Trimbach (Bas-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trimbach.
Trimbach
Image illustrative de l'article Trimbach (Bas-Rhin)
Blason de Trimbach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Wissembourg
Canton Seltz
Intercommunalité C.C. de la plaine de la Sauer et du Seltzbach
Maire
Mandat
Jean-Paul Haennel
2014-2020
Code postal 67470
Code commune 67494
Démographie
Population
municipale
526 hab. (2011)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 26″ N 8° 01′ 27″ E / 48.9406, 8.024248° 56′ 26″ Nord 8° 01′ 27″ Est / 48.9406, 8.0242  
Altitude Min. 138 m – Max. 179 m
Superficie 3,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Trimbach

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Trimbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trimbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trimbach

Trimbach est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Trimbach est un village du Bas-Rhin situé dans le canton de Seltz et dans l'arrondissement de Wissembourg.

La commune est située à environ une dizaine de kilomètres de la frontière allemande.

Les citoyens de Trimbach sont nommés les Trimbachois et les Trimbachoises.

L'altitude moyenne à laquelle est située Trimbach est d'environ 145 mètres. L'altitude minimum est de 138 mètres et le maximum est de 179 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Le village de Trimbach se situe le long du Warschbach et était par le passé le passage obligé pour aller de Beinheim à Wissembourg. La commune a été mentionnée pour la première fois lors de l'Inquisition en 1127 par l'abbaye de Koenigsbrück de ses terres. Cependant tout porte à croire que la fondation du village remonte bien plus loin dans le passé, l'époque romaine étant souvent évoquée.

Trimbach a successivement appartenu aux seigneurs de Fleckenstein, à l'évêque de Spire puis aux seigneurs d'Eggersberg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune remonte sûrement à l’époque romaine avec diverses hypothèses de signification :

  • « Stramentum », paille, chaume, litière, pour désigner un endroit où les voyageurs faisaient escale ;
  • « Terminus », pour le dernier lieu habité dépendant de Seltz ;
  • « Turris », pour la tour de guet romaine.

Lors de la Révolution française, Trimbach comptait environ 810 habitants. Cependant, après la Deuxième Guerre mondiale et l'évacuation du village en Haute-Vienne en 1939, le village se retrouve détruit à plus de cinquante pour cent lors de l'occupation allemande de 1940 à 1945. On recense aussi au moins quinze jeunes qui sont tombés au champ d'honneur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Trimbach

Les armes de Trimbach se blasonnent ainsi :
« Parti : au premier de sinople aux trois fasces d'argent, au second d'or à la branche de pommier de sable, fruitée de trois pièces de gueules, deux à dextre et une à senestre. »[1].

Les armes de Trimbach se blasonnent ainsi : « parti : au premier de sinople aux trois fasces d'argent, au second d'or à la branche de pommier de sable, fruitée de trois pièces de gueules, deux à dextre et une à senestre[1] ».

Le blason rappelle les armes des Vitzhum d’Eggersberg, propriétaires du village au début du XVIIIe siècle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Drimbàch en Francique méridional.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Joseph Weissbeck[2]    
1983 mars 2008 Joseph Weissbeck    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 526 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
435 430 553 763 868 857 810 806 794
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
710 713 748 713 651 593 597 591 618
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
597 565 550 502 463 419 414 334 353
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
346 369 369 364 346 444 461 481 512
2011 - - - - - - - -
526 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie-école[5] .
  • Église catholique de Trimbach[6], [7].
  • Cimetière[8].
  • Église protestante de Trimbach[9].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Trimbach est jumelée avec les communes de Triembach-au-Val dans le canton de Villé (Bas-Rhin) et de Trimbach dans le canton de Soleure en Suisse. Chaque année début septembre, une fête est organisée à tour de rôle par un des Trimbach et les habitants des deux autres communes se déplacent pour cette journée festive.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]