Esplanade Charles-de-Gaulle (Montpellier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Esplanade Charles-de-Gaulle.

Esplanade Charles-de-Gaulle
Image illustrative de l’article Esplanade Charles-de-Gaulle (Montpellier)
Situation
Coordonnées 43° 36′ 41″ nord, 3° 52′ 52″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Ville Montpellier
Tenant Place de la Comédie
Aboutissant Palais des congrès du Corum
Morphologie
Type esplanade

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Esplanade Charles-de-Gaulle

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Esplanade Charles-de-Gaulle

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
Esplanade Charles-de-Gaulle

L’esplanade Charles-de-Gaulle ou esplanade de la Comédie est une place de Montpellier.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette espace porte le nom de l'ancien Président de la République française Charles de Gaulle (1890-1970).

Historique[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'esplanade est liée aux remparts de la ville. C'est après le siège de la ville, en 1622, où Louis XIII a ordonné au duc de Montmorency de canonner la rébellion protestante[1], qu'une première partie de la commune clôture ou des remparts est détruite afin de pouvoir tenir la ville sous le feu des pièces d'artilleries situées sur la citadelle[2].

Encore partiellement visible de nos jours, la géographie des lieux de l'époque est composée par un bastion nord, dit « bastion du Roy », installé à proximité du Corum actuel, était relié par un mur à la Porte du Pila Saint Gély et le bastion sud, dit « bastion de la Reyne », situé à proximité du « monument aux morts de toutes les guerres », était relié par un fossé large et profond à la Porte de Lattes[2], située a proximité de la station de tramway de la place de la Comédie actuelle. Les murs de la commune clôture ont été abattu et le fossé comblé, en 1679, donnant naissance à un chemin carrossable[2]. Ce dernier est utilisé comme terrain militaire qui servait pour les manœuvres des soldats basés dans la place forte voisine, la citadelle, devenue l'actuel lycée Joffre.

En 1723[3] et l'année suivante, le duc de Roquelaure, lieutenant du roi en Languedoc, fait nettoyer le terrain sauvage et y fait aménager une promenade[4],[5]. Cette dernière s'étend entre la citadelle et la ville[3]. Les travaux sont conduit par l'ingénieur Dominique de Sénès[6]. Elle est baptisée la Roquelaure en honneur de son créateur[4],[5]. Elle est complétée par le « Champ de Mars » en 1793[3]. Une colonne de la Liberté est érigée de 1791 à 1814.

En 1844 avec l'émergence des chemins de fer de l'Hérault reliant Montpellier à Nîmes, le creusement d'une tranchée est réalisé au pied des bastions ouest de la citadelle et le « Champ de Mars »[3].

Le jardin du Champ-de-Mars est vendu par l'armée à la Ville et transformé en esplanade en 1900. On y a aménagé des bassins, de nombreuses statues et un monument aux morts qui, à l'origine, était situé près de l'actuel Corum, opéra Berlioz et palais des congrès.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle se trouve dans la continuité de la place de la Comédie. Elle est bordée de platanes, égayée par de nombreuses fontaines et comprend un parc boisé (le jardin du Champ-de-Mars)[7]. Elle constitue le parvis du lycée Joffre, installé depuis 1947 dans l'ancienne citadelle de Montpellier.

Elle est délimitée par les boulevards Sarrail et Bonne-Nouvelle, l'allée de la Citadelle et l'avenue Frédéric-Mistral.

Les voies de circulation sur l'esplanade sont :

  • Allée Paul-Boulet, du nom de Paul Boulet (1894-1982), professeur à la faculté de médecine de Montpellier, maire de Montpellier et député de l'Hérault ;
  • Allée Jean de Lattre-de-Tassigny ;
  • Allée de Jérusalem ;
  • Allée des Potiers ;
  • Allée Missak-Manouchian (1906-1944), inaugurée le 11 mai 2007[8] ;
  • Esplanade André-Pallies (1916-2006) ;
  • Allée des Déportés ;
  • Passerelle Auguste-Comte ;
  • Passerelle de la Citadelle.

Voisine du Palais des congrès du Corum, trois voies permettent un accès piétonnier :

  • Allée des Républicains-espagnols ;
  • Allée du Saint-Esprit (sur le toit de l'édifice), en référence à la chapelle de l'ordre du Saint-Esprit et à l'ancienne porte du Saint-Esprit (dite aussi de Montferrand) mises au jour par les travaux de mise en place de la 1re ligne de tramway ;
  • Allée Michel-Austasie (sur le toit de l'édifice), du nom de l'assistant de l'architecte Claude Vasconi.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Le jardin du Champ de Mars[modifier | modifier le code]

Ouvert au public depuis 1900, le parc d'une superficie de 35 000 m2 fut aménagé par l'architecte paysagiste de la fin du XIXe siècle, Édouard André (1840-1911) également concepteur du parc Montsouris et du parc des Buttes-Chaumont à Paris. Allées curvilignes, pièce d'eau centrale, cascade prouvent la conception classique de ce jardin. On y retrouve l'atmosphère du début du siècle où le jardin a pour fonction essentielle la promenade et la découverte des éléments qui composent le parc : présence d'eau, végétations recherchées. Depuis plusieurs années, la ville de Montpellier a consenti un effort important pour la bonne conservation de ce parc. Une aire de jeu sur le thème de la musique a été réalisée en 2008.

