Hôtel Montcalm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hôtel Montcalm
Hôtel Montcalm (DPJ-180607-2062B).jpg
Présentation
Type
Fondation
Localisation
Adresse
1 rue JoffreVoir et modifier les données sur Wikidata
34000 Montpellier, Hérault
Flag of France (lighter variant).svg France
Coordonnées

L’hôtel Montcalm, de son ancien nom hôtel du Quartier Général[1], est un hôtel particulier construit au début du XIXe siècle et, situé à Montpellier, dans le département de l'Hérault.

Proche du cœur historique de la ville, entre la gare Saint-Roch et la place de la Comédie, il doit son nom à un des petits-fils du lieutenant général des armées royales Louis-Joseph de Montcalm qui a soutenu le siège de la ville de Québec en 1758.

Histoire[modifier | modifier le code]

Hôtel particulier[modifier | modifier le code]

L'officier de cavalerie, Louis Marie André Dieudonné de Montcalm ou Comte de Montcalm[2],[3] fait partie de cette longue lignée de familles protestantes originaire de l'ancienne province du Rouergue[4]. Héritier d'une confortable fortune, il achète en 1816 une parcelle d'une propriété de 14 hectares dans les faubourgs de Lattes à la famille de Serres de Mesplès[4]. Quelques années plus tard, il y fait bâtir une demeure avec des décors muraux, des meubles de prestige et une galerie de tableaux qui fait l'admiration des connaisseurs[4]. Il y habite durant trente années et vend l'hôtel particulier en 1853[4].

Hôtel du Quartier Général[modifier | modifier le code]

Cette cession provoque une réunion extraordinaire du conseil municipal de la ville afin de délibérer sur le choix d'un nouvel espace d'accueil pour le général commandant la 10e division[5]. Échangée contre l'hôtel de Guidais[6] ou vendue au ministère de la Guerre, le général commandant s'installe dans les lieux durant le mois de [4].

Durant 150 années, l'armée a occupé ce lieu avant qu'il ne devienne la propriété de la Ville de Montpellier, puis celle de Montpellier Méditerranée Métropole[4]. Un inventaire rapide ne laisse les traces que de quelques peintures murales témoignant de la vogue de l'exotisme après le Retour d'Égypte, de l’histoire militaire de la famille et du raffinement esthétique si particulier de l'époque de son premier propriétaire[4].

En , Jean de Lattre de Tassigny est nommé commandant de la 16e division militaire à Montpellier. Il demeure durant dix mois au quartier général (hôtel Montcalm), jusqu’à son entrée en résistance en [7].

Musée de l’histoire de la France en Algérie[modifier | modifier le code]

Durant l'année 2003, un projet de création de musée de l’histoire de la France en Algérie, période de 1830 à 1962, est validé par le Conseil Municipal de la Ville[8]. Ce dernier est transféré au début de l'année 2006 à Montpellier-Agglomération dans le cadre d'une continuité de transfert de compétence de la filière culturelle et sportive[9]. Une collection est constituée dans cette perspective.

Donnant sur la rue de la République, le parc de l'hôtel Montcalm est inauguré en 2004 par Jean-Louis Roumégas sous le nom de parc Emmanuel Roblès (1914-1995). Il reste accessible au public durant cinq années, avant d'être à nouveau fermé[10].

En vue de réaliser le musée de l’histoire de la France en Algérie et après de longues études, des travaux de chantier démarrent en 2010 pour aménager les locaux et créer un espace d'exposition de 366 m2 sous la cour nord de l'hôtel particulier, pour un budget prévisionnel de 19 360 000 [9].

MO.CO. Hôtel des collections[modifier | modifier le code]

À partir de 2014, après d’importants travaux déjà engagés, Philippe Saurel décide d’annuler le projet de musée de l’histoire de la France en Algérie et de lui substituer un ambitieux projet de nouvelle institution dédiée à l’art contemporain, dont l’hôtel de Montcalm devient le site phare. Le le MO.CO. Hôtel des collections, repensé par l’agence PCA-Stream de Philippe Chiambaretta, est inauguré[4],[11],[12].

Le parc, rebaptisé Jardin des cinq continents rouvre également le 29 juin 2019 à l’occasion de l’inauguration du MO.CO. : il est conçu comme un jardin-atlas par Bertrand Lavier (également créateur de la fontaine), en concertation avec Gilles Clément et Coloco (paysagistes, urbanistes, botanistes, jardiniers et artistes).

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Faire vivre le centre historique : Hôtel du Quartier Général, page 48/64, publié le 4 janvier 2018 sur le site de montpellier.fr (consulté le 11 octobre 2018)
  2. Ministre de la guerre, Compte des pensions militaires accordées pendant l'année 1831, Paris, Imprimerie royale, , XI-242 p., In-4° (présentation en ligne, lire en ligne), p. 111 (consulté le 11 octobre 2018)
  3. Généalogie : Dieudonné de Montcalm, publié sur le site de genealogie-aveyron.fr (consulté le 11 octobre 2018)
  4. a b c d e f g et h Le projet : Hôtel Montcalm, publié sur le site de la panacée.org (consulté le 11 octobre 2018)
  5. Conseil général de l'Hérault (Rapport du préfet), Rapports et délibérations : Session extraordinaire de mai 1853, Montpellier, Conseil général de l'Hérault, , Formats divers (BNF 34521813, présentation en ligne, lire en ligne), p. 5 et suiv. (consulté le 11 octobre 2018)
  6. Un patrimoine transmis au fil des siècles, publié le 30 mai 2015 sur le site de l'hôtel de Guidais (consulté le 11 octobre 2018)
  7. Montpellier sous la libération, publié sur le site de Montpellier-Infos (consulté le 11 octobre 2018)
  8. Musee à l'hôtel Montcalm. Mention spéciale prix de l'ordre des architectes LR, publié sur le site de femmes-archi.org (consulté le 11 octobre 2018)
  9. a et b [PDF] Un musée d’histoire et de société, publié en septembre 2010 dans le journal municipal Harmonie, sur le site georgesfreche-lassociation.fr (consulté le 11 octobre 2018)
  10. Sébastien Hoebrechts, « Le parc Roblès à nouveau ouvert ? », Direct Matin - Montpellier Plus, Montpellier, Groupe Bolloré, no 1681,‎ , p. 5 (présentation en ligne, lire en ligne [in-8°], consulté le ) (consulté le 11 octobre 2018)
  11. Restructuration de l'hôtel Montcalm - Musée MHFA, publié sur le site de l'archicontemporaine.org (consulté le 11 octobre 2018)
  12. [www.moco.art]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]