Radiobalise de localisation des sinistres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Radiobalise de localisation des sinistres (RLS) EPIRB émettant sur 406 MHz et sur 121,500 MHz.
Fichier audio
Modulation d'une radiobalise de détresse sur 121,5 MHz (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Une radiobalise de localisation des sinistres[1] RLS est un transmetteur qui émet un signal dans la bande de fréquence 406 MHz en numérique en cas de détresse, d'urgence pour donner l'emplacement d'un navire, d'un avion ou d'une personne en détresse. Ce signal est ensuite reçu par un ou des satellites du réseau Cospas-Sarsat et GEOSAR qui déterminent la localisation et transmettent les coordonnées au bureau de recherche le plus proche. Le signal peut contenir l'information de la position prise par GPS ce qui rend la localisation plus aisée.

On divise en trois types ces radiobalises :

  • balise radiophare maritime de position d'urgence « EPIRB » Emergency Position Indicating Radio Beacon ,
  • balise émetteur de localisation d'urgence à l'aviation « ELT » Emergency Locator Transmitter ,
  • balise personnelle « PLB » Personal Location Beacon .


Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La balise émet sur une fréquence entre 406 MHz et 406,1 MHz[2] et sur la fréquence 121,500 MHz[3] avec une autonomie de 100 h à +20 °C et une autonomie de 40 h à -40 °C. Ces radiobalises peuvent se mettre automatiquement en fonctionnement lorsqu’elles sont en contact avec l'eau de mer ou dès qu'elles quittent leur conteneur (présence d'un aimant faisant office d'interrupteur). Elles peuvent aussi être mises en marche manuellement.

  • Une radiobalise a une puissance comprise entre 3 W et 7 W sur une fréquence entre 406 MHz et 406,1 MHz en transmission numérique codée du MMSI d'une durée de 440 ms tous les 50 s .
  • Une radiobalise a une puissance comprise entre 20 mW et 350 mW sur 121,500 MHz. La Modulation d'amplitude émise sur cette fréquence correspond à un balayage de plus de 700 Hz entre 300 Hz et 1 600 Hz et servira au radioguidage des moyens de secours, une fois ces derniers arrivés sur les lieux du sinistre.
  • Sur les navires. La radiobalise de localisation de sinistre est placée dans les parties hautes du navire, dans un conteneur muni d'un largueur hydrostatique conçu pour la libérer automatiquement par détection d'une pression équivalente à une immersion à une profondeur de 3 à 4 mètres lorsque le navire coule.
  • Depuis 1er février 2009, les satellites Cospas-Sarsat ne localisent plus les émissions sur les fréquences : 121,500 MHz et 243 MHz[4].

Veille de la fréquence 121,5 MHz[modifier | modifier le code]

Radiophare de repérage d'urgence.

La veille de la fréquence 121,5 MHz est assurée sans interruption durant les heures de service par :

De plus :

Tableau de la bande 406 MHz[modifier | modifier le code]

Tableau des canaux assignés de la bande 406 MHz à 406,1 MHz[7] :

Fréquences Canaux Dates de commercialisations
406,025 MHz B balises construites entre 1982 et 2001
406,028 MHz C balises construites entre 2000 et 2006
406,037 MHz F balises construites depuis 2004
406,040 MHz G balises construites depuis 2011
406,049 MHz J futures balises
406,052 MHz K futures balises
406,061 MHz N futures balises
406,064 MHz O futures balises
406,073 MHz R futures balises
406,076 MHz S futures balises

La fréquence de 121,500 MHz toujours présente, sert au radioguidage des moyens de secours, une fois ces derniers arrivés sur les lieux du sinistre[8].

Types[modifier | modifier le code]

Le type d'une balise de signal de détresse est déterminé par l'environnement pour lequel elle a été conçue :

ELT
  • RLS (Emergency Position radiobalises) Radiobalise de localisation des sinistres,
  • ELT (Emergency Locator Transmitter) Radiobalise de signal de détresse d'avion,
  • PLB (Personal Location Beacon) balises de localisation personnelle. Elles sont à usage personnel et destinées à désigner une personne en détresse qui est loin de la normale des services d'urgence.
Chaque type est sous-classifié RLS comme suit
  • Catégorie I - 406/121.5 MHz. Surnagent librement, automatiquement activés RLS. Détectables par satellite partout dans le monde. Reconnus par le SMDSM.
  • Catégorie II - 406/121.5 MHz. Similaires à la catégorie I, sauf qu'ils sont activés manuellement. Certains modèles sont également activés par l'eau.
sous-ELT classement

Les ELT pour les aéronefs peuvent être classés comme suit : ELT, automatiquement éjecté ; AD ELT, automatique déployable ; ELT F, fixe ; AF ELT, automatique fixe ; AP ELT, automatique portatif ; W ELT, activé par l'eau ; S ELT, à la survie.

Il y a deux sortes de PLB 

PLB avec GPS, PLB sans GPS.

Méthodes d'activation[modifier | modifier le code]

Il y a deux façons d'activer une balise :

  • manuellement, ou
  • automatiquement

Des RLS automatiques sont activées par l'eau, tandis que d'autres ELT automatiques sont activées à l'impact (force G) (en aéronautique).

