Ourim et Thoummim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la Bible hébraïque, l’Ourim et le Thoummim sont des éléments du pectoral[1] porté par le Grand prêtre d'Israël. Ils sont généralement considérés comme des objets ayant trait à l'art de la divination mais aucune description de leur aspect ne figure dans la Bible . En hébreu, le mot ourim signifie lumières, et thoummim, perfections, parfois traduit par vérité. Les érudits juifs les décrivent comme un « instrument qui servait à donner la révélation et à déclarer la vérité »[2]

Extraits de la Bible s'y rapportant[modifier | modifier le code]

  • Exode 28:30 : « Tu joindras au pectoral du jugement l'urim et le thummim, et ils seront sur le cœur d'Aaron, lorsqu'il se présentera devant l'Éternel. »
  • Lévitique 8:8 : « Il lui mit le pectoral, et il joignit au pectoral l'urim et le thummim. »
  • Nombres 27:21 : « Il se présentera devant le sacrificateur Éléazar, qui consultera pour lui le jugement de l'urim devant l'Éternel. »
  • Deutéronome 33:8 : « Sur Lévi il dit : Les thummim et les urim ont été confiés à l'homme saint, Que tu as tenté à Massa, Et avec qui tu as contesté aux eaux de Meriba. »
  • 1 Samuel 28:6 : « Saül consulta l'Éternel ; et l'Éternel ne lui répondit point, ni par des songes, ni par l'urim, ni par les prophètes. »
  • Esdras 2:63 : « et le gouverneur leur dit de ne pas manger des choses très saintes jusqu'à ce qu'un sacrificateur ait consulté l'urim et le thummim. »
  • Néhémie 7:65 « et le gouverneur leur dit de ne pas manger des choses très saintes jusqu'à ce qu'un sacrificateur eût consulté l'urim et le thummim. »

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Les mots Ourim et Thoummim, en hébreu, apparaissent sur le blason de l'université américaine Yale, où ils ont figuré depuis 1736[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le pectoral est une pièce de vêtement porté par le souverain sacrificateur selon la Loi de Moïse (voir Ex. 28:13-30 ; 39:8-21). Il était fait de lin et portait douze pierres précieuses.
  2. John M'Clintock and James Strong, Cyclopedia of Biblical, Theological, and Ecclesiastical Literature, 1867-1881, "Urim and Thummim"
  3. (en) « Display looks at... the Yale seal » Retrieved on 27 October 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]