Camilo Castelo Branco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castelo Branco (homonymie).

Camilo Castelo Branco

Description de cette image, également commentée ci-après

Camilo Castelo Branco, gravure de Francisco Pastor (pt).

Activités Poète
Naissance 16 mars 1826
Lisbonne, Flag United Kingdom Portugal Brazil Algarves.svg Royaume de Portugal
Décès 1er juin 1890
São Miguel de Seide, Drapeau du Portugal Royaume de Portugal
Langue d'écriture Portugais

Œuvres principales

Amour de perdition (1862)

Camilo Ferreira Botelho Castelo Branco (16 mars 1826, Lisbonne1er juin 1890, São Miguel de Seide (pt)) est un écrivain portugais.

Biographie[modifier | modifier le code]

La vie agitée de Camilo, comme on l'appelle affectueusement, a été aussi riche en événements et aussi tragique que celle de ses personnages : fils naturel d'un père noble et d'une mère paysanne, il est très tôt resté orphelin. Marié à seize ans avec Joaquina Pereira, il connut d'autres passions tumultueuses, dont l'une le mena en prison : celle pour Ana Plácido qui devait devenir sa compagne. Fait vicomte de Correia-Botelho en 1885, pensionné par le gouvernement, il connut cependant une fin de vie des plus pénibles : perclus de douleurs et devenu aveugle, il finit par se suicider en 1890 avec un revolver, assis sur son rocking chair.

Œuvre[modifier | modifier le code]

À travers son œuvre très féconde (262 volumes), Castelo Branco s'est intéressé à presque tous les genres : poésie, théâtre, roman historique, histoire, biographie, critique littéraire, traduction. On y retrouve le tempérament et la vie de l'auteur : la passion fatale s'y lie au sarcasme, le lyrisme à l'ironie, la morale au fanatisme et au cynisme, la tendresse au blasphème.

Camilo Castelo Branco, cherchant les sources nationales, expliquera qu'il a « déserté les drapeaux des maîtres français[1] » pour retourner à la description des usages et coutumes portugais. Il traduit Chateaubriand, et essayera d'écrire une version portugaise de La Comédie humaine.

Cet écrivain à l'imagination vive, au style communicatif, naturel et coloré, au vocabulaire riche et nuancé, est un maître de la langue portugaise. Amour de perdition, publié en 1862, est, d'après Miguel de Unamuno le plus grand roman d'amour de la Péninsule Ibérique. Écrit en 1840, lorsque Camilo était en prison pour ses amours avec une femme mariée, il relate la passion clandestine de deux jeunes gens, Simão et Teresa, passion à laquelle s'ajoute l'amour de Mariana, une fille du peuple qui s'éprend de Simão, tout en continuant à lui servir de messagère auprès de Teresa.

Divers[modifier | modifier le code]

En 1965 il fut représenté sur les billets de banque portugais de 100 escudos (environ 50 cts d'euros) image du billet

En 1978 il fut à nouveau représenté sur les billets de banque portugais de 100 escudos image du billet

Filmographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « (…) desertei às bandeiras dos mestres francezes (…) », (Camilo Castelo Branco, A Filha do Doutor Negro, Porto, 1864, p. XII)

Liens externes[modifier | modifier le code]