Prince Buster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Prince Buster

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Buster à Cardiffen 2008

Informations générales
Nom de naissance Cecil Bustamente Campbell
Naissance 28 mai 1938 (76 ans)
Kingston Drapeau de la Jamaïque Jamaïque
Activité principale Chanteur
Genre musical Rocksteady, ska, reggae

Prince Buster (de son vrai nom Cecil Bustamente Campbell) est un chanteur, DJ, percussionniste, et producteur de ska, de rocksteady et de reggae jamaïcain, né le 28 mai 1938 à Kingston, dans Orange Street. Visionnaire, précurseur du ska, il est un des artistes jamaïcains les plus importants des années 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un ouvrier des chemins de fer, il suit des études à l'école de Central Branch puis à Saint Ann, en Jamaïque. Il est vite surnommé « Buster » (argot britannique pour « brise-tout »). Adolescent, il joue déjà dans un groupe de percussions. Il suit le sound system de Tom The Great Sebastian où officie le DJ Count Machukie. Très jeune, il est à la tête d'une bande des rues dans le quartier de Luke Lane au centre de Kingston, puis devient boxeur, avant d'être engagé comme videur dans les soirées de Coxsone Dodd au milieu des années 1950.

En 1957, il ouvre un magasin de disques (le Prince Buster Record Shack) et quitte Coxsone vers 1959-1960. Il monte son propre soundsystem, « Voice of the People » basé sur Charles Street. Il est un de ces DJ qui parle par-dessus les disques, sortes de précurseurs du rap. Comme ses concurrents, il se rend aux États-Unis pour se procurer des disques exclusifs de rhythm and blues. En 1960, il enregistre son premier disque : Oh Carolina des Folkes Brothers. Arrogant, revendiquant comme beaucoup l'invention du ska, il rejette la musique de ses concurrents qu'il qualifie de « plagiaires », comme Byron Lee.

Prince Buster est un des premiers musiciens à affirmer l'identité jamaïcaine du ska. Il revendique aussi sa négritude avec force, estimant comme africaine l'identité de sa nation antillaise. En ce sens, il est l'un des précurseurs de la culture rastafari. Chrétien baptiste, mais très influencé par les Black Muslims (Musulmans Noirs), un de ses premiers succès ska, Black Head Chineman, attaque ouvertement son concurrent d'origine chinoise Leslie Kong. Il se convertira d'ailleurs à l'islam et prendra le nom de Mohamed Yusuf Ali.

Il crée plusieurs marques de disques comme "Prince Buster Voice of the People", "Wild Bells", "Buster Record Shack", "Soulville Center" et "Islam". Outre ses propres disques, il produit aussi des morceaux de Derrick Morgan, Eric Morris, Owen Gray, Bobby Aitken, Don Drummond, Tommy McCook, Stranger Cole ou Toots & The Maytals. Mais il est avant tout un excellent chanteur, généralement accompagné par la formation de Baba Brooks ou par les Skatalites. Il joue et chante un ska rempli d'humour et d'allusions sexuelles (certaines de ses chansons peuvent même paraître très sexistes comme The 10 comandements).

En 1963, il part en tournée en Angleterre où il enregistre un premier succès, Wash Wash avec Georgie Fame. Ses disques sont alors publiées par le label anglais Blue Beat. Puis il enregistre I Got A Pain avec les Maytals. En 1964, son plus grand tube, Al Capone, est (avec Guns Of Navarone des Skatalites et après My Boy Lollipop de Millie Small) le premier disque d'un artiste au son authentiquement jamaïcain remarqué à l'étranger. Après avoir joué à New York en compagnie de Byron Lee & the Dragonaires, Jimmy Cliff, Millie Small et Delroy Wilson dans le but de promouvoir le ska aux États-Unis, le Buster All Stars revient en Angleterre en 1965 pour une tournée. Il passe à la télévision dans l'émission « Ready! Steady Go ».

En 1966, il enregistre Ghost Dance et Judge Dread en duo avec Lee "Scratch" Perry dans le style rocksteady. Sur l'album Ska-Lip-Soul, il mélange le rocksteady et la soul avec le mento et le calypso (Matilda, Day-O, Respect, And I Love Her).

À la fin de la décennie, avec l'arrivée du reggae, Prince Buster renforce le côté « salace » de ses compositions, dans le style slack dont il est aussi l'un des initiateurs. Après quelques succès reggae (The Virgin), il arrête de chanter au début des années 70 et investit dans des magasins de disques et la location de juke-boxes aux Antilles. Il produit des disques de Big Youth, The Heptones, Alton Ellis, John Holt, Dennis Brown, Dennis Alcapone, puis cesse toute activité musicale en 1974, à l'exception d'un album en 1976 sous le nom de Yusuf Ali and the Revolutionaries. Il réédite régulièrement ses nombreux disques.

Prince Buster vit aujourd'hui à Miami. Il remonte sur scène à la fin des années 1980 et enregistre quelque peu en 1992. Il réédite une salve d'albums en vinyle lors du renouveau du ska en 1997 aux États-Unis, et le titre de 1967 Whine And Grine est utilisé en 1998 dans une publicité pour Levi's.

Malgré les nombreuses rééditions et l'importance cruciale de cet artiste dans l'histoire de la musique jamaïcaine, il est hélas impossible de trouver d'albums de Prince Buster en CD en France (à l'exception de quelques rares compilations).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Son prénom "Bustamante" lui fut donné par son père en hommage au leader politique Alexander Bustamante, fondateur du JLP.
  • En 1957, lors d'une bagarre, il sauve Lee "Scratch" Perry alors assistant de Coxsone d'un passage à tabac par les gros bras de Duke Reid.
  • Il apparait brièvement dans le film The Harder They Come dans sa boutique d'Orange Street.
  • Le chanteur Alex Hughes a choisi Judge Dread comme nom de scène d'après un titre de Prince Buster, et il a fait une reprise d'Al Capone.
  • Prince Buster a eu une grande influence sur le revival two-tone de 1979 en Angleterre, principalement sur les groupes The Specials, qui ont repris Al Capone (rebaptisée Gangster), et Madness, qui lui doivent leur nom, qui ont repris One Step Beyond et Madness, et qui ont écrit une chanson en son hommage : The Prince.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • I Feel Spirit (en) (Blue Beat, 1963)
  • Fly Flying Ska (en) (Blue Beat, 1964)
  • Hard Man Fi Dead (Prince Buster, 1965)
  • On Tour (Blue Beat, 1966)
  • Ska-Lip-Soul (Prince Buster, 1966)
  • Judge Dread (Blue Beat, 1967)
  • Wreck A Pum Pum (Prince Buster, 1968)
  • The Outlaw (Prince Buster, 1969)
  • The Message Dubwise (Prince Buster, 1972)
  • Yusuf Ali and the Revolutionaries (Prince Buster, 1976)

Charts[modifier | modifier le code]

Classement dans les charts britanniques (durée et meilleure position) :

  • 1967 : Al Capone, 13 semaines → n°18
  • 1998 : Whine And Grine, 3 semaines → n°21

Sources[modifier | modifier le code]

  • article de Bruno Blum dans le Dictionnaire du Rock, sous la direction de Michka Assayas, éd. Robert Laffont, coll. Bouquins, Paris, 2001.
  • Yannick Maréchal, L'Encyclopédie du Reggae 1960-1980, Editions Alternatives, 2005, Paris.