Spýros Samáras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samaras.
Spýros Samáras

Spyrídon Filískos Samáras (en grec : Σπυρίδων Φιλίσκος Σαμάρας), plus souvent appelé Spýros Samáras (Σπύρος Σαμάρας), ou Spiro Samara, né le 17 novembre 1861 à Corfou et décédé le 25 mars 1917 à Athènes, est un compositeur grec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Spýros Samáras est né à Corfou, où, enfant, il étudie avec Spyridon Xyndas (Σπυρίδων Ξύνδας). De 1875 à 1882, il fréquente le Conservatoire d'Athènes avec Federico Bolognini, Angelo Mascheroni et Enrico Stancampiano. Sa première composition Torpillae (aujourd'hui perdu) est créée à Athènes en 1879. En 1182, il se rend à Paris pour étudier au Conservatoire de Paris avec Jules Massenet. Parmi ses autres professeurs, on peut citer Léo Delibes, Théodore Dubois, et Charles Gounod. Il reste à Paris pour y composer pendant trois ans puis, en 1185, il émigre vers l'Italie.

Samáras devient rapidement une figure importante de l'opéra en Italie. Flora mirabilis est créé à Milan en 1886 suivi, en 1888, de Medge qui obtient un grand succès au Teatro Costanzi de Rome avec la diva française Emma Calvé dans le rôle-titre. Il est étroitement associé à Edoardo Sonzogno, un éditeur milanais. Sonzogno a fondé le Teatro Lirico Internazionale et choisit La Martire de Samáras pour l'ouverture du théâtre le 22 septembre 1894. L'opéra avait créé la même année à Naples et est basé sur un livret de Luigi Illica.

Les œuvres de Samáras, très appréciées de son temps connaissent une large diffusion. Ses opéras sont montés à Paris, Monte-Carlo, Cologne, Berlin, Vienne, Malte, Bucarest, Constantinople, Smyrne, Alexandrie, Le Caire, et bien sûr en Grèce et Italie. Il écrit quinze œuvres scéniques, dont trois sur des textes de Paul Milliet : Storia d'amore o La biondinetta (1903), Mademoiselle de Belle-Isle (1905) et Rhéa (1908). Il retourne en Grèce en 1911, espérant qu'il serait nommé directeur du Conservatoire d'Athènes. Cependant, il n'a pas reçu le poste, en partie à cause de la controverse à propos de l'«École Nationale». Il compose alors des opérettes visant à satisfaire un public varié. Son dernier opéra, Tigra, commencé à cette époque et contenant une partie de sa musique la meilleure, n'a jamais été terminé. Il meurt à Athènes, à l'âge de 55 ans.

L’œuvre qui l'a fait connaître est l'hymne olympique[1] pour lequel il compose la musique et Kostís Palamás les paroles, qui est joué pour la première fois lors des Jeux de la Ire Olympiade à Athènes en 1896. D'autres compositions musicales accompagnent les cérémonies d'ouvertures des jeux suivants jusqu'aux Jeux de Rome en 1960, pour lesquels est retenue la composition de Samáras-Palamás et ce définitivement : c'est l'hymne olympique officiel (décision prise par la Session du Comité international olympique en 1958).

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Opéras et opérettes[modifier | modifier le code]

Livret original de Flora mirabilis (1887).
  • Olas, opéra en 4 actes, livret de Fravassili, œuvre perdue, 1882.
  • Flora mirabilis, opéra en 3 actes, livret de Ferdinando Fontana, Teatro alla Scala, Milan, 1886.
  • Medge, opéra en 4 actes, livret de Ferdinando Fontana, Teatro Constanzi, Rome, 1888.
  • Messidor, opéra d'après le roman d'Alexandre Dumas, Le Chevalier de Maison-Rouge, écrit avant 1891, perdu.
  • Lionella, opéra en 3 actes, livret de Fontana, perdu à l'exception de la Rhapsodie hongroise, pour orchestre, Teatro alla Scala, Milan, 4 avril 1891.
  • La martire, opéra en 3 actes, livret de Luigi Illica, Teatro Lirico Internazionale, Milan, 1894.
  • La furia domata, opéra en 3 actes, livret de E. A. Butti et G. Macchi d'après La Mégère apprivoisée de Shakespeare, Teatro Lirico Internazionale, Milan, 1895.
  • Storia d’amore o La biondinetta, opéra en 3 actes, livret de Paul Milliet, Teatro Lirico Internazionale, Milan, 1903.
  • Mademoiselle de Belle-Isle, opéra in 4 actes, livret de Paul Milliet, Teatro Politeama, Gênes, 1905.
  • Rhea, opéra en 3 actes, livret de Paul Milliet, Teatro Verdi, Florence, 1908.
  • Tigra, opéra en 3 actes, inachevé, livret de R. Simoni, 1911.
  • Pólemos en polémo, opérette en 3 actes, livret de G. Tsokopoulos and I. Delikaterinis, Athènes, 10 avril 1914.
  • I pringípissa tis Sassónos, opérette en 3 actes, livret de N.I. Laskaris and P. Dimitrakopoulos, Athènes, 21 janvier 1915.
  • I Kritikopoúla, opérette en 3 actes, livret de Laskaris and Dimitrakopoulos, Athènes, 30 mars 1916.

Autres[modifier | modifier le code]

  • L'hymne olympique, cantate chorale, paroles de Kostis Palamas (1896)
  • Torpillae, musique de scène, paroles de Gavziilidis et K. Triandafyllos, Athènes, 1879.
  • Scènes Orientales, Quatre suites caractéristiques, pour piano, Paris, 1882
  • Bohémienne, pour piano, 1888

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) ATHÈNES 1896 - Le saviez-vous ?, sur olympic.org

Liens externes[modifier | modifier le code]