Démocrates suédois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sverigedemokraterna
Image illustrative de l'article Démocrates suédois
Logo officiel
Présentation
Porte-parole Jimmie Åkesson, Björn Söder
Fondation 6 février 1988
Siège Stockholm
Parlementaires
20 / 349
Députés européens
2 / 20
Comtés
68 / 1 662
Municipalités
612 / 12 978
Idéologie nationalisme, conservatisme, populisme, euroscepticisme
Affiliation internationale aucune
Affiliation européenne groupe Europe libertés démocratie
Couleurs jaune, bleu
Site web www.sverigedemokraterna.se

Les démocrates suédois (Sverigedemokraterna, SD) sont un parti politique suédois patriotique et anti-immigrationniste auquel est souvent accolée l'étiquette d'extrême droite[1]. Il se définit lui-même comme une formation politique « national-démocrate centriste »[2]. Il a été fondé le 6 février 1988. Son slogan est « Trygghet och Tradition » (« sécurité et tradition »).

Fondements idéologiques[modifier | modifier le code]

Fondé par Leif Zeilon, le parti trouve ses origines dans le mouvement des années 1980 Bevara Sverige Svenskt (« garder la Suède suédoise ») et au Sverigepartiet (SvP)[3]. Depuis le milieu des années 1990, le chef du parti Mikael Jansson s'est efforcé de rendre le parti plus respectable, en s'inspirant des autres partis européens populistes, comme le Front national[réf. nécessaire].

Les points de vue des démocrates suédois sont presque toujours rejetés par l'Établissement suédois, à savoir l'ensemble des sept autres partis actuellement représentés au Parlement suédois, par la majorité des journaux, par l'Église de Suède et par de nombreuses facultés universitaires. Ils sont parfois comparés[Par qui ?] à d'autres partis populistes, comme le Front national en France ou le British National Party au Royaume-Uni. Un meilleur parallèle selon certains[Qui ?] serait à faire avec le mouvement paléoconservateur des États-Unis, point de vue marginal chez les conservateurs suédois.

Lors des élections générales de 1998, le FN a fait un don de 500 000 couronnes suédoises pour financer l'impression des brochures des démocrates suédois[réf. nécessaire].

Système électoral et résultats de SD[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Parlement monocaméral de la Suède, le Riksdag comprend 349 députés élus au scrutin proportionnel selon la méthode de Sainte-Laguë. 310 sièges fixes sont répartis dans 29 circonscriptions dont la plupart correspondent aux limites territoriales des comtés. 39 sièges d'ajustement permettent de corriger les petites disparités au sein d'une circonscription. Pour être représenté au Parlement national, un parti doit impérativement dépasser les seuils minimaux de 4 % au niveau national et de 12 % au sein d'une circonscription.

La Suède comprend 21 comtés dont 20 sont dotés d'une assemblée législative. Constitué d'une municipalité et d'une zone postale uniques, le comté insulaire de Gotland est le seul dépourvu d'assemblée. La Suède totalise 1 656 conseillers de comté élus au scrutin proportionnel sans seuil minimal.

La Suède comprend 290 municipalités dotées d'une assemblée. Chaque assemblée comte entre 31 et 101 conseillers élus au scrutin proportionnel sans seuil minimal. La Suède compte 13 092 conseillers municipaux.

Comme la majorité des partis nationalistes européens, SD s'est progressivement imposé électoralement à partir de 2002.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Militants des Démocrates suédois à Stockholm durant les élections européennes de 2014

Lors des élections générales du 15 septembre 2002, SD recueillit 1,44 % (76 300 voix) et se plaça largement en tête des petits partis, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas représentés au Parlement national. Il n'obtint aucun siège lors des élections comtales. Le parti avait présenté des listes dans 79 municipalités et a obtenu 63 sièges dans 29 d'entre-elles.

Lors des élections européennes du 13 juin 2004, SD recueillit 1,13 % (28 303 voix).

Lors des élections générales du 17 septembre 2006, SD recueillit 2,93 % (162 463 voix) et fut le premier parti non représenté au Parlement national. Ils enregistrèrent leurs meilleurs scores dans le sud de la Suède. Lors des élections comtales, SD obtint 16 sièges : 10 dans le comté de Scanie avec 6,58 % (45 945 voix), 3 dans celui de Blekinge avec 6,59 % (6 204 voix) et 3 dans celui de Örebro avec 3,59 % (6 005 voix). SD recueillit son meilleur score national à Landskrona (Skåne) avec 22,26 % (5 250 voix) et obtint 12 des 51 sièges municipaux[4].

