Sorcière d'Endor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sorcière (homonymie).
Sorcière d'Endor par Adam Elsheimer
Le Médium d'Endor: du frontispice du livre Saducismus Triumphatus de Joseph Glanvill.

Dans la Bible hébraïque, la Sorcière d'Endor, ou pythonisse d'Endor (village canaanite situé probablement sur le Mont Moréh), telle que mentionnée dans le premier livre de Samuel, chapitre 28:3–25, est une femme "qui possède un talisman", avec lequel elle appelle le fantôme du prophète Samuel récemment décédé, à la demande de Saül, roi d'Israël. On peut la comparer à un médium spirite.

D'après la Bible[modifier | modifier le code]

Saül est abandonné de Dieu. Il est à la fin de son règne, et ne désire plus que la mort de David. Or celui-ci s'est allié avec les Philistins et Saül désire connaître les intentions de Dieu. Le roi sait que Dieu a interdit la sorcellerie et punit de mort tous ceux qui s'y adonnent. Du vivant du prophète Samuel, Saül a même fait exécuter tous les sorciers et tous les nécromanciens.

Les Philistins ont rassemblé leurs forces et campent à Shunem. Saül a lui positionné son armée à Gelboé. Le roi est terrifié à la vue des troupes ennemies et en appelle à Dieu, mais ne reçoit aucune réponse par les oracles traditionnels, rêves, prophètes et Ourim et Thoummim.

Il demande alors à rencontrer une femme "qui possède un talisman" qui lui permettrait d'entrer en relation avec les morts. On lui signale qu'une sorcière habite le village d'Endor, et il décide de s'y rendre, déguisé et de nuit, accompagné de deux serviteurs et de demander à la femme d'appeler pour lui la personne qu'il lui signalera. La sorcière flairant un piège refuse dans un premier temps d'obéir, connaissant trop bien le sort réservé à ses semblables par décision royale. Assurée de son immunité, elle appelle alors Samuel à la demande de Saül. À la vue de Samuel, elle se met à hurler et accuse le roi, qu'elle reconnaît immédiatement, de l'avoir trompée. Saül apaise ses craintes et lui demande ce qu'elle a vu. Elle a vu "des dieux (elohim) venant (pl.) des entrailles de la terre", "un vieil homme..enroulé dans une cape". Saül se prosterne devant le fantôme qu'il ne voit pas. Samuel se plaint d'avoir été dérangé, mais Saül plaide l'urgence du danger et son abandon par Dieu. Samuel cependant refuse de donner un conseil, mais annonce l'imminente chute du roi et de sa dynastie. Saül défaille à ce présage et en partie en raison de sa fatigue physique due au manque de nourriture. La sorcière tente de le réconforter et l'invite à partager son hospitalité. Devant les implorations conjuguées de la femme et de ses serviteurs, il accepte, mange, puis s'en retourne ensuite calmement vers son destin.

Il périra le jour suivant lors de la bataille de Gelboé.

Dans le texte biblique, la femme reste anonyme, tandis que le Midrash rabbinique soutient qu'elle se nomme Zéphanie et qu'elle est la mère de Abner.

La prophétie de l'ombre de Samuel est en grande partie une répétition des mots de Samuel quand il était vivant, dans 1 Samuel 15. La seule information nouvelle est la nouvelle prophétie que Saül doit mourir "demain". Et pourtant, si les événements des chapitres 1Sam.28-31 sont dans l'ordre chronologique, Saül n'est pas mort le jour suivant. Il est mort après trois jours de plus, pour laisser le temps pour les mouvements de troupes de David de venir à Tsiklag "le troisième jour" 1Sam.30:1. Dans ce cas, la prophétie, ce qui a été ajoutée par la sorcière, était en fait fausse.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Dans la Septante, la traduction grecque de l'Ancien Testament, l'expression «une femme avec un esprit" (28,7) se traduit "une ventriloque." Par conséquent, Origène a conclu que la voix du fantôme était bien celui de la femme.

Dans le judaïsme, quelques rabbins professent que l'âme d'un mort plane autour du corps du défunt pendant un an après sa mort. Ceci permet à l'âme de la personne décédée d'être vraiment appelée pendant cette période, et confirme que l'âme appelée de façon surnaturelle par la sorcière est effectivement celle de Samuel. Saül à cette époque peut avoir aussi pensé que Samuel avait été rappelé du Sheol.

En se basant sur cette histoire, les rabbins, et plus particulièrement Rabbi Levi Ben Gershom, dit Ralbag, ont développé la théorie que la nécromancienne a bien vu l'esprit, mais a été incapable d'entendre son discours, tandis que la personne pour laquelle elle avait appelé l'esprit, a entendu sa voix, mais n'a pas été capable de le voir ; les spectateurs eux, ne peuvent ni entendre ni voir le fantôme. Les cris de la femme à la vue de Samuel sont dus au fait que celui-ci est apparu debout de façon inhabituelle, alors qu'elle s'attendait à le voir apparaître allongé.

Les Pères de l'Église, et quelques écrivains chrétiens modernes ont débattu des questions théologiques soulevées par ce texte. Si on interprète la Bible littéralement, on pourrait affirmer qu'il est ou qu'il était possible aux humains de faire venir l'âme d'un saint défunt par magie. Les commentaires du Moyen Âge suggèrent naturellement que ce que la sorcière a appelé, n'était pas le fantôme de Samuel, mais un démon ayant pris son apparence. L'auteur chrétien moderne Hank Hanegraaff affirme que bien qu'il soit impossible pour les humains d'appeler un mort, Samuel est quand même apparu devant Saül et la sorcière, par un acte souverain de Dieu. Hanegraaff interprète le passage pour signifier que la sorcière a été surprise par cet évènement.

Indépendamment de la réalité des pouvoirs de la sorcière, l'histoire peut être vue comme une satire de Saül. Autrefois, Saül était le roi vertueux qui défendait Dieu avec son épée ; ayant perdu les faveurs de Dieu, il en est réduit à participer à des rituels interdits. Il n'a reçu aucun conseil du fantôme de Samuel, qui ne lui a que confirmé sa déchéance.

Dans la littérature moderne[modifier | modifier le code]

  • La Sorcière d'Endor est le nom fictif d'un cutter de la Royal Navy britannique dans le roman historique des aventures d'Horatio Hornblower, "Flying Colours" de l'écrivain britannique C. S. Forester, paru en 1938.
  • La Sorcière d'Endor est un personnage de la saga Les Secrets de l'Immortel Nicolas Flamel de Michael Scott.

En musique[modifier | modifier le code]

  • "The Witch of Endor" est le titre d'une pièce du compositeur américain Moondog.

A la télévision[modifier | modifier le code]

  • Dans la série Ma sorcière bien-aimée (Bewitched), le personnage joué par Agnes Moorehead, se nomme "Endora". Il n'a jamais été mentionné si elle est "la" médium d'Endor, bien qu'il soit clair dans la série, que les personnages avec des pouvoirs magiques vivent très longtemps.

Référence[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]