Wildersbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wildersbach
Vue du village entouré de montagnes.
Vue du village entouré de montagnes.
Blason de Wildersbach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Molsheim
Canton Schirmeck
Intercommunalité C.C. de la Vallée de la Bruche
Maire
Mandat
Paul Fischer
2014-2020
Code postal 67130
Code commune 67531
Démographie
Gentilé Wildersbachois(es)
Population
municipale
315 hab. (2011)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 16″ N 7° 13′ 26″ E / 48.43777778, 7.2238888948° 26′ 16″ Nord 7° 13′ 26″ Est / 48.43777778, 7.22388889  
Altitude Min. 390 m – Max. 850 m
Superficie 3,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Wildersbach

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Wildersbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wildersbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wildersbach
Liens
Site web http://wildersbach.valleedelabruche.fr

Wildersbach est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace.

C'est un village du massif vosgien, tout proche du Champ du Feu, le point culminant du département.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se trouve dans une cuvette bordé de montagnes boisées. C'est la vallée de la Rothaine, un affluent de la Bruche. Cependant le village est arrosé par un ruisseau, le Wildbach, qui se jette dans la Rothaine un peu plus loin. Les principaux sommets dans lesquels s'étend la commune sont La Kiaye (450 Mètres d'altitude), Le Pont de Pierre (630 Mètres d'altitude), La Reval (720 Mètres d'Altitude), Le Frenat (890 Mètres d'Altitude) puis le plateau de la Schleiffe (800 Mètres d'Altitude) et Le Bouche-Pré (910 Mètres d'Altitude), ces deux sommets étant partagés entre la commune et celle de Neuviller-la-Roche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Wildersbach faisait partie de l'ancienne seigneurie du Ban de la Roche.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Wildersbach

Les armes de Wildersbach se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier de gueules aux trois rocs d'échiquier d'argent, au second d'argent au lion d'azur, armé et lampassé de gueules, couronné d'or. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie-école.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours André Fassler[2]    
mars 2001 mars 2008 André Fassler    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 315 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
326 375 380 447 480 625 620 654 604
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
629 725 768 767 735 691 648 620 604
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
603 596 563 513 479 436 402 365 338
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
322 292 265 264 260 282 314 318 315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village abritait autrefois une filature textile.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelage avec Woolstock

Comme sept autres communes du Ban de la Roche (Bellefosse, Belmont, Fouday, Neuviller-la-Roche, Rothau, Solbach et Waldersbach), Wildersbach est jumelée depuis le 15 juillet 1984 avec Woolstock, une petite localité américaine de l'Iowa qui a accueilli au XIXe siècle des immigrants en provenance du Ban de la Roche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Denis Leypold, Le Ban de la Roche au temps des seigneurs de Rathsamhausen et de Veldenz (1489-1630), Oberlin, Strasbourg, 1989, 119 p.
  • (fr) « Wildersbach », in La Haute vallée de la Bruche, Patrimoine d’Alsace, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Éditions Lieux Dits, Lyon, 2005, p. 53-54 (ISBN 978-2-914528-13-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]