Stieg Larsson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Larsson.

Stieg Larsson

Nom de naissance Karl Stig-Erland Larsson
Activités Journaliste, romancier
Naissance 15 août 1954
Skelleftehamn, Drapeau de la Suède Suède
Décès 9 novembre 2004 (à 50 ans)
Stockholm, Drapeau de la Suède Suède
Langue d'écriture Suédois
Genres Roman policier
Distinctions Prix Clé de verre (2006-2008)
Prix du meilleur roman policier suédois 2006

Œuvres principales

Stieg Larsson, de son nom complet Karl Stig-Erland Larsson, né le 15 août 1954Skelleftehamn, dans la région de Västerbotten) et mort le 9 novembre 2004Stockholm) d'une crise cardiaque, est un journaliste et écrivain suédois connu pour son engagement contre l'extrémisme de droite et le racisme. Publiée à titre posthume entre 2005 et 2008, sa trilogie Millénium le rend mondialement célèbre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élevé par ses grands-parents maternels jusqu'à l'âge de neuf ans, Stieg Larsson commence sa carrière par de nombreux petits boulots (pour la poste suédoise, par exemple). En 1983, il entre comme graphiste dans la très grande agence de presse suédoise, Tidningarnas telegrambyrå (TT). Peu à peu, il évolue vers le métier de journaliste, critique de littérature policière et de bandes dessinées. En 1995, il quitte l'agence pour fonder le trimestriel Expo, fer de lance contre les manifestations ordinaires du fascisme en Suède.

L'engagement de Stieg Larsson contre le racisme, le fascisme et l'extrême-droite en général n'est pas feint : en 1991, il coécrit un livre, Extremhögern (« La Droite extrême »), puis Sverigedemokraterna: den nationella rörelsen (« Les Démocrates suédois : Le Mouvement national »). Il donne des conférences partout dans le monde, y compris à Londres, invité par Scotland Yard. À plusieurs reprises, il est menacé de mort.

Sur un plan politique, Stieg Larsson est actif dans le Socialistiska Partiet (Parti socialiste, issu en 1971 de la Quatrième Internationale - Secrétariat unifié), mais le quitte en 1987, de son propre gré, car il ne veut plus soutenir les régimes socialistes de l'étranger dont la fibre démocratique est douteuse.

Sur un plan littéraire, ses influences sont à chercher dans la culture populaire. Fan de Fifi Brindacier, la célèbre fillette aux couettes créée en 1945 par Astrid Lindgren, il est également un grand connaisseur de la science-fiction. Pendant son adolescence, Stieg Larsson écrit avec Rune Forsgren deux fanzines, Sfären et Fijagh!. En 1978 et 1979, il fait partie de l'exécutif de la plus grande association nordique de science-fiction, la Skandinavisk förening för science fiction (SFSF) ; en 1980, il en est même le président.

Sa trilogie Millénium et sa mort prématurée dévoilent une facette différente de l'image de journaliste probe et intègre que l'on avait de lui jusqu'alors. L'événement littéraire fait instantanément de lui un héros littéraire. Quelques mois avant son décès, il contacte en effet le plus grand éditeur suédois, Norstedts, et lui livre une série de trois romans policiers, soit près de 3000 pages. Le premier s'intitule Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (Millénium 1, Män som hatar kvinnor, paru en suédois en juillet 2005) ; le deuxième, La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette (Millénium 2, Flickan som lekte med elden, paru en suédois en mai 2006) ; le troisième et dernier, La Reine dans le palais des courants d'air (Millénium 3, Luftslottet som sprängdes, paru en suédois en mai 2007). Le succès est au rendez-vous, malgré (ou en raison de) l'absence tragique de l'auteur pour promouvoir son œuvre. L'éditeur vend 2,3 millions d'exemplaires en suédois[1].

Traduite dans 25 pays, la trilogie connaît un succès foudroyant en France. Aux Éditions Actes Sud, Marc de Gouvenain la fait publier dans une collection créée pour l'occasion (Actes noirs). Près d'un million d'exemplaires sont vendus en un peu moins de deux ans, poussé par le seul bouche-à-oreille. Aux États-Unis, les droits ont été achetés pour 210 000 $[2]. Une adaptation cinématographique a été réalisée (Yellow Bird Films, à Ystad, Suède), en coproduction avec Nordisk Film et des télévisions nationales, sous la direction du réalisateur danois Niels Arden Oplev, et avec Michael Nyqvist (Mikael Blomkvist) et Noomi Rapace (Lisbeth Salander) dans les rôles principaux. En janvier 2010, le classement de plusieurs magazines dédiés à l'édition, dont Livres-Hebdo en France et The Bookseller en Grande-Bretagne, place Stieg Larsson à la première place des écrivains de fiction les plus vendus en Europe en 2009[3].