Lors des élections européennes du 7 juin 2009, les Démocrates suédois ont recueilli un score de 3,27 % (103 573 voix), ce qui était insuffisant pour entrer au Parlement européen.

Aux élections générales du 19 septembre 2010, le parti a obtenu 5,7 % (339 610 voix) et fait son entrée au Parlement national avec 20 sièges.

Lors des élections européennes de 2014 en Suède, le parti a obtenu deux députés européens: Kristina Winberg et Peter Lundgren.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Affaire des caricatures de Mahomet[modifier | modifier le code]

D'après le journal Dagens Nyheter, bien que les Affaires étrangères suédoises et le SÄPO aient obtenu la fermeture du site Web du parti après l'ouverture d'un concours de dessins et la publication des caricatures, celles-ci sont toujours accessibles au travers de leur organisation de jeunesse[5].

Affaire Soran Ismaïl[modifier | modifier le code]

À l'été 2010, tôt le matin, Erik Almqvist, Kent Ekeroth, députés à la Riksdag, chambre des députés suédoises, ainsi que Christian Westling, élu local de Stockholm et tous trois cadres du parti, s'en prennent à Soren Ismaïl, acteur comique suédois d'origine kurde,qu'il traite de babbe, que l'on pourrait traduire par bougnoule. Les trois personnages lui expliquent qu'il est un "antisuédois" et qu'il n'a rien à faire là puisque "ceci est mon pays".Erik Almqvist conclut par "arrête de faire chier les Suédois par tes provocations"[6].

Ils s'en prennent ensuite à un jeune Suédois en état d'ébriété, lui demandant de se comporter en "bon Suédois" [6]. Une jeune passante lui vient en aide il la traite alors de "petite pute, salope, lèche-métèque" et la brutalise à l'aide de tubes métalliques ramassés dans la rue. La police arrive alors et les trois hommes dénoncent alors le jeune homme en état d'ébriété comme l'auteur de l' agression[7]. Kent Ekeroth filme lui-même la scène en caméra cachée, le film ayant pour but à l'origine de dénoncer les agressions verbales censées être subies par les membres de Sverigedemokraterna. Plus loin sur une autre séquence, le cameraman dit "trop génial de foutre la merde" [8].

Deux années plus tard, en Novembre 2012, le journal suédois, l'Expressen[9] dévoile la vidéo. Très rapidement Erik Almqvist démissionne de ses fonctions au parti[10] mais se refuse d'abord tout comme Kent Ekeroth à démissionner de son poste de député.Il finit par démissionner de son poste en Décembre 2012

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Solveig Gram Jensen, L'extrême-droite cristallise une fois encore le débat, in Courrier International, 31/08/2010, article en ligne ; Lee Miles, The European Union: annual review 2002/2003, éd. Wiley-Blackwell, 2003, p. 144 [extrait en ligne
  2. [1] ; au sujet de l'emploi du terme « démocratique », cf. Jérôme Jamin, Faut-il interdire les partis d'extrême droite ? Démocratie, droit et extrême droite, éd. Luc Pire, 2005, p. 51, extrait en ligne
  3. http://hsf.bgu.ac.il/europe/index.aspx?pgid=pg_127842651505941456 Titre=Radical Right-wing Populism in Sweden and Denmark
  4. http://www.val.se/val/val2006/slutlig/K/kommun/12/82/roster.html Titre=Val till kommunfullmäktige i Landskrona Source=Autorité électorale de Suède Date=Septembre 2006
  5. "Muhammedteckning ute trots nedstängning", Dagens Nyheter, 10.02.06
  6. a et b http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/scandale-video-quand-des-deputes-suedois-se-comportent-en-nazillons_1188654.html
  7. Courrier International, no 1157 du 3 au 9 janvier 2013, p. 18
  8. http://www.aftonbladet.se/kultur/article15797974.ab
  9. http://www.expressen.se/
  10. http://www.expressen.se/kultur/fasaden-som-sprack/

Liens externes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Démocrates suédois.