Cursus honorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cursus honorum (qui en latin signifie « carrière des honneurs » ou, littéralement, « course des honneurs ») est l'ordre d'accès aux magistratures publiques sous la Rome antique. Défini très tôt à une époque mal déterminée, il n'est formalisé que par la lex Villia Annalis en 180 av. J.-C.

Cet ordre est obligatoire et permet de gagner des compétences et d’avoir pour magistrats suprêmes des hommes mûrs et expérimentés.

Cursus honorum au IIe siècle av. J.-C.[modifier | modifier le code]

En prérequis, il faut être éligible, c'est-à-dire appartenir à la classe équestre des citoyens romains, et faire son service militaire comme cavalier, ce qui au IIe siècle av. J.-C. signifie posséder un cens d’au moins 400 000 sesterces[1].

Les magistratures s’enchaînent dans l’ordre suivant  :

Questeurs (quaetores)[modifier | modifier le code]

Le questeur doit être âgé de 28 ans au minimum et est chargé de s'occuper des finances de l'État ou d'une province. Ils sont les payeurs aux armées et les trésoriers d'une province. Le nombre de questeurs élus est de 20 postes par an.

Édiles (aediles)[modifier | modifier le code]

L'âge minimum pour être édile est de 31 ans et il faut avoir été questeur pour postuler. Quatre postes sont pourvus par an. Les édiles s'occupent de l'administration de Rome : de la police des marchés, de l'approvisionnement des marchés, de la police générale et de l’organisation des jeux du cirque.

Les édiles curules sont élus par les comices tributes, mais les édiles plébéiens par les conciles plébéiens, de plus ils bénéficient de l'inviolabilité.

Préteur (praetores)[modifier | modifier le code]

Il y a en tout six préteurs en 241. Le préteur pérégrin se charge des litiges entre un citoyen et un étranger tandis que le préteur urbain s'occupe de ceux entre deux citoyens, de plus il remplace temporairement un consul absent. L'âge minimum requis est de 34 ans. Les préteurs sont élus par les comices centuriates. Ils disposent de l'imperium, ils ont le droit d'auspices majeurs et bénéficient de deux licteurs.

Consuls (consules)[modifier | modifier le code]

Les consuls, au nombre de deux, sont les magistrats supérieurs. L'âge minimum requis est de 37 ans. Les consuls convoquent et président les réunions du Sénat, les comices curiates, les comices centuriates. Ils commandent les armées, et ils sont éponymes, ce qui signifie que les années portent leurs noms. Les consuls sont élus par les comices centuriates, ils ont le droit d'auspices majeurs, le droit d'imperium et bénéficient de douze licteurs.

Le consul peut être réélu, mais il est d’usage de ne pas se présenter pour un second mandat lorsqu'on est consul en exercice : il faut être redevenu simple citoyen pour postuler de nouveau au consulat. Une loi[Laquelle ?] confirme cette coutume en -150.

Particularités[modifier | modifier le code]

On constate l’absence dans cette succession du tribunat de la plèbe[réf. nécessaire], que l’aristocratie romaine refuse obstinément de considérer comme une magistrature honorable. Manquent aussi les magistratures de censeur et de dictateur, quoiqu'elles soient d’un rang supérieur à celles du cursus honorum. Ce ne sont pas des magistratures annuelles, la dictature n’est de plus pas accessible par voie électorale, elles ne s’intègrent donc pas dans un parcours normal.

Évolution du cursus honorum au IIe siècle av. J.-C.[modifier | modifier le code]

Des entorses aux règles sont signalées par les historiens romains, en cas de crise ou pour des personnalités remarquables :

À la fin du IIe siècle av. J.-C., Marius et ses partisans multiplièrent les abus :

  • Marius cumula cinq consulats d’affilée de -104 à -100
  • Cinna, fut consul quatre fois de suite de -87 à -84 et Carbo trois fois consul en quatre ans de -85 à -82, tandis que son fils Marius le Jeune fut consul en -82 alors qu’il n’avait pas l’âge pour la préture.

En réaction, Sylla réforma le cursus honorum lors de sa dictature entre -81 et -79 :

  • Les conditions d’âge furent relevées et portées à 30 ans pour la questure, 36 ans pour l’édilité, 40 ans pour la préture, 43 ans pour le consulat
  • Le nombre de questeurs et de préteurs fut augmenté pour les besoins d’administration d’une Rome et d’un empire agrandis, passant à 70 questeurs et 8 préteurs. Cela ouvrait aussi la carrière des honneurs à un plus grand nombre de membres de la nobilitas.
  • L’édilité devint facultative
  • Pour le consulat, un intervalle de dix ans minimum fut imposé entre deux mandats
  • Avoir exercé le mandat de tribun de la plèbe excluait d’office du cursus honorum.

Cette dernière mesure qui transforme le tribunat de la plèbe en impasse politique est abolie par Pompée après l’abdication de Sylla en -79. De plus, l’ambitieux Pompée déroge à la règle, en devenant consul à 36 ans.

