Tyburn (village)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 30′ 46.3″ N 0° 09′ 50.4″ O / 51.512861, -0.164 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tyburn (homonymie).
The Tyburn Tree, l'Arbre de Tyburn

Tyburn était un village du Middlesex, proche de l'actuel emplacement de Marble Arch à Londres, mais Tyburn est surtout célèbre pour avoir servi de principal lieu des exécutions capitales des criminels anglais du XIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle[1].

Emplacement[modifier | modifier le code]

L'emplacement tire son nom de Teo Bourna[2] (la rivière Tyburn), un petit affluent londonien de la Tamise, actuellement complètement couvert, de sa source dans la région de Hampstead jusqu'à son embouchure. Le tracé de la rivière conduit d'Hampstead Town Hall à travers Regent's Park, London Zoo, Marylebone Road, Oxford Street, passe non loin de l'actuelle station de métro de Bond Street... La Tyburn provoqua d'ailleurs des difficultés (inondations du chantier) lors de la construction de Central Line en 1900.

Ty Bourne est mentionné dans le Domesday Book et pourrait avoir été la première dénomination du quartier appelé aujourd'hui Marylebone[3]. Ce n'est que par la suite que la dénomination fut spécifiquement accolée au lieu d'exécution.

Historique[modifier | modifier le code]

William Hogarth, The Idle 'Prentice Executed at Tyburn, de la série Le Zèle et la Paresse (Industry and Idleness) (1747)

La première exécution enregistrée à Tyburn remonte à 1196. Tyburn fut le principal lieu d'exécution de 1388 à 1783, date à laquelle elle fut progressivement remplacée par la prison de Newgate. En 1571 fut érigé le premier gibet permanent, de forme triangulaire, sur lequel vingt-quatre personnes pouvait être pendues à la fois[4].

Les sources font état de plus de 50 000 exécutions pour l'ensemble de son histoire.

Exécutions célèbres[modifier | modifier le code]

Par ordre chronologique de leur exécution:

Références dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alan Brooke, David Brandon, Tyburn. London's Fatal Tree, p.vii
  2. Étymologie incertaine. Un autre nom médiéval de la Ty Bourne était Aye Brook (Alan Brooke Tybern, p.2)
  3. Alan Brooke, David Brandon, Tyburn. London's Fatal Tree, p.4 et 5
  4. (en) The London Encyclopaedia, article « Tyburn » p. 952
  5. Robert Hubert était un horloger français simple d'esprit qui s'était accusée d'avoir provoqué le Grand incendie de Londres au début septembre 1666.
  6. Date selon le calendrier julien encore en usage en Angleterre à l'époque ; 11 juillet selon le calendrier grégorien.
  7. (en) L'histoire de James Hackman
  8. (en) Compte-rendu de l'affaire John Austin


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Ben Weinreb, Christopher Hibbert, Julia Keay, John Keay, The London Encyclopaedia, Macmillan, (ISBN 978-1-4050-4924-5)
  • (en) Alan Brooke, David Brandon, Tyburn. London's Fatal Tree, Sutton Publishing, 2005, (ISBN 0-7509-4124-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]