Caisson Largueur hydrostatique contenant une RLS type « EPIRB »

Certaines RLS de marine, pour transmettre un signal (ou «activer»), doivent d'abord sortir de leur support (ou "deploy"). Le déploiement peut se faire soit manuellement (une personne doit physiquement sortir la balise de son support), soit automatiquement (la pression de l'eau déclenche un dispositif de dégagement hydrostatique pour libérer le RLS de son support). Elle ne sera pas activée si elle ne sort pas de la console, car un aimant dans le support fait office d'interrupteur de sécurité dans la RLS. Il s'agit d'éviter toute activation accidentelle lorsque l'appareil est mouillé par la pluie ou l'eau embarquée.
Une fois déployé, RLS peut être activée selon les circonstances, soit manuellement (par un membre d'équipage à l'aide d'un interrupteur) soit automatiquement (dès que l'eau entre en contact avec l'unité « mer-switch »). Tous les RLS modernes offrent deux méthodes d'activation et de déploiement et sont donc étiquetés « manuelle et automatique de déploiement et d'activation. »

Balises incompatibles avec Sarsat Cospas[modifier | modifier le code]

Les balises obsolètes :

  • balises Inmarsat-E sur 1646 MHz UHF. Ce service inmarsat est terminé.
  • balises 500 kHz[12] ces balises fonctionnent dans une bande radiotélégraphique, et ne sont donc plus détectables par les stations SMDSM 1999.
  • balises 8 364 kHz[13] ces balises fonctionnent dans une bande radiotélégraphique, et ne sont donc plus détectables par les stations SMDSM 1999.
  • Balise aéronautique: 40,5 MHz[14] ces balises fonctionnent dans une ancienne bande aéronautique qui n'existe plus. Les balises 40,5 MHz restent détectables sur la fréquence 121,500 MHz suite la relation harmonique de rang 3 soit (harmonique 3 × 40,5 MHz = 121,5 MHz).
  • Balise de sauvetage de la Seconde Guerre mondiale fonctionnent sur la fréquence de 140.580 MHz[15]. Exemple: Balise de détresse militaire AN/CRC-7.

Balises ASN SMDSM[modifier | modifier le code]

Balises ASN compatible avec le Système mondial de détresse et de sécurité en mer[16]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ff-aero.fr/ed/document/Arrete_Balise_406-26decembre2008.pdf
  2. Résolution 205 (rév.Mob-87)
  3. Toute balise de détresse doit être capable d’émettre simultanément sur les fréquences 121,5 MHz et 406 MHz. Conformément à l’annexe 10 de l’OACI. Arrêté du 26 mars 2008 relatif à l’obligation d’emport, aux fins de recherche et sauvetage des aéronefs, d’une balise de détresse fonctionnant sur 406 MHz. Journal Officiel du 3 avril 2008.
  4. http://www.cospas-sarsat.org/Status/spaceSegmentStatusF.htm
  5. http://www2.equipement.gouv.fr/bulletinofficiel/fiches/BO20072/A0020028.htm JO
  6. Article 219-7-5. Matériel radioélectrique dispositions générales http://www.droit.org/jo/19981013/EQUH9801252A.html
  7. C/S T.012 Issue 1- Rév 4 novembre 2007.
  8. Annexe 10 de l’OACI. Arrêté du 26 mars 2008 relatif à l’obligation d’emport, aux fins de recherche et sauvetage des aéronefs, d’une balise de détresse fonctionnant sur 406 MHz. Journal Officiel du 3 avril 2008.
  9. Recommandation de l'Union internationale des télécommunications, référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR5.111 ; RR5.226 ; RR30.11 ; RR54.2 ; AP15, Tableau 15-2 ; AP18
  10. Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR5.108 ; RR5.111 ; RR30.11 ; RR52.189 ; RR52.190 ; AP15, Tableau 15-1 ; RES 331 (Rév.CMR-07) ; RES 354 (CMR-07)
  11. Recommandation de l'Union internationale des télécommunications, référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR5.111 ; RR5.256
  12. Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR472/S5.83 ; RR2970 ; RR3010 ; RRN3067 ; RR4679A
  13. Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR5.111 ; AP17, Parties A, B
  14. Balise de sauvetage type AN-URC-68 [1], type URC-68 année 1965 type aéronautique fréquence: 243 MHz avec 0,2 W en AM et fréquence: 40,5 MHz avec 0,5 W en FM; manuel militaire n°11-5820 et n°767-12, 34.
  15. U.S. Military Portable Radios
  16. Union internationale des télécommunications Article S31 section 2 stations d'engin de sauvetage, article S31.8
  17. Union internationale des télécommunications Article S31 section 2 stations d'engin de sauvetage, article S31.8 et article S31.11
  18. Union internationale des télécommunications Article S31 section 2 stations d'engin de sauvetage, article S31.8 et article S31.9
  19. Union internationale des télécommunications Article S31 section 2 stations d'engin de sauvetage, article S31.8 et article S31.10

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]