Une génération plus tard, Jules César exerçant la dictature, accroît le nombre de questeurs au nombre de 40, d’édiles qui passa à 10 et de préteurs qui passa à 20.

Son successeur, Octave, obtint du Sénat d'être nommé propréteur alors qu'il n'avait ni exercé auparavant le charge de questeur et de préteur, ni l'âge requis. C'est à cette occasion que Cicéron prononça dans un de ses discours cette phrase devenue célèbre : « La valeur n'attend pas le nombre des années » (« Virtute superavit aetatem »), reprise ensuite par Corneille dans Le Cid (« Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années »).

Cursus honorum sous le Principat[modifier | modifier le code]

Tandis que l’intérêt politique des magistratures s’effaçait avec la fin des compétitions électorales, l’augmentation du nombre de questeurs et de préteurs décidée par César orientait le cursus honorum vers des carrières administratives dans les provinces. Auguste et ses successeurs confirmèrent cette orientation, en multipliant l’accord du consulat par le système des consuls suffects.

Une carrière sénatoriale se créa, calquée sur l’enchaînement du cursus honorum, avec des conditions d’âge plus basse que sous la République, et enrichie des missions d’administration impériale. L’historien Paul Petit décrit ainsi le cursus possible d’un fils de sénateur[2] :

Les conditions d’âge pouvaient faire l’objet de dispenses. Le nombre et de postes exercés entre la préture et le consulat et leur durée variaient selon la qualité du sénateur et ses appuis, les patriciens ayant généralement un cursus rapide et passer les échelons à l'âge minimum requis, tandis que les sénateurs plébéiens pouvaient accumuler les charges avant d'obtenir leur consulat en fin de carrière[3].

Toutefois, le faible nombre de sénateurs compétents et intéressés par le service public, malgré leur renouvellement par des provinciaux, et la méfiance de certains empereurs vis-à-vis du Sénat fit diminuer peu à peu le nombre de sénateurs titulaires de postes dirigeants dans l’administration impériale, au profit des membres de l’ordre équestre plus dynamique.

Cursus honorum sous le Dominat[modifier | modifier le code]

Au IVe siècle, le cursus honorum persiste encore à Rome, pour des magistratures désormais vides de tout pouvoir, et obligeant surtout à donner des jeux. Les nominations aux postes importants de l’administration impériale ne dépendent plus du cursus honorum réalisé, ou de l’appartenance à l’ordre sénatorial ou à l’ordre équestre, fusionnés sous Constantin Ier. Constantin nomme encore des consuls, désormais à titre honorifique et pour les besoins du calendrier (consuls éponymes), et laisse au Sénat de Rome le soin de désigner les autres magistratures, questure et préture. L'édilité a disparu au IIIe siècle. Le consulat ouvre toujours l’accès à la préfecture de la Ville[4].

Les conditions d'âge pour l'accès aux magistratrures sont abaissées[5] :

  • questeur à 16 ans contre 25 ans. Les jeux à donner après l'entrée en charge en décembre sont financés sur la fortune du jeune titulaire, ou celle de ses parents ;
  • préteur à 20 ans, parfois moins; Rome a un préteur urbain et un préteur tutélaire, Constantinople dispose d'un préteur flavialis et d'un préteur constantinien, du nom des familles impériales. Le préteur entre en charge le premier janvier, donne sept jours de jeux dans l'amphithéâtre et le cirque et distribue obligatoirement des cadeaux au peuple ;
  • consul ordinaire reste attribué à un âge avancé. Il y a un à Rome et un à Constantinople, qui adressent un discours d'actions de grâce à l'empereur à leur entrée en charge au premier janvier et donnent des jeux. Un consul suffect à Rome préside les cérémonies anniversaires de la Ville, le 21 avril.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Nicolet, Censeurs et publicains, économie et fiscalité dans la Rome antique, Fayard, 2000, (ISBN 2213602964), p. 171-172
  2. Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, p 178-179.
  3. Christol 1986, p. 18
  4. Roger Remondon, La crise de l’Empire romain, PUF, p. 143
  5. Vincent Puech, Constantin, 2011, Éllipses Édition, (ISBN 978-2-7298-6670_9), pp.115-117

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • George Hacquard, Jean Dautry, O Maisani ,Guide romain antique, Hachette, 1952, 50° édition en 2005 (ISBN 2010004884)
  • Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Seuil, 1974, (ISBN 2020026775)
  • François Hinard, Sylla, Fayard, 1985
  • Michel Christol, Essai sur l'évolution des carrières sénatoriales : deuxième moitié du IIIe siècle après J.-C., Nouvelles Éditions Latines,‎ 1986, 354 p. (ISBN 9782723303071)
  • Michel Christol et Daniel Nony, Rome et son empire, des origines aux invasions barbares, Hachette, collection HU, 2003, (ISBN 2-01-14-5542-1)
  • Roger Remondon, La crise de l’Empire romain, PUF, collection Nouvelle Clio – l’histoire et ses problèmes, Paris, 1992.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]