Révolte des Panthay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Révolte des Panthay (connue en Chine sous le nom de Du Wenxiu Qiyi 杜文秀起义) se déroula de 1856 à 1873. C'était un mouvement séparatiste du peuple Hui et autres Chinois musulmans, en lutte contre la dynastie des Qing, dans la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine.

Le nom de Panthay est un mot d'origine birmane, dont on dit qu'il est identique au mot Shan Pang hse. C'est le nom sous lequel les Birmans désignaient les Chinois musulmans qui arrivaient en Birmanie avec leurs caravanes, en provenance de la province chinoise du Yunnan. Ce nom n'était ni connu ni usité au Yunnan même.

Origine[modifier | modifier le code]

Entre 1648 et 1878, plus de 12 millions de Hui et de Ouighours musulmans furent tués dans dix soulèvements infructueux contre la dynastie des Qing. Les discriminations dont étaient victimes les Hui de la part de l'administration impériale, dans l'ensemble de l'empire, fut à l'origine de leurs révoltes, au Yunnan comme dans d'autres régions, comme le Gansu ou l'actuel Xinjiang.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La création du Sultanat[modifier | modifier le code]

La révolte commença comme un soulèvement local. Elle fut initiée par les ouvriers Hui qui travaillaient aux mines d'argent du village de Li'nanxian, au Yunnan, qui se soulevèrent contre les Chinois.

La révolte s'empara avec succès de la ville de Dali, qui devint la base de départ des rebelles ; ceux-ci se déclarèrent indépendants de la Chine, et constituant une nation séparée, sous le nom de Pingnan Guo (平南国 « La Nation Pacifiée du Sud »).
Leur chef, Sulayman ibn `Abd ar-Rahman, connu sous le nom de Du Wenxiu (initialement Yang Xiu) (mort en 1873), se donnait à lui-même le titre de Qa´id Jami al-Muslimin (« Chef de la Communauté des Musulmans »). On le connait plus simplement en Occident sous le titre de Sultan Sulayman. Il régna de 1856 au 26 décembre 1872.

L'âge d'or du Sultanat se déroula pendant les huit années de 1860 à 1868.

Déclin et défaite du Sultanat[modifier | modifier le code]

La puissance du Sultanat déclina après 1868. Le gouvernement impérial chinois avait alors réussi à surmonter ses problèmes immédiats, et, en 1871, il lança une campagne pour anéantir les musulmans Hui du Yunnan.

Sultan Sulayman se tourna alors vers les Britanniques pour l'aider à résister. Ceux-ci, courtoisement, mais fermement, refusèrent d'intervenir en Chine. L'armée Qing de son côté était appuyée par des artilleurs français ; confrontés à une armée chinoise équipée de façon moderne, les troupes mal équipées du Sultanat ne purent résister.

Après de rudes combats où l'armée chinoise perdit 20 000 hommes, le Sultanat fut vaincu, le Sultan décapité, et sa tête, conservée dans du miel, envoyée à Pékin pour témoigner de l'ampleur de la victoire.

Dans les années qui suivirent eurent lieu au Yunnan des massacres à grande échelle de la population musulmane, massacres estimés à un million de morts environ[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Damsan Harper, Steve Fallon, Katja Gaskell, Julie Grundvig, Carolyn Heller, Thomas Huhti, Bradley Maynew, Christopher Pitts : Lonely Planet China. 9. 2005. ISBN 1740596870
  2. Gernet, Jacques : A History of Chinese Civilization. 2. New York: Cambridge University Press, 1996.ISBN 0521497124

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Atwill, David G. : The Chinese Sultanate: Islam, Ethnicity and the Panthay Rebellion in Southwest China, 1856-1873, ISBN 0-8047-5159-5