Philippe Braud (sociologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Braud et Philippe Braud.

Philippe Braud, né le 18 mars 1941 dans le Maine-et-Loire, est un politologue français, spécialiste de sociologie politique. Il est professeur des Universités à l'Institut d'Études Politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au CEVIPOF (Centre d'Études Politiques de Sciences-Po).

Travaux[modifier | modifier le code]

Ses travaux, influencés un temps par la psychanalyse mais aussi par la littérature anthropologique d'un Edelman ou d'un Geertz et certaines recherches constructivistes (Gale Miller, Peter Ibarra, John Kitsuse), sont axés sur la psychologie politique et les dimensions symboliques de la vie politique. Il s'intéresse plus particulièrement aux rapports entre la violence symbolique et la violence physique. Il soutient que les dimensions émotionnelles de la vie politique sont trop souvent sous-estimées dans l'analyse savante ou masquées par des concepts excessivement rationalisant. Celles-ci joueraient un rôle à deux niveaux. D'une part, dans le style psychologique des acteurs qui importe à la fois dans le mode de déroulement des processus décisionnels et dans la construction d'une image publique dont l'efficacité politique est tangible. Mais l'étude du style psychologique des acteurs n'a de sens qu'étroitement reliée aux systèmes d'attentes et de projections socialement façonnées. C'est pourquoi Braud considère qu'il est encore plus important d'étudier la part de l'émotionnel qui réside dans les logiques de situation socialement définies. Celles-ci révèlent l'existence de gratifications ou de coûts au niveau décisif de la peur ou du désir d'illusions, de l'estime de soi ou du besoin de reconnaissance. C'est pourquoi Braud va jusqu'à parler de psychologie des situations. Il accorde une grande attention à la dimension symbolique du travail politique, c'est-à-dire aux surcharges de connotations cognitives et émotionnelles dont sont investis certains mots-clés ou certains idiomes rhétoriques du langage politique, les systèmes de classements qui permettent de penser le politique, sans oublier le rôle des pratiques cérémonielles et rituelles, le marquage de l'espace par l'urbanisme, les monuments, les œuvres d'art.

Formation et parcours[modifier | modifier le code]

  • Doctorat en droit public avec une thèse sur la notion de liberté publique soutenue à l'université de Rennes en 1967.
  • Agrégation de "droit public et science politique", en 1968. Philippe Braud est professeur à l'université Rennes I de 1969 à 1985.
  • Directeur, à l'université Paris I, du Département de science politique de la Sorbonne de 1989 à 1995. Il devient alors président de la section science politique du Conseil national des universités (CNU) où il exerce un mandat de quatre ans, avant de présider le jury d'agrégation de science politique en 2000-2001.
  • En 2000, il quitte l'université Paris I pour l'Institut d'Études Politiques de Paris où, depuis 2010, il est professeur émérite.
  • Il est également Visiting Professor (in France) à la Woodrow Wilson School de Princeton University depuis 2004.

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Saint-Hilaire du Bois, village d'Anjou. Chronique des années cinquante, L'Harmattan, 2011
  • Petit traité des émotions, sentiments et passions politiques, A. Colin, 2007
  • Sociologie politique, 10e édition, LGDJ, 2011
  • Violences politiques, Seuil, 2004
  • Penser l'État, Seuil, 2004
  • La démocratie politique, Seuil, 2003
  • L'Émotion en politique, Presses de Sciences-Po, 1996
  • Le Jardin des délices démocratiques, Presses de Sciences-Po, 1991 (traduit en six langues dont l'américain).
  • En collaboration avec Claire Andrieu et Guillaume Piketty, Dictionnaire de Gaulle, R. Laffont, 2006.
  • Le suffrage universel contre la démocratie, PUF, 1980

Liens externes[modifier | modifier le code]