'art, de la création, de la culture ou de l'enseignement.

L'essentiel des axes dominants de l’établissement sont[12] :

  • Une équipe pluridisciplinaire et expérimentée d'enseignants, comprenant nombre d’artistes et de chercheurs,
  • Un présentiel quotidien de professionnels et d’artistes,
  • Une organisation régulière de conférences réalisés par des personnalités invitées,
  • La communication des étudiants avec les anciens diplômés,
  • La rencontre avec d'autres établissements d'enseignement supérieur, dont les universités et les écoles d'art,
  • Le contact avec le monde des entreprises, des expositions et des éditions,
  • Un parc de matériels permettant la réalisation des projets les plus élaborés.

Des bilans individuels sont organisés, chaque semestre, sous forme de réunion pour suivre les travaux des étudiants. Ces derniers permettent d'évaluer l'engagement personnel aux travers d'une prestation orale sur la détermination, l'évolution et la singularité du parcours en cours ainsi que des évolutions dans le travail réalisé. Conçus comme une approche pédagogique, le but des bilans est d'apporter une progression individuelle et personnalisée[13].

Concours d'admission[modifier | modifier le code]

L'admission est réservée aux étudiants âgés de 18 ans révolus et 35 ans au maximum. Le dépôt du dossier se fait avant la fin du premier trimestre de l'année, les épreuves se déroulent au début du deuxième trimestre et les résultats sont publiés dans les journées suivantes. Les candidats doivent être titulaire d'un baccalauréat ou d’un titre équivalent au baccalauréat français ou étranger. Le concours se déroule autour de deux épreuves. L'une écrite portant sur la culture générale et l'expression plastique. L'autre orale, auprès d'un jury, pour argumenter sur la base de la présentation d’un dossier personnel.

Le dossier d'inscription est accessible sur le site de l'ESBAMA[14].

Diplômes[modifier | modifier le code]

L'ensemble des diplômes validés par l’ESBAMA sont agréés par le ministère de la Culture[13].

Il correspond à un niveau d’études bac + 3 et valide les trois premières années du cursus correspondant à la phase programme.
Ce diplôme sanctionne le suivi et la rigueur de l’implication dans le cursus artistique et valide la capacité de l’étudiant à s’engager dans un travail personnel et argumenté.
Il correspond à un niveau d’études bac + 5 avec un grade de Master en école d’art et ne peut être acquit qu'après l'obtention du diplôme national d’arts plastiques (DNAP). Le DNSEP est inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).
Le DNSEP valide la capacité de l’étudiant à affirmer une pratique personnelle, à développer des propositions plastiques et conceptuelles originales et à s’inscrire dans des projets de recherche.
Il valide les acquis de la deuxième année en école d’art.
  • Le certificat d’études supérieures d’arts plastiques[15] (CESAP).
Il est obtenu par la validation de la quatrième année.

Dotation de crédits européens[modifier | modifier le code]

Une dotation en crédits européens (ECTS) a été mise en place pour 33 semaines de cours réparties en deux semestres représentant une année universitaire.

Le nombre maximum de crédits européens pouvant être attribué pour chacun des semestres est de 30.

L'accession de l’étudiant au semestre suivant implique l’obtention d’au moins 24 crédits européens, à l’exception du passage au semestre 3, qui doit nécessiter d’obtenir 60 crédits, du passage au semestre 6, qui demande de posséder 150 crédits et du passage au semestre 10, qui requiert l'obtention de 270 crédits.

Pour obtenir des crédits manquants du semestre précédent, il peut être accordé six crédits compensatoires par une concertation collégiale des enseignants de l’année concernée, en fonction de l’engagement avéré de l’étudiant.

Quel que soit le cursus choisi, l’étudiant ayant à disposition 120 crédits européens à l’issue des quatre premiers semestres, obtient le certificat d’études d’arts plastiques (CEAP) qui lui est délivré par le directeur de l’établissement.

Tous les crédits européens correspondant à un cycle, ils sont validés avant la présentation de ce diplôme, hors crédits attachés aux épreuves du diplôme. Aucun crédit ne peut être substitué à ceux attachés à la réussite des épreuves du diplôme.

Le redoublement pour les étudiants n’ayant pas obtenus le nombre minimum de crédits européens requis pour le passage aux semestres 3, 5, 7 et 9 ou pour la présentation du diplôme est soumis à l’autorisation exclusive du conseil pédagogique de l’établissement (CPE).

Les étudiants n'ayant pas acquits tous les crédits européens aux épreuves des diplômes sont autorisés à s’inscrire une seule et unique fois dans l’établissement[13].

