Rude boys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rude Boy.

Les rude boys et rude girls étaient de jeunes voyous jamaïcains des ghettos, tombés dans la délinquance et semant la terreur. Les musiciens appellent souvent, dans leurs paroles, les rude boys à se calmer et à s'assagir. En rage contre les institutions, la fatalité économique, ils crachent leur hargne du chômage, des injustices et de l'immobilisme de la société capitaliste. Tout le contraire des teddy boys. Ils fréquentent assidûment les sound systems où ils jouent parfois pour gagner leur vie.

En Grande-Bretagne, les rudes boys écoutent principalement de la musique ska, qui est caractérisée par des groupes comme Madness ou The Specials, qui reprennent certains morceaux célèbres de Prince Buster, enregistrés à Two-Tone Records, le "revival" du ska jamaïcain, après la vague du mouvement punk qui voit resurgir d'anciens artistes jamaïcains, comme Laurel Aitken, surnommé the godfather of ska.

Leur look innovant leur est caractéristique : costumes noirs et chapeaux pork pie, cheveux rasés… Leur style est inspiré des zoot suit des années 1930 et 1940. Ils se mélangent aux mods anglais dans les années 1960, ce qui donnera naissance aux skinheads. le mouvement skinhead est donc, de base, dans ses origines et dans ses traditions, un mouvement métissé et multiculturel il n'est pas rare de voir des skinheads noirs par exemple. Ils ne sont donc pas a confondre avec les boneheads, qui eux racistes, ont volé leurs styles vestimentaires, mode vie, musique et nom. les rude boys adorent les westerns et les gangsters, thème récurrent dans les chansons de l'époque pour les retenir dans les soirées.

Synonymes : bandulo, rudies.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]