Niccolò Circignani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pomarancio.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Niccolò Pomarancio.
Conversion de saint Paul, Duomo di Città di Castello

Niccolò Circignani dit le Pomarancio (né entre 1530 et 1535 à Pomarance, dans la province de Pise en Toscane - mort vers 1590) est un peintre italien maniériste de la Renaissance tardive, le père de Antonio Circignani qui est surnommé comme lui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Niccolò Circignani a commencé à peindre vers l'an 1562 à Rome où il réalisa les fresques du Belvedere au Vatican en collaboration avec Santi di Tito.

Par la suite on trouve des témoignages de son passage à Orvieto (1570), Umbertide (1572), Città di Castello (1573 - 1577) et à Città della Pieve.

Il collabora avec Hendrick van den Broeck à la Cathédrale d'Orvieto et en 1568 il a peint à fresque l'église de la Maestà delle Volte à Pérouse, la Résurrection (1569) à Panicale) et une Annonciation (1577, actuellement conservée à la pinacothèque de Città di Castello.

Il réalisa aussi les fresques à thèmes mythologiques comme le Giudizio di Paride, Storie dell'Eneide et autres en collaboration avec Giovanni Antonio Pandolfi dans le Palazzo della Corgna à Castiglione del Lago.

En 1579 il retourna à Rome[1] où il travailla avec Mattheus Bril et decora la Sala della Meridiana de la Torre dei Venti et dans les loges du Vatican (1580-1583).

Entre 1582 et 1583, il a peint les fresques de l'Église Saint-Étienne-le-Rond (24 scènes imitant des sculptures, avec des tons jaunes représentant l'histoire de saint Étienne et de son culte.

Avec Antonio Tempesta il peignit des fresques représentant 34 scènes de martyres. Le cycle débute avec la Crucifixion de Jésus-Christ suivi par le martyre de saint Étienne avec en arrière-plan la représentation des martyres des apôtres.Toutes les peintures comportent une inscription relatant la scène représentée, avec le nom de l'empereur qui a ordonné l'exécution, ainsi que des citations de la Bible[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cristina Degl'Innocenti, Il Pomarancio: Nicolò Circignani, Edizioni dell'Erba, Fucecchio 1997,
  • Cristina Galassi, Niccolò Circignani il Pomarancio prattico e spedito pittore, Petruzzi editore, 2007
  • R.P. Ciardi, Niccolò Cercignani, Cristoforo Roncalli, pittori di Pomarance, Volterra, 1992
  • Luciano Festuccia, Castiglione del Lago, Pérouse, 1985,
  • Sonia Testa, Abbazia di Valvisciolo Vallis Lusciniae Ars et Historia, 2007,
  • Sonia Testa, L'eremo di San Francesco Arte e Storia, 2007,
  • Sonia Testa, Niccolò Circignani detto il Pomarancio prattico pittore, huomo di grand'inventione e prestezza,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Pomaràncio, Niccolò Circignani detto il" in Treccani Enciclopedie on line
  2. Les peintures sont un peu morbides, et les représentations très naturalistes des tortures et exécutions ne peuvent qu'inspirer l'horreur