Royaume bambara de Ségou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Royaume bambara de Ségou

XVIIe siècle1861

Informations générales
Capitale Ségou
Religion Animisme, Islam
Histoire et événements
Vers 1712 Fondation du royaume
1861 Conquête du royaume par Oumar Tall
Rois
(1er) v.1712-1755 Kaladjan Coulibaly
(Der) 1855-1861 Wetala Ali

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Royaume bambara de Ségou s’étendait sur une grande partie de l’actuel Mali entre la fin du XVIIe siècle et 1861.

Les origines[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIIe siècle, les Bambaras créent avec Kaladjan Coulibaly un royaume animiste autour de Ségou. Kaladjan Coulibaly règne pendant trente ans (1652-1682) mais ne réussit pas à fonder un État stable. Ses successeurs seraient les rois Danfassari (1682-1697) et Soma (1697-1712).

Origines légendaires[modifier | modifier le code]

Originaires du nord de la Côte d'Ivoire, deux frères, Niangolo et Baramangolo, seraient à l’origine de la fondation des royaumes bambaras de Ségou et de Kaarta.

Poursuivis par des assaillants, ils arrivent devant le fleuve Niger mais ne trouvent pas de pirogues pour le traverser. Ils réussiront néanmoins à le franchir grâce à un poisson, un silure, qui, selon les versions, se serait métamorphosé en pont ou les auraient transportés sur son dos. De cet épisode, les deux frères prendront le mon de « Coulibaly », Kulun-Bali signifiant en bambara « Sans Pirogue ». (Kulun=« Pirogue », Bali=« Sans », Négation). Ce serait également là l'origine de l'interdit alimentaire concernant le silure pour les Coulibaly.

Mamari Coulibaly est l’arrière-petit-fils de Niangolo. Son père est Soma et son grand-père, fils de Niangolo, se nomme Danfassari. Surprenant la fille de Faro, génie du fleuve, en train de voler des aubergines dans son champ, il lui laisse la vie sauve. Pour le récompenser, Faro lui met une goutte de son lait dans chaque oreille, ce qui lui permet d’entendre les complots qui se trament contre lui.

La fondation (1712-1755)[modifier | modifier le code]

Tombe de Biton Coulibaly à Segou koro.

C'est aux alentours de 1712 que Mamari Coulibaly prend le pouvoir à Ségou grâce à son « ton », qui est une association composée de personnes de même classe d'âge. Ce ton regroupait, sur une base égalitaire, des personnes de différentes ethnies, des animistes comme des musulmans. Mamari Coulibaly, fils de chasseur, étant reconnu par ses pairs comme chef d’un « ton », s'empare de Ségou et prête serment d'allégeance à cette association, d'où son surnom de « Biton » Coulibaly (bi ton=« fils du ton » en peul). C’est à partir de ce moment que le royaume va asseoir son autorité.

Biton Coulibaly structure les tons en véritable armée de métier composée de volontaires, les « tondjons » (serviteurs du ton) mais où sont également incorporés d’office les captifs de guerre et les habitants qui n’arrivent pas à payer l’impôt obligatoire sur le dolo. S’associant aux Somono, une ethnie de pêcheurs, il crée une flotte de guerre sur le Niger. Biton Coulibaly règne de 1712 à sa mort en 1755. Pendant son règne, les limites du royaume s’étendent sur les deux rives du Niger, entre Bamako et Tombouctou.

L'anarchie (1755-1766)[modifier | modifier le code]

Le fils de Biton, Dinkoro Coulibaly succède à son père en 1755. Il est assassiné en 1757 par ses tondjons pour « cause de tyrannie ». Son frère, Ali Coulibaly, musulman, tente d’interdire les cultes animistes et la consommation de dolo. Il est à son tour assassiné. L’anarchie s’installe avec une succession de rois victimes de coups d’État perpétrés par les tondjons.

La dynastie des Ngolosi (1766-1861)[modifier | modifier le code]

En 1766, Ngolo Diarra, un esclave pas tout a fait esclave (il est devenu captif suite aux conditions de dettes d'impôts imposées par les Coulibaly), s’empare du trône et rétablit l’autorité sur les "tondjons". Il règne jusqu’en 1790 (ou 1792). Il organise le commandement du royaume en plaçant ses fils aux commandes des différentes localités. Il meurt au retour d’une campagne contre les Mossi, à Riziam (dans l’actuel Burkina Faso).

Son fils Monzon Diarra lui succède. Régnant de 1790 (ou 1792) à 1808, il étend le royaume, en envahissant le Royaume bambara du Kaarta et en conquérant notamment Tombouctou en 1800. Son fils Da Diarra (1808-1827) lui succède et poursuit l’élargissement du royaume. Il résiste à l’Empire peul du Macina de Sékou Amadou qui a lancé une guerre sainte contre les animistes. Les frères de Da se succèdent ensuite  : Tiéfolo Diarra (1827-1840), Kirango Ba (1840-1848), Nalenkoma (1851-1854), Massa Demba (1851-1854), binamari dit Torokoro Mari (1854-1855) et Wetala Ali (1855-1861). Mais le Royaume bambara de Ségou s’affaiblit.

La fin[modifier | modifier le code]

En 1861, El Hadj Oumar Tall s’empare de Ségou et met fin au royaume Bambara.

Sources orales et écrites[modifier | modifier le code]

L'une des principales sources de l'histoire du royaume de Ségou est l'épopée bambara de Ségou, transmise par tradition orale puis également par écrit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]