Gersonide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gerson.

Rabbi Levi ben Gershom ou Gersonide (1288, Bagnols-sur-Cèze (France) - 20 avril 1344) connu sous l'acronyme de son nom Ralbag, il est l'un des plus importants commentateurs bibliques de son temps, il était également mathématicien, astronome, philosophe et médecin. D'après Colette Sirat¹, « il est souvent considéré comme le plus grand philosophe juif après Maïmonide »

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Il écrivit des commentaires (Ralbag al haTanakh) sur Job, Le Cantique des Cantiques, l'Ecclésiaste, le Livre de Ruth, le Livre d'Esther, les cinq livres de la Torah, les Premiers Prophètes, le Livre des Proverbes, le Livre de Daniel et le Livre de Néhémie.

Son commentaire sur Job est l'un des premiers livres imprimés en hébreu (Ferrare, 1477). Son commentaire sur l'Ecclésiaste fut écrit en 1328.

Il écrivit en 1340 son commentaire philosophique et ésotérique sur le Chir Hachirim. Ses commentaires de la Bible sont l'œuvre d'un profond philosophe. Il était aussi extrêmement habile à analyser un texte et à en sortir les enseignements éthiques et religieux.

Comme philosophe, ses commentaires sur les épitomés et les commentaires moyens d'Averroès, rédigés entre 1319 et 1324, couvrent la majeure partie du corpus d'Aristote.

Il est aussi l'auteur du Milhamot Hachem (Les guerres du Seigneur), construit sur le modèle du Guide des Egarés. Il s'agit d'une synthèse de l'aristotélisme de Maïmonide et d' Averroès. Cette synthèse à plusieurs conséquences :

1°) Le dogme de la création biblique est compatible avec l'éternité de la matière. Sur ce point, Gersonide opère une dissociation entre d'une part le concept de la création temporelle (qu'il cherche à fonder théoriquement : le monde possède un commencement dans le temps) et d'autre part le concept de création à partir du néant, dont il cherche à limiter la portée. Sa synthèse entre aristotélisme et religion révélée est sur ce point originale, et très différente de celle de Maïmonide ou Averroès : Gersonide estime que le processus de la création doit lui aussi respecter la loi physique aristotélicienne selon laquelle toutes les phénomènes de génération et de corruption implique la nécessité d'un substrat matériel. Par conséquent, il doit admettre une matière "coéternelle" à la divinité créatrice. En revanche, afin de sauvegarder l'enseignement révélé, il précise que la création constitue un processus de génération "volontaire" et non naturel, de telle sorte qu'elle n'est pas soumise aux règles qui régissent les mouvements du monde sublunaire. Le substrat primordial, coéternel à Dieu, auquel fait référence Gersonide est exprimé de différentes manières : il parle de "geshem ne'edar kol shurah" ("un corps privé de toute forme"), ou de "geshem bilti shomer temunato" ("un corps qui ne conserve pas sa propre figure"). L'homme n'est toutefois capable de comprendre cette notion, qui évoque la notion platonicienne de "réceptacle" (Timée, 49a-b) que de manière négative.

2°) Les attributs divins étant compatibles avec l'unité divine, la théologie négative de Maïmonide est inutile.

3°) Les attributs divins et créaturels cessent d'être équivoques. Ils sont de même nature. Mais, ce qui appartient à Dieu en propre, les créatures l'acquièrent par participation à l'existence divine.

4°) L'éthique de la liberté, fondamentale chez Maïmonide, subit la pression du déterminisme cosmique, astrologique.

5°) La Révélation elle-même n'est pas issue de Dieu, mais d'une Intelligence séparée qui gouverne, par délégation, les destinées du monde.

Cet infléchissement averroïste de la spéculation juive vers une forme de positivisme médiéval, tend à atténuer le sens du mystère divin et à minimiser la part d'intervention divine directe dans l'histoire des hommes. Il contribue à creuser le fossé qui éloignera de plus en plus la philosophie juive et la kabbale.

Les guerres du Seigneur comprend un Traité d'astronomie en 136 chapitres. Il y attaque les principes fondamentaux du système de Ptolémée. Se basant sur ses propres observations (une centaine environ), il mentionne dix éclipses lunaires et solaires qu'il a lui-même observées.

Un cratère lunaire porte le nom de Rabbi Levi en son honneur depuis 1935.

Le bâton de Jacob[modifier | modifier le code]

Bâton de Jacob, illustration de la Navigation Pratique (John Sellers, 1672)

Il fournit également le mode de construction et d'utilisation d'un instrument appelé Baculus Jacob (Le bâton de Jacob) qui permet de mesurer la distance angulaire entre deux étoiles ou deux planètes. Le traité comprend en outre des tables astronomiques commandées par des nobles chrétiens et des chapitres de trigonométrie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

1. Traductions

  • Lévi ben Gershom ( Gersonide ), Les Guerres du Seigneur, livres III et IV, introduction, traduction [française] et notes par Charles Touati. Paris-La Haye, Mouton & Co,1968.
  • The Wars of the Lord, Books V and VI, trad. anglaise par S. Feldman, Philadelphia - New York - Jerusalem, 1999.

2. Études

  • Charles Touati, La pensée philosophique et théologique de Gersonide, Paris, 1973.
  • G. Dahan (éd.), Gersonide et son temps. Science et philosophie médiévales, Louvain - Paris, 1991.
  • S. Feldman, "Gersonides' Proofs for Creation of the Universe", Proceedings of the American Academy for Jewish Research 35 (1967), p. 113-137.
  • S. Feldman, "Platonic Themes in Gersonides' Cosmology", in Salo W. Baron Jubilee Volume, éd. S. Liebermann & A. Hyman, Jérusalem, 1975, vol. I, p. 383-406.
  • G. Freudenthal, "Cosmogonie et physique chez Gersonide", Revue des Etudes juives 145/3-4 (1986), p. 295-314.
  • G. Freudenthal (éd.), Studies on Gersonides. A Fourteenth Century Jewish Philosopher, Leiden - New York, 1992.
  • R. Gatti, "Sensory Experience and Metaphysics in Medieval Jewish Philosophy: Once Again on the Limitations of Human Knowledge According to Maimonides and Gersonides", Quaestio 4 (2004), p. 91-112.
  • R. Gatti, be-re'sit. Interpretazioni filosofiche della creazione nel Medioevo ebraico e latino, Gênes, Il Melangolo, 2005, p. 106-154.
  • C. Sirat, S. Klein-Braslavy & O. Weijers (éds), Les méthodes de travail de Gersonide et le maniement du savoir chez les scolastiques, Paris, 2003.
  • J. Staub, The Creation of the World According to Gersonides, Los Angeles, 1982.

Note[modifier | modifier le code]

¹ Traductrice d'extraits des Guerres du Seigneur in Philosophes médiévaux des XIIIe et XIVe siècles, 10/18, 1986.

Liens externes[modifier | modifier le code]