Stieg Larsson croyait dans sa bonne étoile. Il parlait de ses romans comme de son « assurance vieillesse »[4], et envisageait des Millénium 4, 5, 6... Il pensait aller jusqu'à 10 volumes et, peu avant sa mort, il s'était mis à étudier la mécanique des coffres-forts. Il laisse derrière lui sa compagne Eva Gabrielsson, architecte, avec qui il n'était pas marié mais vivait depuis 32 ans.

Succession[modifier | modifier le code]

Héritiers[modifier | modifier le code]

Erland et Joakim Larsson, respectivement le père et le frère de l'écrivain, détiennent tous les droits. Eva Gabrielsson, la compagne de Stieg Larsson pendant 32 ans, a été exclue du partage des droits.

Selon un télédiffuseur suédois, Stieg Larsson aurait rédigé un testament en 1977 et cédé tous ses droits à la « section d'Umeå de la fédération des travailleurs communistes » alors que jusqu'à présent, les droits d'auteur ont été versés à son père et à son frère. De plus, sa compagne (qui n'a jamais touché de redevances) disposerait d'un début de manuscrit inédit dans son ordinateur mais les tractations concernant la publication de cet ouvrage n'avaient pas encore abouti en mai 2008[5].

Le quatrième épisode de Millénium[modifier | modifier le code]

Les héritiers de Stieg Larsson et sa compagne se sont mis d'accord pour ne pas publier le manuscrit, même s'il réapparaît. La rumeur s'est répandue à la suite d'une interview du père de Stieg Larsson au journal suédois Dagens Industri (« L'Industrie du jour »). Il a déclaré avoir été traversé par l'idée d’éditer son quatrième livre. Stieg Larsson avait projeté dix volumes pour sa série Millénium. À la veille de l’infarctus qui l'a terrassé le 9 novembre 2004, il avait écrit les deux tiers du quatrième manuscrit, soit 320 des 440 pages prévues, et les synopsis de trois autres titres.

Le quatrième manuscrit, dont l'action se déroule dans une petite île au nord du Canada, était d’abord programmé comme le cinquième volume de la série. Mais, dans un courriel à son ami Jon-Henri Holmberg, Larsson a indiqué qu’il en trouvait l’intrigue si amusante à écrire qu’il avait préféré modifier l’ordonnancement de la série.