Arbres remarquables : plaqueminier (dospyros lotus), marronnier rouge (aesculus × carnea), podocarpus (podocarpus macrophyllus), palmier nain (chamaerops humilis), arbre aux 40 écus (ginkgo biloba), palmier bleu (erythea arnata), érable negundo (acer negundo), sterculia à feuilles de platane (sterculae platanifolia), sterculia à feuilles d'érable (sterculea acerblia), chêne à feuilles de châtaignier (quercus castaneaefola), chêne écarlate (quercus coccinea), marronnier d'Inde (aesculus hippocastanum), chêne chevelu (quercus cerris), magnolia grandifloria, grenadier (punica granatum), chêne d'Espagne (quercus hispanica lucombeana), noisetier de Byzance (corylus colurna), cèdre de l'Himalaya (cedrus deodara), cèdre de l'Atlas (cedrus atlantica), calocedrus (calocedrus decurens), platane (platanus × hispanicus).

Édifices et services[modifier | modifier le code]

  • Le lycée Joffre, ancien grand lycée impérial, datant de 1804 ;
  • L'office de tourisme de Montpellier ;
  • Espace Dominique-Bagouet : salle d'exposition dédiée aux artistes régionaux des XIXe et XXe siècles ;
  • Le Pavillon populaire : cet édifice réalisé en 1891 a accueilli successivement le cercle de l'association des étudiants, une bibliothèque, un hôpital militaire pendant la guerre, les associations montpelliéraines. Aujourd'hui lieu d'exposition consacré à l'art photographique, il servit d'annexe au musée Fabre ;
  • Le kiosque Bosc : En 1926, le compositeur Auguste Bosc décide de faire construire un kiosque à musique sur l'esplanade de la Comédie[9]. Une façon de remercier sa ville natale de lui avoir offert une bourse pour étudier la musique au Conservatoire de musique de Paris. L'édifice est inauguré le à l'occasion d'un concert dirigé par le compositeur lui-même[9]. Il s'agit du premier ouvrage en béton armé à Montpellier réalisé par l'architecte Élie-Marcel Bernard[10],[11]. Il est labellisé « Patrimoine du XXe siècle », le [9] ;
  • Le musée Fabre : principal musée d'art de Montpellier, ouvert au public en 1828, il a le statut de musée de France, au sens de la loi no 2002-5 du  ;
  • La Maison des relations internationales (hôtel de Sully) : elle abrite la Direction des relations internationales de la ville de Montpellier, la Maison de l'Europe de Montpellier, accueille le consul honoraire de la République fédérale d'Allemagne, le vice-consulat honoraire d'Italie et le consul honoraire du Royaume des Pays-Bas ;
  • Le Corum : le palais des congrès a été construit au bout de l'Esplanade par l'architecte Claude Vasconi ;
  • Le Centre Rabelais : ancien cinématographe Pathé créé en 1907, racheté par la ville, le centre fait office de salle polyvalente (100 places, 70 m²) et dispose d'une salle de projection d'une capacité de 400 places assises pour une surface de 550 m2.
Façade du Centre Rabelais, ancien cinéma Pathé de Montpellier.

Commerces[modifier | modifier le code]

Quatre kiosques sur l'esplanade sont occupés par des brasseries. L'esplanade a aussi son manège et un fleuriste.

Monuments et sculptures[modifier | modifier le code]