Recherche[modifier | modifier le code]

L'unité de recherche (UR) est établie sous le nom de projet ELanS[12] : Espaces, subjectivités et langages. Il est construit sur un tronc commun pour déployer ou associer la multiplicité d'activités de recherche en art, au sein de l'ESBAMA et en rapport avec son contexte local, régional, national et international.

Dans la continuité des évolutions des dernières années, la recherche est une mise en crise des pratiques artistiques habituelles par l'adoption et l'invention de nouvelles méthodes pour faire face à de nouvelles problématiques.

Par définition, la recherche ne peut se confondre avec la pédagogie et garde une spécificité quant à la nature de ses activités, objectifs, méthodes et des résultats attendus.

Cette relative autonomie de recherche n'est pourtant aucunement de l'ordre d'une absolue indépendance ni de l'autarcie. Ce sont les enseignants qui font la recherche et c'est l'ensemble de l'équipe pédagogique qui élabore collectivement les voies d'explorations. Lesquelles sont associées aux contenus des enseignements qu'ils dispensent. Cette approche est quotidiennement validée par le conseil pédagogique et de recherche (CPR), le conseil scientifique pédagogique et de la recherche (CSPVE) et le conseil d'administration (CA).

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive (Classement du plus récent au plus ancien)

Anciens directeurs[modifier | modifier le code]

Anciens professeurs[modifier | modifier le code]

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Henri Stein, La Société des beaux-arts de Montpellier 1779-1787 : Extrait des archives de l'art français, t. VII, Paris, Imp. Daupeley-Gouverneur, , 39 p. (lire en ligne [PDF]) (consulté le 15 octobre 2016)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Bernard Derrieu, L'art selon la Troisième République à l'École des Beaux-Arts de Montpellier, Montpellier, Études héraultaises, , 7 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]) (consulté le 24 octobre 2016)
  • Jean Claparède, Houdon et la Société des beaux-arts de Montpellier (1779-1784), Montpellier, Études héraultaises, , 10 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]) (consulté le 15 octobre 2016)
  • Aurélie L’Hermet, L’École des beaux-arts de Montpellier pendant la période d’entre deux guerres, Montpellier, Université Paul Valéry (Montpellier 3),

Photographies illustrant l'école.[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Établissements et partenaires, sur le site de l'ESBAMA (consulté le 10 octobre 2016)
  2. Les fonds européen de développement régional (FEDER), sur le site de l'europe-en-france.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2016)
  3. « Présentation de l'association », sur ANdÉA (consulté le 10 octobre 2016)
  4. Instruction publique, sciences et arts, sur le site des archives de pierresvives (consulté le 12 octobre 2016)
  5. Jean Troy (1638-1691), sur le site des Musées de Midi-Pyrénées (consulté le 9 octobre 2016)
  6. Charles d'Aigrefeuille, Histoire de la ville de Montpellier, depuis les origines..., chez Jean Martel imprimeur du roy, 1739 2e partie.
  7. [PDF] L’école des Beaux-arts dans l’histoire, sur le site de l'ESBAMA (consulté le 12 octobre 2016)
  8. L'ESBAMA, sur le site de l'artcontemporain-languedocroussillon.fr (consulté le 12 octobre 2016)
  9. L'histoire du Quartier des Beaux-Arts, sur le site de l'Association Beaux-Arts et Pierre Rouge (consulté le 9 octobre 2016)
  10. L'École supérieure des beaux-arts (ESBAMA), sur le site de Montpellier Méditerranée Métropole (consulté le 12 octobre 2016)
  11. L'ESBAMA, l'histoire, sur le site de l'air de Midi (consulté le 12 octobre 2016)
  12. a et b Liste des écoles : École supérieure des beaux-arts de Montpellier Méditerranée Métropole, sur le site de l'ANdÉA (consulté le 10 octobre 2016)
  13. a, b et c Cursus livret de l'étudiant, sur le site de l'ESBAMA (consulté le 11 octobre 2016)
  14. Concours d'entrée, sur le site de l'ESBAMA (consulté le 11 octobre 2016)
  15. Diplômes nationaux, sur le site de l'ANdÉA (consulté le 11 octobre 2016)
  16. Camille Descossy (1904-1980), sur le site de l'art contemporain en Languedoc-Roussillon (consulté le 24 octobre 2016)
  17. a et b Note du livre de l'art selon la 3e République à l'École des Beaux-Arts de Montpellier de Bernard Derrieu., p. 4.
  18. a et b Biographie de Georges Dezeuze, sur le site de méridianes éditions (consulté le 24 octobre 2016)
  19. a, b, c, d et e Note du livre de la Société des beaux-arts de 1779-1787 d'Henri Stein., p. 15.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]