Rien de tout cela n'a été retrouvé. Magdalena Hedlund, la responsable des droits de Norstedts, assure que l’éditeur suédois de Millénium n’a jamais vu de quatrième manuscrit. Collègue de Stieg Larsson au journal Expo, qui a servi de modèle au Millénium de la trilogie, Daniel Poohl n’a pas vu le quatrième manuscrit non plus. Pour sa part, Erland Larsson est revenu sur son intention première. Joakim et lui-même se sont accordés avec Eva Gabrielsson, la compagne de Stieg Larsson, pour ne pas publier le livre même s’il est retrouvé un jour[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais en suédois, non traduits en français
  • (sv) Anna-Lena Lodenius et Stieg Larsson, Extremhögern, Stockholm, Tidens,‎ 1991, 343 p. (ISBN 978-91-550-3686-7)
    Le titre suédois peut se traduire, littéralement, par « La Droite extrême ».
  • (sv) Stieg Larsson et Mikeal Ekman, Sverigedemokraterna : den nationella rörelsen, Stockholm, Ordfront,‎ 2001, 364 p. (ISBN 978-91-7324-877-8)
    Ouvrage édité avec la collaboration du magazine Expo. Le titre suédois de l'ouvrage peut se traduire, littéralement, par « Les Démocrates suédois : Le Mouvement national ».
  • (sv) Idris Ahmedi (auteur), Stieg Larsson (collaborateur) et Cecilia Englund (collaboratrice), Debatten om hedersmord : feminism eller rasism, Stockholm, Svartvitts,‎ 2004, 136 p. (ISBN 978-91-973746-1-3)
    Le titre suédois de l'ouvrage peut se traduire, littéralement, par « Le Débat sur le crime d'honneur : Féminisme ou Racisme ».
  • (sv) Richard Slätt, Maria Blomquist, David Lagerlöf et Stieg Larsson, Sverigedemokraterna från insidan, Stockholm, Hjalmarson & Högberg,‎ 2004, 144 p. (ISBN 978-91-89660-69-4)
    Ouvrage édité avec la collaboration du magazine Expo. Le titre suédois de l'ouvrage peut se traduire, littéralement, par « Les Démocrates suédois vus de l'intérieur ».
Série romanesque Millennium/Millénium
  1. (sv) Stieg Larsson, Män som hatar kvinnor, Stockholm, Norstedts,‎ juillet 2005, 567 p. (ISBN 978-91-1-301408-1)
    Le titre suédois peut se traduire, littéralement, par « Les hommes qui détestent les femmes ».
    (fr) Stieg Larsson (trad. Lena Grumbach et Marc de Gouvenain), Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, Arles, Actes Sud, coll. « Actes noirs »,‎ 9 juin 2006, 574 p. (ISBN 978-2-7427-6157-9, notice BnF no FRBNF40204679)
  2. (sv) Stieg Larsson, Flickan som lekte med elden, Stockholm, Norstedts,‎ mai 2006, 632 p. (ISBN 978-91-1-301530-9)
    Le titre suédois peut se traduire, littéralement, par « La fille qui jouait avec le feu ».
    (fr) Stieg Larsson (trad. Lena Grumbach et Marc de Gouvenain), La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette, Arles, Actes Sud, coll. « Actes noirs »,‎ 25 octobre 2006, 652 p. (ISBN 978-2-7427-6501-0, notice BnF no FRBNF40929659)
  3. (sv) Stieg Larsson, Luftslottet som sprängdes, Stockholm, Norstedts,‎ mai 2007, 704 p. (ISBN 978-91-1-301531-6)
    Le titre suédois peut se traduire, littéralement, par « Le château d'air qui a sauté ».
    (fr) Stieg Larsson (trad. Lena Grumbach et Marc de Gouvenain), La Reine dans le palais des courants d'air, Arles, Actes Sud, coll. « Actes noirs »,‎ 29 août 2007, 710 p. (ISBN 978-2-7427-7031-1, notice BnF no FRBNF41103583)
Ouvrage collectif
  • (fr) Jean-Yves Camus (dir.) et Stieg Larsson (collaborateur), Les extrémismes en Europe, La Tour-d'Aigues & Bruxelles, Éditions de l'Aube & Centre européen de recherche et d'action sur le racisme et l'antisémitisme, coll. « Monde en cours. Société »,‎ 1997, 409 p. (ISBN 2-87678-351-7 et 2-930088-58-3)
    Stieg Larsson est l'auteur du chapitre « Suède ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Guillaume Lebeau, Le Mystère du quatrième manuscrit : enquête au cœur de la série « Millénium », Boulogne-Billancourt, Éditions du Toucan, coll. « Toucan noir »,‎ 15 octobre 2008, 358 p. (ISBN 978-2-8100-0151-4, notice BnF no FRBNF41413989)
  • (fr) Eva Gabrielsson et Marie-Françoise Colombani, Millénium, Stieg et moi, Arles, Montréal (Québec), Actes Sud & Leméac,‎ 19 janvier 2011 (ISBN 978-2-7427-9449-2 et 978-2-7609-0701-0, notice BnF no FRBNF42353617)
    Eva Gabrielsson était la compagne de Stieg Larsson. La notice bibliographique de la BNF indique que l'ouvrage est traduit du suédois, sans expliciter le nom du traducteur.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site sur Stieg Larsson
  2. Nouvel observateur, nº 2258 du 14 février 2008, p. 97.
  3. Larsson, Meyer and Brown were Europe's top authors in 2009, 25 janvier 2010, The Bookseller
  4. cf. L'Express, nº 2950 du 17 janvier 2008, p. 102.
  5. L'auteur de Millénium avait rédigé un testament
  6. Vincy Thomas : « Il n’y aura pas de quatrième Millénium ». Livres Hebdo, no 776, 1er mai 2009.