Panneau visible près de l'office de tourisme.
  • Le monument aux morts de toutes les guerres[12] : Le , le conseil municipal de la ville décide d’élever un monument, l’édifice est inauguré le , en plein cœur du jardin de l’Esplanade. Conçu dans un style corinthien, traité à l’antique, en forme d’hémicycle par l’architecte Jean-Claude Février[13], le monument porte sur la corniche l'inscription « Montpellier à ses enfants morts pour la France » et sur toute la longueur, l'énumération des noms des principales batailles de la Grande Guerre : « Noyon, Vervins, Aisne, Rozelieures, Orient, Champagne, La Somme, Verdun, La Marne, L’Yser, Argonne, Alsace, Dardanelles, Coucy-le-Château, Syrie, Hartmann ». Les mots « Honneur » et « Patrie » sont gravés sur les piliers extérieurs[14] ;
  • Monument aux morts « Aux soldats de l'ombre » : une urne contient des cendres humaines et de terre mêlées recueillies dans les fosses communes du camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau le 23 juin 1993[15] ;
  • Charles de Gaulle, buste en bronze par Hugues Malbreil, inauguré en décembre 2008[16] ;
  • Allégories d'Allan McCollum : cinq sculptures polychromes reproduisant des statues du XVIIIe siècle du château Bonnier de la Mosson à Montpellier. Œuvres inaugurées le 1er juillet 2000 pour la création de la 1re ligne du tramway. Peintes chacune de couleurs différentes[17] ;
  • Marsyas, 1904, statue par Jacques Louis Robert Villeneuve ;
  • Arbre Palestine - la Paix par le droit Journée de la terre[Par qui ?] (mars 2008) ;
  • Jean Jaurès, sculpture[Par qui ?] ;
  • La Prairie, statue par Horace Daillion (1911) ;
  • Le Vent, 1991, sculpture par Baldini ;
  • Sculpture[Par qui ?] « En souvenir des 800 000 viticulteurs » rassemblés ici le 9 juin 1907 autour de Marcellin Albert et d'Ernest Ferroul pour sauver les viticulteurs. Inauguration le 2 septembre 2008.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Mémorables d'antan
Actuelles
  • Depuis 1986, la Comédie du livre a lieu durant trois journées au mois de mai de chaque année. Elle est organisée sous l'égide de la métropole Montpellier Méditerranée Métropole[19] ;
  • Les estivales : créée en 2001, cette manifestation qui se déroule pendant deux mois (de juillet à septembre) présente une cinquantaine de stands d'artisans d'art et des stands festifs et culturels (restauration, produits du terroir, dégustation de vins, bouquinistes…) ;
  • les hivernales : marché de Noël inauguré en 2008 sur le modèle des estivales.

Source et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. Gérard Cholvy (dir.) ((compte-rendu)), Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, coll. « Univers de la France et des pays francophones », , pl., 438 p., 23 cm (ISBN 9782708947283, présentation en ligne, lire en ligne), p. 120 (consulté le 9 décembre 2018)
  2. a b et c « La petite histoire des grands boulevards de Montpellier », publié le 12 juin 2016 par Thierry Arcaix, sur le site La Marseillaise (consulté le 9 décembre 2018)
  3. a b c et d « Citadelle », notice no PA00103530, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 11 décembre 2018)
  4. a et b « De l'Esplanade de la Citadelle et la Roquelaure à l'Esplanade Charles de Gaulle de Montpellier », publié le 27 août 2010 par Doris Kneller, sur le site Les gens de Montpellier (consulté le 11 décembre 2018)
  5. a et b Note sur la Société languedocienne de géographie, p. 291.
  6. René-Nicolas Dufriche Desgenettes, Éloges des Académiciens de Montpellier : pour servir à l'histoire des sciences dans le XVIIIe siècle, Paris, Imp. de Bossange et Masson, , 322 p., In-8° (OCLC 797002695, notice BnF no FRBNF30330980, présentation en ligne, lire en ligne), p. 112 (consulté le 12 décembre 2018)
  7. L'Esplanade Charles-de-Gaulle, publié sur le site montpellier.fr (consulté le 9 décembre 2018)
  8. Allée Missak Manouchian, publié en 2011 sur le site acam-france.org (consulté le 9 décembre 2018)
  9. a b et c « Kiosque Bosc », notice no EA34000004, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 9 décembre 2018)
  10. « Montpellier : le kiosque Bosc labellisé Patrimoine du XXe siècle », publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le 9 décembre 2018)
  11. [PDF] Biographie d'Élie Marcel Bernard (Montpellier 1894-1981), page 1/1, publié le sur le site du ministère de la Culture (consulté le 9 décembre 2018)
  12. Le monument aux morts de toutes les guerres à Montpellier, publié sur le site du petit-patrimoine.com (consulté le 9 décembre 2018)
  13. [PDF] Montpellier Magazine no 32, page 1/1, publié le sur le site de Montpellier Méditerranée Métropole (consulté le 9 décembre 2018)
  14. Le Monument aux morts de toutes les guerres de Montpellier, publié le sur le site cimetieresdemontpellier.wordpress.com (consulté le 9 décembre 2018)
  15. Aux soldats de l'ombre à Montpellier, publié sur le site du petit-patrimoine.com (consulté le 11 décembre 2018)
  16. Buste de Charles de Gaulle à Montpellier, publié sur le site du petit-patrimoine.com (consulté le 9 décembre 2018)
  17. Recouvertes de peinture argentée par un vandale de 2006 à 2010. L'artiste s'était ému qu'elles ne soient pas restaurées (« Mc Callum united color », in Direct Montpellier plus, jeudi 4 février 2010, no 864, p. 2).
  18. Histoire : Rétrospective 1946 et 1947, publié le par Mamasse, sur le site boulistenaute.com (consulté le 9 décembre 2018)
  19. Site officiel de la manifestation : comediedulivre.fr (consulté le 9 décembre 2018)