Trêve de Noël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Militaires britanniques et allemands réunis au milieu du no man's land pendant la trêve.
Une croix, au Saint-Yvon (Comines-Warneton) (à gauche) en Belgique en 1999, pour célébrer le site de la trêve de Noël pendant la Première Guerre mondiale en 1914.
Peter Knight et Stefan Langheinrich, descendants de vétérans de la Grande Guerre, lors du dévoilement du mémorial de la trêve de 1915, en 2008.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trêve.

La Trêve de Noël est un terme utilisé pour décrire plusieurs et brefs cessez-le-feu non officiels qui ont eu lieu pendant le temps de Noël et le Réveillon de Noël entre les troupes allemandes, britanniques et françaises dans les tranchées lors de la Première Guerre mondiale, en particulier celles entre les troupes britanniques et allemandes stationnées le long du front de l'Ouest en 1914, et dans une moindre mesure en 1915. En 1915, il y eut une trêve de Noël similaire entre les troupes allemandes et françaises. En 1915 et 1916, une trêve eut aussi lieu à Pâques sur le front de l'Est.

Ces cérémonies spontanées peuvent être considérées comme "une ultime expression de sentiments chrétiens" dans une Europe déchirée par les nationalismes – nationalismes qui s'étaient construits en opposition à l'universalisme chrétien.

Situation[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale implique la plupart des grandes puissances, la Triple-Entente contre les Empires centraux[1]. Le 3 août 1914, le Royaume-Uni déclare la guerre à l'Allemagne à la suite de l'ultimatum contre la Belgique, pays dont elle garantit la neutralité[2]. Les troupes allemandes avancent jusqu'à 70 km de Paris en passant par le territoire belge et l'ouest de la France. Du 6 au 12 septembre 1914, lors de la première bataille de la Marne, les Français et les Britanniques réussissent à forcer une retraite allemande en exploitant une lacune entre la Ire et la IIe armée, mettant fin à l'avance allemande en France[3]. L'armée allemande retraite au nord de la rivière Aisne et se fortifie, instituant les débuts d'un front statique à l'Ouest qui durera trois ans. À la suite de cet échec, les forces en opposition tenteront de se déborder dans une course vers la mer, et étendront rapidement des réseaux de tranchées de la mer du Nord à la frontière suisse[4].

La trêve[modifier | modifier le code]

Les soldats du front occidental étaient épuisés et choqués par l'étendue des pertes humaines qu'ils avaient subies depuis le mois d'août. Au petit matin du 25 décembre, les Français et les Britanniques qui tenaient les tranchées autour de la ville belge d'Ypres entendirent des chants de Noël (Stille Nacht) venir des positions ennemies, puis découvrirent que des arbres de Noël étaient placés le long des tranchées allemandes. Lentement, des colonnes de soldats allemands sortirent de leurs tranchées et avancèrent jusqu'au milieu du no man's land, où ils appelèrent les Britanniques à venir les rejoindre. Les deux camps se rencontrèrent au milieu d'un paysage dévasté par les obus, échangèrent des cadeaux, discutèrent et jouèrent au football le lendemain matin. Un chanteur d'opéra, le ténor Walter Kirchhoff, à ce moment officier d'ordonnance, chanta pour les militaires un chant de Noël. Les soldats français ont applaudi jusqu'à ce qu'il revienne chanter[5].

Ce genre de trêve fut courant là où les troupes britanniques et allemandes se faisaient face, et la « fraternisation » (il s'agit plus d'une trêve de fait qu'une fraternisation volontaire[6]) se poursuivit encore par endroits (notamment on prévient l'autre camp de se protéger des bombardements d'artillerie ou on pratique des trêves pour pouvoir enterrer ses morts) pendant une semaine jusqu'à ce que les autorités militaires y mettent un frein.

Il n'y eut cependant pas de trêve dans les secteurs où seuls des Français ou des Belges affrontaient des Allemands: les crimes de guerre commis par des Allemands en Belgique et en France occupée n'inspiraient pas le désir de chanter des cantiques avec l'ennemi.

La trêve s'est déroulée à Frelinghien (principalement) où une plaque commémorative est érigée lors d'une cérémonie le 11 novembre 2008.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Malgré la destruction des photos prises lors de cet événement, certaines arrivèrent à Londres et firent la une de nombreux journaux, dont celle du Daily Mirror, portant le titre An historic group: British and German soldiers photographed together le 8 janvier 1915. Aucun média allemand ou français ne relate cette trêve[5].

L'État-major fait donner l'artillerie pour disperser les groupes fraternisant les jours suivants et fait déplacer les Unités « contaminées » sur les zones de combat les plus dures. Sur le front de l'Est, les conséquences sont plus graves : la répression des fraternisations du côté russe entraîne des mutineries et concourt à la décomposition du front russe. Lors de l'insurrection de Petrograd en 1917, les soldats fraternisent avec les ouvriers, ce qui va dans le sens de la bolchevisation de l'armée[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) H.P. Willmott, World War I, New York, Dorling Kindersley,‎ 2003 (ISBN 0789496275)
  2. « Daily Mirror Headlines: The Declaration of War, Publié le 4 août 1914 », bbc.co.uk (consulté le 9 février 2010)
  3. Annika Mombauer, « The Battle of the Marne: Myths and Reality of Germany's "Fateful Battle" », The Historian, vol. 68, no 4,‎ 2006, p. 747–769 (DOI 10.1111/j.1540-6563.2006.00166.x)
  4. * (en) William R. Griffiths, The Great War, Wayne, NJ, Avery Publishing Group,‎ 1986 (ISBN 0895293129)
  5. a et b Documentaire du film Joyeux Noël, Disque 2
  6. Jean-Jacques Becker, L'Année 14, éd. Armand Colin, 2005
  7. Noël 1914, émission 2000 ans d'histoire, France Inter, 24 décembre 2010

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Le clip de la chanson « Pipes of Peace » de Paul McCartney met également en scène cette trêve.
  • La chanson "La Trêve de Noël" de la chanteuse Celeen'A (paroles/musique de Céline Schmink) est un chant chrétien de paix qui commémore les cessez-le-feu non officiels qui eurent lieu à Noël lors de la Grande Guerre.
  • La chanson "Décembre 1914" du chanteur chrétien Pierre Lachat relate les faits de cette nuit unique.

Film[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Alfred Anderson: Dernier des vétérans écossais de la Première Guerre mondiale impliqué dans la trêve.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :