Seventh Son of a Seventh Son

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Seventh Son of a Seventh Son

Album par Iron Maiden
Sortie 23 avril 1988
Enregistré fin 1987 - mars 1988
aux Musicland Studios à Munich
Durée 44:14
Genre Heavy metal, Metal progressif
Format Vinyle, CD, Cassette audio
Producteur Martin Birch
Label EMI (Royaume-Uni)
Capitol (États-Unis)
Sanctuary,Columbia (réédition US)
Critique

Albums par Iron Maiden

Singles

Can I Play with Madness
The Evil that Men Do
The Clairvoyant
Infinite Dreams

Seventh Son of a Seventh Son est le septième album du groupe de Heavy Metal britannique Iron Maiden, sorti le 23 avril 1988, c'est un album-concept inspiré notamment du folklore anglo-saxon et du roman Le Septième Fils

Cet album représente un des plus gros travaux du groupe et demeure probablement le plus perfectionné. L'album atteindra d'ailleurs la première position des charts britanniques à sa première semaine de parution, grâce aux morceaux Can I Play with Madness, The Clairvoyant ou encore The Evil that Men Do.

Album[modifier | modifier le code]

Seventh Son of a Seventh Son fut le dernier album avec le guitariste Adrian Smith jusqu'en 2000 avec l'album Brave New World (il a écrit une chanson que Bruce Dickinson a terminé pour l'album suivant No Prayer for the Dying, intitulée Hooks in You).

The Clairvoyant a été la première chanson écrite pour l'album. Selon Steve Harris, les paroles de la chanson ont été inspirées par la mort du spiritualiste Doris Stokes, disant : « If she were really clairvoyant, if she were really able to see the future, wouldn't she have been able to forsee her own death? »[2].

Au moins cinq des chansons de l'album ("Moonchild, Infinite Dreams, Seventh Son of a Seventh Son, The Prophecy et The Clairvoyant) peuvent être directement liées à une histoire principale lyrique inspirée par le concept du folklore.

Lyriquement, l'album se concentre sur quelques principales idées philosophiques : le bien contre le mal, le mysticisme, la vision prophétique, la réincarnation et la vie après la mort. La quasi-totalité de l'album contient des références directes ou indirectes aux questions considérant à ces concepts et se réfère poétiquement aux réponses.

Stylistiquement, Seventh Son of a Seventh Son développe les premiers sons entendus sur Somewhere in Time (1986), et continue avec l'exploration des paroles du groupe de sujets liés au mysticisme, la puissance et l'occultisme.

Moonchild est un morceau inspiré par la magie et est tiré du Liber Samekh de l'écrivain et occultiste britannique Aleister Crowley[3].

L'album a débuté à la 1er place aux charts britannique (le premier album accédant à la première place depuis The Number of the Beast) et 12e aux États-Unis. Les singles Can I Play with Madness, The Evil that Men Do, The Clairvoyant et Infinite Dreams se sont classés respectivement aux 3e, 5e, 6e et 6e positions. De toutes les chansons de l'album, The Evil that Men Do, The Clairvoyant et Can I Play with Madness sont jouées dans presque tous les concerts depuis la tournée 7th Tour of a 7th Tour.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

No Titre Crédit(s) Durée
1. Moonchild Bruce Dickinson, Adrian Smith 5:40
2. Infinite Dreams Steve Harris 6:08
3. Can I Play with Madness Steve Harris, Bruce Dickinson, Adrian Smith 3:49
4. The Evil that Men Do Steve Harris, Bruce Dickinson, Adrian Smith 4:34
5. Seventh Son of a Seventh Son Steve Harris 9:53
6. The Prophecy Steve Harris, Dave Murray 5:05
7. The Clairvoyant Steve Harris 4:27
8. Only the Good Die Young Steve Harris, Bruce Dickinson 4:42

Composition du groupe[modifier | modifier le code]

avec

Singles[modifier | modifier le code]

Quatre singles en ont été extraits. Ce sont successivement :

  1. Can I Play with Madness, 26 mars 1988. (Position de première semaine #3)
  2. The Evil that Men Do, 13 août 1988. (Position de première semaine #5)
  3. The Clairvoyant (live), 7 novembre 1988. (Position de première semaine #6)
  4. Infinite Dreams (live), 6 novembre 1989.(Position de première semaine #6)

Pour les deux derniers, il s'agit en fait de deux extraits de performances live (The Clairvoyant vient d'un spectacle donné au festival Monsters of Rock à Donington Park en août 1988, et Infinite Dreams vient de la vidéo live Maiden England filmée en novembre 1988).

Réédition 1998[modifier | modifier le code]

Lors de la réédition des albums du groupe en 1998, le groupe a retravaillé la pochette de l'album.

Il y fut aussi ajouté une section multimédia reprenant quatre clips :

  1. Can I Play with Madness
  2. The Evil that Men Do
  3. The Clairvoyant (live)
  4. Infinite Dreams (live)

Charts[modifier | modifier le code]

Pays Chart Position Réf
Drapeau des États-Unis États-Unis Billboard 200 12 [4]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni UK Singles Chart 1 [5]
Drapeau de l'Autriche Autriche Ö3 Austria Top 40 6 [6]
Drapeau de la Suisse Suisse Swiss Music Charts 2 [7]
Drapeau de la Suède Suède Sverigetopplistan 3 [8]
Drapeau de la Norvège Norvège VG-lista 3 [9]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Rianz 3 [10]

Successions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]