Albert Dubout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Dubout
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Saint-Aunès
Nationalité
Activité
Formation
Site web
signature d'Albert Dubout
signature

Albert Dubout, né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le et mort à Saint-Aunès (Hérault) le , est un dessinateur humoristique, affichiste, cinéaste et peintre français.

Son dessin se caractérise par son trait contourné et ses personnages caricaturaux, petits messieurs à chapeaux, très grosses dames en robe et scènes de foule mouvementées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Dubout est né le à Marseille. Après des études au lycée de Nîmes[1] , puis à l'école des Beaux-Arts de Montpellier, où il rencontre sa première épouse, Renée Altier, il s'installe à Paris en 1922. Ses premiers dessins paraissent dans L'Écho des étudiants de Montpellier en 1923.

En 1929, Philippe Soupault, directeur littéraire aux éditions Kra, lui fait illustrer son premier livre : Les Embarras de Paris de Boileau. Il effectue son service militaire à Saint-Cloud au 6e groupe GAA[Quoi ?].

Il illustre près de 80 ouvrages, dont 18 recueils de dessins, dont des livres de Boileau, Beaumarchais, Mérimée, Rabelais, Villon, Cervantes, Balzac (Les Cent Contes drolatiques), Racine, Voltaire, Rostand, Poe, Courteline et simultanément des textes officiels (code des impôts) et de nombreux romans (dont les « San Antonio »). Il donna des dessins pour Clochemerle de Gabriel Chevallier.

Il collabore à divers journaux et revues dont Le Rire, Marianne, Éclats de Rire, L'os libre, Paris-Soir, Ici Paris

Il réalise aussi des affiches de cinéma et de théâtre, en particulier pour Marcel Pagnol, ainsi que des décors. Il travaille dans la publicité, dessine de nombreuses couvertures de livres et des pochettes de disques, ainsi que de très nombreux dessins mêlant humour et pornographie. Sa production de peintures à l'huile (70 tableaux) est plus confidentielle.

Au cinéma, il réalise d'abord deux courts métrages d'animation avec notamment la collaboration de Lucienne Berthon et Marcel Bouret en 1947, Anatole fait du camping et Anatole à la tour de Nesle, qui mettent en scène le malingre Anatole et son adversaire, le brutal Sparadra. Il scénarise ensuite La Rue sans loi en 1950 et Anatole chéri en 1954 : ces deux longs métrages, qui transposent son univers graphique en prise de vues réelle, sont des échecs commerciaux.

En 1951, son nom apparaît dans le Petit Larousse. En 1953, le président Vincent Auriol le décore de la Légion d'honneur.

En 1965, il illustre les Aventures de San-Antonio à la demande de Frédéric Dard.

En 1967, il s'installe avec sa seconde épouse, Suzanne Ballivet, également artiste peintre, à Mézy-sur-Seine. Jusqu'à sa mort en 1976, il partagera son temps entre cette localité et Palavas-les-Flots. Dans ses caricatures, il s'est d'ailleurs souvent moqué du petit train de Palavas et des touristes se rendant dans la petite station balnéaire.

Il est inhumé au cimetière Saint-Fulcrand de Saint-Aunès, au côté de Suzanne Ballivet.

Postérité[modifier | modifier le code]

Depuis 1992, un musée lui est consacré dans la redoute de Ballestras à Palavas-les-Flots (Hérault)[2].

La ville de Montpellier a baptisé une avenue à son nom après sa mort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dubout, Carton, les cahiers du dessin d'humour, 1975.

Liens externes[modifier | modifier le code]