Tiktaalik roseae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Tiktaalik roseae (tiktaalik signifie « grand poisson des basses eaux », en langue inuktitut) est un poisson osseux de la classe des sarcoptérygiens qui ressemble superficiellement à un croisement entre un "poisson" et un alligator.

À côté d'attributs primitifs (plésiomorphes selon le vocabulaire de la cladistique) des poissons osseux (écailles, nageoires pectorale et pelvienne munis de rayons), les robustes nageoires pectorales de Tiktaalik étaient plus proches des membres des tétrapodes car elles étaient rigidifiées par un squelette osseux articulé, ce qui lui permettait de déplacer son corps d'environ deux mètres dans les lagunes. Ces caractéristiques anatomiques en font un des plus anciens parents connus des tétrapodes (comme Acanthostega). Il est d'ailleurs, avec le fossile Elpistostege watsoni, du genre Elpistostege, plus proche des tétrapodes que Panderichthys[1].

Le Tiktaalik a vécu il y a environ 375 millions d'années. Les paléontologues ont montré que comme Panderichthys, qui a vécu il y a environ 380 millions d'années, Tiktaalik montre une mosaïque de caractères primitifs des "poisson" et dérivés des tétrapodes comme l'Acanthostega et l'Ichthyostega, qui ont vécu il y a environ 365 millions d'années. Le paléontologue américain Neil Shubin (en)[2] l'a même qualifié de fishapod, contraction de fish (poisson) et tétrapode, dû à cette mosaique de caractères de "poisson" et de tétrapode[3].

Description[modifier | modifier le code]

Représentation schématique d'un Tiktaalik.

Tiktaalik nous renseigne sur l'évolution des premiers tétrapodes qui étaient encore aquatiques. Contrairement aux nombreux fossiles qui le précédent, les nageoires du Tiktaalik avaient des poignets et des doigts, ce qui prouve qu'elles supportaient le poids de l'animal et donc qu'il se déplaçait sur le sol. Une étude plus précise des jointures démontre que le Tiktaalik ne marchait probablement pas, mais qu'il pouvait se soulever.

Les os des nageoires pectorales montrent de larges surfaces de muscles, suggérant que les nageoires étaient à la fois musclées et à la fois elles pouvaient fléchir comme l'articulation du poignet. Ces caractéristiques similaires à un poignet devaient se développer, si ce n'est grâce aux excursions sur terre, alors comme une adaptation efficace pour immobiliser la créature au fond de l'eau et résister ainsi aux forts courants.

Une cage thoracique plus robuste est aussi une caractéristique chez le Tiktaalik, elle a été très utile à l'animal pour supporter son corps, s'il s'est en effet aventuré hors de l'eau. Il manquait chez le Tiktaalik une caractéristique que la plupart des "poissons" possèdent - plaques osseuses recouvrant les ouïes et qui restreignent le mouvement latéral de la tête. Cela signifie que le Tiktaalik est pour l'instant le tout premier sarcoptérygien avec un cou, qui lui aurait donné la possibilité de chasser ses proies sur terre ou dans l'eau.

Les orifices d'aération sur le sommet de la tête suggèrent que l'animal possédait des poumons primitifs aussi bien que des branchies. Ces poumons auraient été utiles dans les eaux peu profondes, où la température plus élevée aurait baissé le niveau d'oxygène. Ce développement peut avoir conduit à l'évolution d'une cage thoracique plus robuste, une caractéristique clé de l'évolution chez les tétrapodes.

Le Tiktaalik est une mosaïque de traits primitifs et dérivés, les informations anatomiques qu'il nous donne sur l'évolution des tétrapodes sont donc du même type de celles que nous apporte Archéoptéryx sur les oiseaux

Les traits primitifs et dérivés sont les suivants :


- "Poisson"

  • branchies
  • écailles

- "Fishapod"

  • les membres des nageoires "moitié-poisson" "moitié-tétrapode", comprenant une articulation du poignet et des nageoires à la place d'orteils
  • la région de l'oreille "moitié-poisson" "moitié-tétrapode"

- Tétrapode

  • côtes
  • cou mobile
  • poumons

Le Tiktaalik était un sarcopterygien ("poisson à nageoire charnue" comme les tétrapodes ou le cœlacanthe, mais les nageoires avant étaient plus similaires à celles des tétrapodes, avec des épaules, un coude et un poignet. Les nageoires arrières ainsi que la queue n'ont pas été encore retrouvées.

Le nom Tiktaalik est un mot de la langue Inuktitut, un dialecte inuit et signifie « grand poisson des basses eaux », le nom a été suggéré par les anciens inuit du territoire Nunavut, où a été découvert le fossile.

Découverte[modifier | modifier le code]

île d'Ellesmere où a été découvert le Tiktaalik

Les trois squelettes fossilisés du Tiktaalik ont été découverts dans la roche formée à partir des sédiments à l'époque du Dévonien supérieur (entre -385 et -365 millions d'années) sur l'île d'Ellesmere au nord de l'Archipel arctique canadien, dans le territoire du Nunavut, par une équipe menée par Neil Shubin, de l’Université de Chicago, et Edward Daeschler, de l'Académie des sciences naturelles de Philadelphie. Les restes ont été datés de 380 à 375 millions d'années[4]. À l'époque où vivaient cette espèce, l'île d'Ellesmere faisait partie du paléocontinent Laurentia, qui se situait sur l'équateur et possédait un climat chaud.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jennifer A. Clack, Gaining Ground : The Origin and Evolution of Tetrapods, Indiana University Press,‎ 2012 (lire en ligne), p. 80-81
  2. Découverte dont il parle dans son ouvrage Au commencement était le poisson, Robert Laffont, 2009
  3. John Noble Wilford, New York Times, Scientists Call Fish Fossil the Missing Link, 5 avril 2006.
  4. http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=sciences/20060405.OBS3077.html&host=http://permanent.nouvelobs.com/ « Un poisson en marche vers la terre ferme », la recherche, Cécile Dumas, avril 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Edward B. Daeschler, Neil H. Shubin, Farish A. Jenkins, Jr « A Devonian tetrapod-like fish and the evolution of the tetrapod body plan » , Nature 440, 757-763 (2006) [(en) lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :