Pratiques des Témoins de Jéhovah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les pratiques des Témoins de Jéhovah comportent comme principales cérémonies le Mémorial (la célébration annuelle de la Cène) et le baptême. Elles incluent l'assistance régulière aux réunions de la congrégation, qui se tiennent dans les salles du Royaume (leurs lieux de culte), ainsi que la prédication.

Les Témoins de Jéhovah ne célèbrent pas les fêtes religieuses traditionnelles telles que Noël, Pâques et Halloween. Ils ne célèbrent pas non plus les anniversaires de naissance et les fêtes patriotiques. Mis à part le Mémorial, les célébrations habituellement acceptées chez eux sont le mariage et les anniversaires de mariage, bien que cette liste ne soit pas exhaustive. En effet, se basant uniquement sur la Bible pour prendre toutes leurs décisions, certains Témoins de Jéhovah considèrent qu'ils peuvent participer à d'autres fêtes non condamnées par les écrits sacrés.

Lieux de culte et réunions[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah n'ont pas d'art sacré. Leur culte est sobre et peu émotionnel. Les lieux de culte sont avant tout conçus pour être fonctionnels[1].

Salles du Royaume[modifier | modifier le code]

La Salle du Royaume est le lieu de culte des Témoins de Jéhovah. C'est un bâtiment ouvert au public où se réunissent parfois plus d'une congrégation. Il n'est pas spécialement orné et possède une architecture variable suivant les endroits, mais est avant tout conçu de manière à être agréable et fonctionnel. Ce lieu est composé généralement d'une grande salle où le public se réunit pour écouter les discours, et d'une salle plus petite (dite « secondaire ») qui est utilisée lors de l'École du Ministère théocratique.

Depuis 1987, leur construction et leur entretien sont supervisés dans la plupart des pays du monde par des comités de construction régionaux. À partir du 1er septembre de cette année-là, il y avait en France cinq comités de construction régionaux nommés par la filiale nationale. Ce sont principalement des anciens (surveillants locaux) qui sont choisis pour servir dans ces comités. Le comité de construction doit être consulté par les congrégations pour tout nouvelle construction, rénovation ou agrandissement[W 1]. Le nombre des travailleurs participant à une construction a été réduit grâce à ces comités : il n’y en avait rarement plus de 200 en même temps, et ceux-ci n’étaient présents que lorsqu’on avait besoin d’eux[W 2]. La presse a parfois fait mention de ces comités de construction à l'occasion de la construction d'une Salle du Royaume[2],[3],[4].

Réunions de la congrégation[modifier | modifier le code]

Réunion de la congrégation

Deux réunions se tiennent chaque semaine dans les congrégations et sont généralement réparties en deux séances, plus particulièrement le week-end et en soirées[5],[6]. Ces réunions, qui ont généralement lieu à la Salle du Royaume, ont pour but « l'encouragement mutuel et l'édification spirituelle » de chaque membre de la congrégation[7]. Les publications du mouvement servent généralement de trames à celles-ci, et elles se déroulent suivant un programme précis défini à l'avance. Ces réunions assurent la formation continuelle de tous, y compris celle des enfants, leur apprenant à répondre à des arguments critiques. Les Témoins de Jéhovah accordent une très grande importance à ces réunions et encourage ses membres à y assister le plus régulièrement possible, estimant que la spiritualité de ceux-ci en dépend[W 3]. Chacune de ces deux réunions dure au total 1 h 45. Les participants sont tous encouragés à bien les préparer avant d’y assister, notamment en soulignant à l'avance les réponses aux questions pour l'étude de La Tour de garde.

Réunion du week-end[modifier | modifier le code]

La réunion du week-end se compose de deux parties : le discours public et l'étude de La Tour de Garde.

Le « discours public » dure 30 minutes. Il est présenté par un orateur masculin expérimenté qui suit un plan détaillé fourni par la filiale nationale. C’est souvent à cette réunion que sont invités les nouveaux venus. Il est suivi de l’étude de La Tour de garde, qui dure une heure. Celui-ci est un maillon important de l'enseignement des Témoins de Jéhovah. En effet, ce périodique est considéré comme un des principaux instruments de « l'esclave fidèle et avisé »[8] pour dispenser sa « nourriture spirituelle ». Les articles traitent généralement de questions doctrinales, cultuelles, ou prophétiques.

En général, deux Témoins de Jéhovah conduisent cette étude : un ancien qui pose les questions imprimées dans le périodique, et un orateur qui lit chaque paragraphe un par un. Le scénario est fixé à l'avance. L'orateur désigné lit un paragraphe, puis l’ancien pose la question correspondante à l'assistance. C'est alors que les personnes présentes peuvent lever la main pour demander la parole, et tenter de répondre à la question posée. En règle générale, la réponse donnée est tirée du paragraphe, et est enrichie par des versets de la bible. Cette réponse est souvent même quelquefois soulignée à l'avance dans La Tour de garde par les adeptes, lors de leur préparation personnelle.

Réunion de la semaine[modifier | modifier le code]

La réunion ayant lieu durant la semaine se compose de l'étude biblique de la congrégation, de l'école du Ministère théocratique et de la réunion de service.

L' « Étude biblique de la congrégation », qui a lieu à la Salle du Royaume, dure 25 minutes. Un représentant de la congrégation dirige l'étude d'un manuel édité par la société Watchtower (Société à but cultuel non lucratif enregistrée aux Etats Unis) qui traite de sujets dogmatiques et pratiques. Cette réunion se déroule avec un système de questions-réponses similaire à celui de l’étude de La Tour de Garde.

Cette étude est suivie de l' « École du Ministère théocratique », qui a pour but de former les Témoins de Jéhovah à la prédication grâce à des mises en situation, d’aider les élèves (hommes, femmes, enfants) à améliorer leurs exposés et de permettre aux plus talentueux de devenir des orateurs et des enseignants qualifiés. Les prestations des élèves sont évaluées et consignées dans une fiche de conseils oratoires personnelle et l’ancien qui dirige cette réunion indique oralement à chacun les points à améliorer. L'inscription à cette école est réservée aux membres baptisés ou non qui veulent commencer à prêcher, qui sont réguliers aux réunions et dont les croyances, la conduite et la tenue générale adhérent aux règles des Témoins. Cette réunion dure 30 minutes, et elle est suivie de la Réunion de service.

Salle de réunion des Témoins de Jéhovah

Au cours de la « réunion de service », qui dure 30 minutes, on étudie les recommandations du Collège Central des Témoins de Jéhovah en rapport avec l’œuvre d'évangélisation, à l'aide d'un bulletin interne intitulé Le Ministère du Royaume. C’est lors de cette réunion que sont annoncées toutes les dispositions prises par la congrégation, notamment les excommunications, les réintégrations, les arrivées de nouveaux membres, les baptêmes et les nominations. Sont aussi abordées les questions matérielles et fiscales, telles que des résolutions soumises au vote à main levée à propos de l'utilisation des dons reçus par la congrégation.

Études personnelles[modifier | modifier le code]

L'étude individuelle de la Bible est conduite à la maison par chaque proclamateur de la congrégation. Les Témoins de Jéhovah assidus considère qu'il est nécessaire d'étudier la Bible chaque semaine. Ainsi, durant cette étude chacun peut revoir les matières prévues durant les réunions, se préparer pour l'étude de La Tour de Garde, ou étudier un autre sujet en fonction de ses propres besoins spirituels.

Si la situation s'y prête, une étude familiale s'ajoute à l'étude personnelle. Le chef de famille organise cette réunion chaque semaine, et chaque membre de la famille est invité à y participer. On trouve dans les publications des suggestions pour conduire l'étude famille de façon à être pratique et efficace. Chaque famille doit examiner sa situation pour déterminer quels sont ses besoins[9],[10]. Elle doit ensuite faire des recherches dans les publications , fournies par exemple sur http://www.jw.org/fr/ afin de transmettre l'enseignement aux enfants notamment.

Semaine spéciale (visite du Surveillant de Circonscription)[modifier | modifier le code]

Chaque circonscription est coordonnée par un surveillant itinérant, et deux fois par an il visite chaque congrégation. Sa visite consiste à évaluer l'ensemble de la congrégation, une mise au point est également prévue avec les anciens au cours d'une réunion avec les anciens et assistants ministériels[11]. Il y a également une réunion spéciale avec les pionniers à plein temps, durant cette réunion les pionniers reçoivent des encouragements et des directives pratiques pour être plus efficace en prédication. Durant cette semaine, les réunions sont partagées en trois jours, en soirée, souvent le mardi, jeudi et dimanche. Des réunions de service, qui précèdent la prédication, ont lieu chaque jour le matin et l'après-midi sous la direction du surveillant de circonscription. Pour les Témoins de Jéhovah, cette semaine est donc considérée comme étant riche en « nourriture spirituelle » et fortifiante pour leur foi.

Assemblées[modifier | modifier le code]

Assemblée de district

À ces réunions hebdomadaires s'ajoutent trois assemblées annuelles, et auxquelles les Témoins de Jéhovah recommandent vivement d'assister[12]. Le programme des assemblées, basé sur un verset biblique différent pour chacune des journées, se compose de plusieurs discours ayant trait à des questions bibliques, des interviews, des témoignages de fidèles exemplaires, des démonstrations, un résumé de l'article de La Tour de Garde de la semaine (le dimanche après-midi) ainsi que la situation des comptes. Le discours de baptême des nouveaux membres se déroule le samedi en fin de matinée. Ces trois assemblées se décomposent ainsi :

  • une "Assemblée spéciale d'un jour" (circonscription), un samedi ou un dimanche, organisée dans une salle d'assemblées ou dans une salle louée ;
  • une "Assemblée de circonscription" de deux jours, un samedi et un dimanche, organisée dans une salle d'assemblées ou dans une salle louée ;
  • une "Assemblée de district" de trois jours, du vendredi au dimanche pendant l'été, organisée le plus souvent dans un stade municipal, parfois dans une salle d'assemblées ou dans une salle louée.

Dans certains pays, il peut y avoir plusieurs assemblées de district, à des dates différentes, mais avec les mêmes discours. C'est lors de cette assemblée que paraissent les nouvelles publications éditées par la société Watchtower. Le dimanche matin, un drame illustrant un épisode biblique est représenté en costumes d'époque. Des résolutions sont quelquefois soumises à l'auditoire le dimanche après-midi en fin de programme. Il arrive que le contenu de l'assemblée soit retransmis sur les ondes d'une radio locale. Certaines années, dans certains pays, les assemblées de district sont rebaptisées « Assemblées internationales », et accueillent des délégations de fidèles venant du monde entier ou de tout le pays organisateur.

En 2006, l'assemblée avait pour thème « La délivrance est proche ! ». Elle a fait l'objet d'une campagne d'invitation dans le monde entier auprès du public, au moyen de la distribution d'un tract.

Mémorial de la mort du Christ[modifier | modifier le code]

La principale cérémonie du culte des Témoins de Jéhovah est le « Mémorial » de la mort du Christ, également appelé « Repas du Seigneur » ou encore « Commémoration »[13]. Il est célébré chaque année à une date calculée par les Témoins de Jéhovah comme tombant la veille de la Pâque juive de l'époque du Christ, c'est-à-dire le 14ème jour du mois de Nisan du calendrier juif[14]. La cérémonie commence après le coucher du soleil, et commémore la dernière Cène, selon l'injonction du Christ de « faire ceci en souvenir de lui »[15].

Le pain et le vin, appelés « emblèmes », circulent parmi les assistants dans des assiettes et des verres. Pour les Témoins de Jéhovah, ces emblèmes ne sont que des symboles du corps et du sang du Christ, car ils ne croient pas à la transsubstantiation. Les emblèmes ne sont pas consommés par la majorité d'entre eux. Seuls les « membres oints » (ceux qui font partie des 144 000 élus) y prennent part, soit aujourd'hui environ 13 000 personnes.

En 2013, plus de 19,2 millions de Témoins de Jéhovah et sympathisants ont assisté à cette cérémonie dans le monde[W 4].

Activité de prédication[modifier | modifier le code]

Témoins de Jéhovah prêchant de porte en porte

L'activité de prédication, ou « prosélytisme »[16], est considérée par les Témoins de Jéhovah comme étant une œuvre de salut[17]. Puisqu'ils croient que la fin de notre monde est très proche, il est essentiel pour eux d’avertir leurs contemporains, non seulement par amour du prochain, mais aussi pour éviter de se rendre coupable d'une « dette de sang »[18].

La proclamation de la « bonne nouvelle » constitue la principale activité des Témoins de Jéhovah. Ils la pratiquent sous plusieurs formes telles que le porte-à-porte, le démarchage par téléphone ou encore de façon informelle, dans les rues ou les marchés. Chaque membre est invité à participer aux activités de prédication dans sa vie quotidienne, notamment dans les cercles familiaux, amicaux et professionnels[19],[20].

Depuis l'époque de Knorr, la prédication est organisée de façon systématique, chaque congrégation ayant la responsabilité d'une zone géographique afin que chaque foyer soit averti au moins une fois. Ainsi, c'est la population dans son ensemble qui doit être abordée[21]. Cependant, les personnes socialement déstabilisées ou avec des difficultés familiales se montrent en général plus réceptives à cette prédication[22].

Les Témoins de Jéhovah sont encouragés à passer autant de temps que possible à cette activité, et doivent remplir chaque mois un « rapport du service du champ »[23]. Se basant sur ces rapports, l'organisation publie chaque année le nombre d'heures qui a été consacré par les Témoins à la prédication, soit selon elle plus de 1,84 milliard en 2013[W 4]. À la fin des années 1980, on estime que la moitié seulement des « conversions » intervenues aux États-Unis sont imputables à cette méthode, le reste venant principalement de l'engagement des enfants des adeptes[24].

L'efficacité de cette méthode a décru avec le temps. Si l'on se fie aux statistiques fournies par la société Watchtower, il fallait 1 630 heures de prédication pour parvenir à un baptême en 1970, 2 970 en 1990, et 5 450 heures en 2010[W 5],[25].

Baptême[modifier | modifier le code]

Ce qu'il représente[modifier | modifier le code]

Le baptême représente pour les Témoins de Jéhovah une étape d'une importance capitale dans leur engagement religieux. Il est selon eux la seule manière de se positionner officiellement pour le nom de Jéhovah et de lui vouer sa vie. Il doit se faire en connaissance de cause, c'est pourquoi les Témoins de Jéhovah ne baptisent pas les bébés ou les petits enfants. Il est pour eux le seul moyen de vouer leur vie à Jéhovah et servir son organisation. Devenir un Témoin de Jéhovah actif et le rester est, selon eux, le seul moyen d'échapper à la destruction prochaine du monde actuel à Harmaguédon[W 6],[26].

Il faut obligatoirement être baptisé pour pouvoir accéder à certains « privilèges de service » au sein de l'Organisation, tels que les différentes formes du service de pionnier, les fonctions de surveillance au sein de la congrégation (pour les hommes), et la possibilité de prononcer une prière en public.

Dans certaines publications, le fait de se faire baptiser est comparé à celui de se marier : ainsi, le baptême est censé marquer le commencement d’une vie consacrée désormais à servir Jéhovah et son organisation, auxquelles l'adepte a voué sa vie, tout comme le jour des noces rend public l’engagement qu’ils ont pris en privé de se marier, puis de vivre comme mari et femme[W 7]. Toutefois, pour les Témoins de Jéhovah, le baptême ne constitue pas un sacrement et ne purifie pas à lui seul des péchés[W 8]. En se basant sur l'Évangile selon Matthieu 28 : 19, 20, le baptême doit se faire « au nom du Père, du Fils et de l'esprit saint », c'est-à-dire selon eux, non en croyant à la doctrine de la Trinité, mais en ce sens que le candidat doit reconnaître la position et l’autorité de Jéhovah Dieu considéré comme son Créateur et son Père céleste, la fonction et l’autorité de Jésus Christ en qualité de Fils de Dieu, de Rédempteur et de Roi, et l'action de l’esprit saint ou force agissante de Jéhovah notamment pour comprendre la Bible, pour prêcher et pour manifester différentes qualités[W 9].

Conditions requises[modifier | modifier le code]

Bien avant le baptême, le néophyte appelé « ami de la vérité » (c'est-à-dire celui qui bénéficie d'une étude biblique à domicile et assiste régulièrement aux réunions du mouvement) peut demander à être nommé « proclamateur non-baptisé », ce qui lui permettra de participer à l'œuvre d'évangélisation et l'identifiera ainsi à un Témoin de Jéhovah. Des anciens vérifieront son niveau de connaissance biblique ainsi que son mode de vie pour voir s'il remplit les conditions requises telles qu'édictées par le mouvement. On s'attendra généralement ensuite à ce que, dans un délai raisonnable de quelques mois, ce futur membre demande à être baptisé.

Pour se faire baptiser, le candidat doit en faire la demande aux anciens de la congrégation qu'il fréquente. Ceux-ci vont alors lui demander s'il s'est d'abord voué à Jéhovah dans la prière, et s'assureront également que le postulant mène une vie conforme aux enseignements. Ensuite, trois anciens visiteront successivement le postulant afin de lui poser les 104 questions figurant dans le livre Organisés pour faire la volonté de Jéhovah, celles-ci ayant pour but de vérifier les connaissances du futur baptisé sur la doctrine du mouvement. Les questions portent sur l'enseignement de base des témoins de Jéhovah, les exigences de leur organisation et la hiérarchie à l'intérieur du mouvement. Si les réponses du candidat sont jugées satisfaisantes, il sera admis au baptême.

Déroulement de la cérémonie[modifier | modifier le code]

Chrzest Świadków Jehowy.jpg

Le baptême a lieu en général lors des assemblées. Les candidats sont présentés à tous les participants, sous des applaudissements souvent nourris. Ils sont ensuite conduits dans une piscine, où on les baptise par immersion complète[27].

Le discours du baptême, qui a généralement lieu le samedi en fin de matinée, dure une demi-heure. Avant que celui-ci ne débute, les candidats ont été invités à s'asseoir dans les premiers rangs de l'assemblée qui leur sont réservés. Au début du discours, l'ancien qui le prononce souhaite la bienvenue aux candidats. Ensuite, l'orateur rappelle le cheminement ayant conduit les candidats aux baptême et explique ce que celui-ci signifiera dans leur vie. Vers la fin de l'exposé, les candidats au baptême sont invités à se lever, puis deux questions appelées « vœux baptismaux » leur sont posées, auquel ils doivent répondre collectivement à haute et intelligible voix :

  • « Sur la base du sacrifice de Jésus-Christ, vous êtes-vous repenti de vos péchés et vous êtes-vous voué à Jéhovah pour faire sa volonté ? »
  • « Comprenez-vous qu'en vous vouant à Dieu et en vous faisant baptiser vous vous identifiez à un Témoin de Jéhovah et vous vous unissez à l'organisation divine, qui est dirigée par l'esprit saint ? »

Les candidats répondent à chacune des deux questions par l'affirmative et sont en général chaleureusement applaudis par l'auditoire. L'orateur précise ensuite que « [leurs] réponses claires et affirmatives à ces questions indiquent qu['ils] remplisse[nt] les conditions requises pour être baptisés comme ministre ordonnés de Jéhovah Dieu ». Une prière est ensuite prononcée spécialement à l'attention des candidats et un cantique ayant trait au baptême est chanté.

Les candidats se dirigent ensuite vers le lieu de l'immersion, en général une piscine à l'intérieur de la Salle d'assemblée, où des cabines sont à leur disposition pour revêtir leur maillot de bain. En règle générale, un seul homme, un ancien, immerge le candidat au baptême, sauf cas particuliers (mesure de sécurité ou santé très précaire du candidat)[W 10]. Cet ancien descend dans l'eau, vêtu d'un short et d'un maillot blanc à manches courtes et accueille un par un les candidats au baptême, à qui il demande de se pincer le nez. Chaque candidat est baptisé par immersion totale et est immédiatement remontée. Très souvent, des écrans de télévision sont à la disposition du public à l'intérieur de l'auditorium afin qu'il suive l'évènement. La famille et les amis prennent parfois des photos. Les nouveaux baptisés regagnant l'auditorium sont en général chaudement félicités et embrassés par leurs coreligionnaires. Ils seront désormais appelés 'frères' ou 'sœurs' suivis de leur nom lors de leur participation au culte[28].

Pour les Témoins de Jéhovah, le baptême est un moment à la fois sérieux et joyeux. Pour prouver le caractère solennel de ce geste, ils montrent que Jésus a prié au moment de son baptême d'après l'Évangile selon Luc 3:21. Toutefois, d'après eux, la Bible ne montre pas que le baptême doit être un événement sombre ou sinistre, exigeant des postures spéciales ou la récitation de textes. Il n'est pas non plus exigé de porter une robe blanche ou noire, mais une tenue de bain qui découvrirait trop les formes du corps ou des tee-shirts arborant des slogans ou de la publicité ne serait pas jugés convenants. De plus, en sortant de l’eau, le fidèle ne doit pas faire de gestes particuliers ni se comporter comme s’il avait remporté une grande victoire. Le mouvement religieux ne juge pas non plus convenable une manifestation de victoire, des sifflements, un bouquet de fleurs ou une soirée en l’honneur de celui qui s’est fait baptiser[W 11].

Les nouveaux disciples figurent désormais sur le registre des baptêmes tenu à jour par le secrétaire de la congrégation à laquelle ils appartiennent. Lors des communications de la Réunion de service suivante, une annonce est faite pour informer officiellement les autres fidèles des noms des nouveaux baptisés.

Statistiques[modifier | modifier le code]

En 2013, le rapport annuel publié par la Société Watchtower fait état de 277 344 baptêmes dans le monde, dont 1 913 pour la France. Lors de l’assemblée internationale à Kiev tenue en 1993, 7 402 personnes se sont fait baptiser, ce qui constitue le nombre de baptêmes le plus élevé lors d'une assemblée organisée par les Témoins de Jéhovah[W 12].

Baptême des enfants[modifier | modifier le code]

Le baptême n'est pas réservé à de jeunes enfants, mais à des enfants qui ont été capables d’assimiler l’enseignement prodigué par le mouvement. Dans la pratique, certains se font baptiser vers l'âge de 10 ans, et d'autres ne le sont pas encore à 15 ans (d’autres attendent même plus tard). Il est tout à fait possible de concevoir qu’un enfant ait réussi à intégrer toutes les connaissances nécessaires à son baptême, celles-ci étant répétées très fréquemment lors des réunions tenues dans la congrégation et de l’étude des publications de la Société Watchtower.

On remarquera que, dans la pratique, les enfants ne sont pas contraints dans leur ensemble à devenir Témoins de Jéhovah. Comme le note Nathalie Luca, anthropologue au CNRS, « des recherches sociologiques ont montré que très peu de ces enfants devenaient eux-mêmes Témoins de Jéhovah, ce qui montre qu'ils ne sont pas totalement aliénés par le groupe »[29]. Ce que confirme une enquête sociologique de la SOFRES : parmi l'ensemble des foyers ayant des enfants, seuls 27 % ont baptisé tous leurs enfants, et 28 % certains d'entre eux[30].

Point de vue sur le baptême dans les autres églises[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah ne reconnaissent pas le baptême administré par les autres confessions chrétiennes, car celles-ci ont des enseignements qui diffèrent des leurs. De ce fait, le fidèle doit obligatoirement se faire baptiser selon les exigences des Témoins de Jéhovah pour être intégré dans le mouvement[W 13].

Le baptême effectué sur des nouveau-nés comme dans l'Église catholique romaine est pour eux sans effet, car le baptême est imposé par la famille, le bébé n'étant alors pas encore une personne consciente et volontaire. De plus, les témoins de Jéhovah estiment que l'on doit connaître l'enseignement et se faire baptiser par immersion complète, ce qui n'est pas le cas lors d'un baptême de nouveau-nés[31].

Neutralité[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah considèrent toutes les religions comme faisant partie de « Babylone la Grande »[32] et les États comme étant, principalement depuis 1914, sous la domination de Satan[W 14]. Selon eux, tous ces organismes disparaîtront lors de la bataille prochaine d'Harmaguédon. C'est pourquoi ils décident de ne pas se mêler à eux, ni de les soutenir de quelque manière que ce soit[33],[34].

Pour eux, la neutralité chrétienne est synonyme de non-interférence dans les affaires publiques : refus de servir dans les forces armées[35], de chanter un hymne national ou de saluer un drapeau, ni de se rallier, de militer ou de voter pour un candidat ou un parti politique[36],[W 15].

Rejet des transfusions sanguines[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah refusent les transfusions sanguines.

Historiquement, les Témoins de Jéhovah se sont méfiés de certains pratiques médicales, telles que la vaccination[37],[38],[39]. Cette méfiance n'est plus d'actualité aujourd'hui[40]. Toutefois, les transfusions de sang, qui étaient vues favorablement sous les présidences de Russell et de Rutherford[W 16], ont été interdites à partir de 1945[41],[42]. Les Témoins qui acceptent sciemment les transfusions pour eux ou pour leurs enfants, et ce même lorsque le pronostic vital est engagé, commettent un péché et sont excommuniés s'ils ne se repentent pas[43],[44]. Des exceptions sont toutefois admises depuis les années 1980 concernant le cas des hémophiles[45].

Depuis qu'il les refusent, les Témoins de Jéhovah font valoir que les transfusions sanguines ne sont pas exemptes de risques[46] et affirment que « de nombreux médecins ont reconnu que l’adhésion des Témoins aux normes bibliques les a avantagés sur le plan médical[W 17] ». Cela n'est cependant attesté par aucune étude indépendante. De plus, ces solutions alternatives ne sont envisageables que « dans le cadre strict de la chirurgie programmée, sous certaines conditions définies[47] », alors que « dans le cadre de l'urgence, il n'existe pas aujourd'hui de produits disponibles en alternative à la transfusion de globules rouges[48] ».

Il n'existe pas de statistique officielle recensant le nombre de décès de Témoins de Jéhovah par refus de transfusion sanguine. Toutefois, le Journal of the American Medical Association du 5 février 1997 évoque des milliers de décès évitables[49]. De plus, le Réveillez-vous ! du 22 mai 1994, qui affichait en page de couverture la photo de 26 enfants de Témoins de Jéhovah morts suite à leur refus du sang, ajoutait ceci : « Dans les temps anciens, des milliers de jeunes gens sont morts pour avoir accordé à Dieu la priorité. Aujourd’hui encore, des jeunes montrent la même détermination, à ceci près qu’ils le font dans des hôpitaux et des salles de tribunal, et qu’il est question de transfusions sanguines[W 18] ».

Isolement social[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah sont encouragés à se tenir « séparés du monde », qu'ils considèrent comme mauvais et voué à disparaître bientôt[50]. Cette séparation implique que les relations avec ceux qui ne sont pas Témoins, fussent-ils de la famille proche, sont réduites au minimum. Un Témoin de Jéhovah qui suit les conseils donnés par la société Watchtower, ne fréquente pas un non Témoin de Jéhovah[W 19],[51],[52].

De plus, les Témoins de Jéhovah ne fêtent ni les anniversaires[53], ni les fêtes religieuses comme Noël[54], le Nouvel an, Pâques ou Halloween, ni les fêtes patriotiques[55],[56]. Il ne leur est pas interdit d'organiser des fêtes et de s'amuser lors de mariages, d'anniversaires de mariage, ou de sorties récréatives, mais le cadre de ces divertissements est fortement contrôlé[W 20],[57].

Tout cela accentue encore leur isolement par rapport à la société. Ce qui a trait à l'occultisme, à la magie[58], au sexe, à la « fausse religion », à la violence[W 21],[W 22], ou qui pourrait introduire des doutes comme la philosophie doit être proscrit. Les adeptes sont aussi encouragés à limiter l'utilisation d'Internet et des réseaux sociaux, qui sont considérés comme dangereux[W 23],[57]. En fait, tout contact avec des idées contraires à celles promues par la société Watchtower est prohibé[59].

Les Témoins de Jéhovah doivent étudier la Bible en utilisant les publications de la société Watchtower

Le temps réservé de façon hebdomadaire aux réunions et à leur préparation, ainsi qu'aux activités liées à la prédication, laisse de toute façon aux Témoins de Jéhovah peu de temps pour les loisirs[60],[61]. De plus, ils sont encouragés à renoncer à faire de longues études ou à suivre une carrière profane, et ce afin de se consacrer « entièrement à Jéhovah »[W 24],[62].

Pour les Témoins de Jéhovah, cette « séparation du monde mauvais » est perçue de manière positive et sécurisante. Ils ont ainsi l'impression de se trouver parmi le « peuple de Dieu », à l'abri d'un monde corrompu et voué à l'échec. La contrepartie est la peur de l'excommunication, qui rejette toute personne déviant des principes fixés par l'organisation[63].

Discipline religieuse[modifier | modifier le code]

Le souci de préserver la « pureté » des congrégations a particulièrement été mis en avant par l'organisation à partir des années 1950, époque à laquelle sont codifiées les règles d'excommunication[63]. La dénonciation des fautifs est encouragée, et peut même entraîner une violation du secret professionnel[W 25],[64]. Si cela s'avère nécessaire, les anciens peuvent aussi s'assurer, par des « visites pastorales » à son domicile, que chaque adepte vit conformément à la doctrine[65].

Les anciens doivent reprendre les « transgresseurs » et disposent pour cela de plusieurs mesures de discipline religieuse, en fonction de l'importance des fautes commises. La « notation » et la « réprimande » concernent tout Témoin de Jéhovah qui se conduit d'une manière déviante par rapport aux normes fixées par le mouvement. Il sera conseillé de limiter la fréquentation d'un tel individu pendant quelque temps, et il se peut que les anciens décident de suspendre sa participation à certaines activités cultuelles. L'excommunication, qui est la mesure la plus radicale, est appliquée à un adepte qui commet un « péché grave » et ne se repent pas. Elle implique la coupure immédiate des liens spirituels, sociaux et affectifs entre lui et l'ensemble des fidèles de la congrégation, fussent-ils de sa propre famille[66],[W 26].

La société Watchtower décourage fortement les adeptes de remettre en cause ses doctrines ou ses conseils, et même d'entrer en contact avec des raisonnements critiques[W 27]. Chacun est encouragé à faire confiance à l'organisation, comme s'agissant de celle de Dieu lui-même[W 28],[65],[67]. Affirmer que l'organisation se trompe et refuser publiquement l'enseignement donné peut être considéré comme de l'apostasie et est passible d'excommunication[68],[69].

Excommunication[modifier | modifier le code]

La direction du mouvement encourage ses fidèles à ne plus fréquenter une personne démissionnaire ou excommuniée, à ne pas engager de conversation amicale avec elle, ni même à la saluer[70],[71],[W 29]. Cela vaut aussi pour la famille[72],[W 30]. Comme les Témoins de Jéhovah limitent leurs relations avec les gens du monde extérieur, la majorité des excommuniés se retrouvent très seuls[73]. Beaucoup deviennent donc dépressifs, voire suicidaires[74],[75]. Dans bien des cas, ils sont donc contraints de tout faire pour réintégrer le mouvement, principalement pour retrouver un milieu familial et social[W 31],[76].

Les ex-Témoins de Jéhovah qui témoignent publiquement de leur expérience dans ce mouvement rapportent que les contacts avec leur famille Témoin de Jéhovah est rendue très difficile[77], quand cela ne tombe pas dans la rupture totale de tout contact, y compris dans des circonstances exceptionnelles comme un mariage ou un décès[W 32],[78]. Le sociologue Andrew Holden explique que ceux qui décident de quitter le mouvement « n'ont que rarement l'occasion d'en sortir avec dignité. Non seulement leur départ est annoncé depuis le podium, mais ils sont aussi condamnés comme s'ils étaient malades mentalement ou apostats[76] ».

S'ils sont considérés repentants, les excommuniés ont le droit d'assister aux réunions de la congrégation. Toutefois, ils doivent arriver après le début et partir avant la fin des réunions, et s'asseoir au fond de la salle, afin d'éviter que leurs anciens coreligionnaires ne les croisent[W 33],[76].

Fêtes[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah n’ont qu’une seule célébration annuelle : le Mémorial de la mort de Jésus Christ. Ils ne célèbrent pas les fêtes laïques comme la fête des Mères ou des pères, ni les fêtes perçues comme étant d'origine païenne telles que Noël, le nouvel an ou Pâques. Le fait de fêter Noël est considéré comme un manquement grave et un non-respect des règles bibliques, mais n'entraine pas l'excommunication[79],[80]. S'imposant de rester neutres quant aux affaires du monde, ils ne participent pas non plus aux célébrations nationales.

Cantiques[modifier | modifier le code]

Les cantiques du Royaume sont les chants religieux que les Témoins de Jéhovah utilisent dans le cadre de leurs réunions hebdomadaires. Ils concernent tous les aspects du service chrétien, et ont tous pour base un verset biblique. Ils durent environ trois minutes.

Ils sont chantés notamment lors des réunions à la Salle du Royaume, car celles-ci s'ouvrent et se terminent par un cantique et une prière, et les deux parties de la réunion sont séparées par le chant d'un autre cantique. Les chants sont également au programme des assemblées[81] et parfois à différents événements au Béthel (filiale locale). Les cantiques sont aussi utilisé lors de mariages ou d'enterrements.

Aucune chorale n'a été fondée par le mouvement. Chaque participant chante donc le cantique comme il le désire. Cependant, la société Watchtower enseigne à ses fidèles à respecter les cantiques en tant qu'élément de leur culte à part entière.

Représentations bibliques[modifier | modifier le code]

Les Témoins de Jéhovah rejettent le culte des images, les Salles du Royaume ne comportent pas de statues, ni de crucifix, considéré comme un symbole païen. Dans le domaine des arts graphiques, les Témoins de Jéhovah ont développé un type de représentation caractéristique, dans un style évoquant l'art naïf[82], représentant de nombreuses scènes bibliques, cependant elles ne sont pas destinées à l'ornementation des lieux de cultes, mais à l'illustration des publications servant à l'étude de la doctrine.

Selon les Témoins de Jéhovah, la Bible condamne clairement l'utilisation d'images, de statues ou de crucifix. C'est pourquoi ils n'acceptent pas leur utilisation dans leur culte[83].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blandre 1991, p. 109-111
  2. (en) "Jehovah's Witnesses build meeting hall in Boca Raton", par Rachael Joyner, South Florida Sun-Sentinel, 29 juin 2007 :

    « Kingdom Hall projects are coordinated by regional building committees, which keep a database of members who do everything from carpentry to plumbing. The skilled professionals oversee and teach other volunteers. »

  3. (en) "Katy Jehovah's Witnesses construct facility", par Kimberly Pina, Chronicle, 30 juin 2007 :

    « The construction project was coordinated through the Jehovah's Witnesses regional building committee made up of members from the Houston area. »

  4. (en) "'Extreme Makeover'", par Joshua Roberts, Craig Daily Press, 9 juin 2007 :

    « The group orchestrating the renovation — the Northwest Colorado Regional Building Committee, a branch of the Jehovah’s Witness church — is the same organization that constructed the building in 1980. »

  5. Que recevons-nous à nos réunions ?, Qui fait la volonté de Jéhovah ? Partie 7
  6. La vie quotidienne sur UNADFI
  7. Qu’apportent nos réunions chrétiennes ?, Qui fait la volonté de Jéhovah ? Partie 5
  8. Cette expression désigne le Collège Central, voir esclave fidèle et avisé dans la TJ-Encyclopédie
  9. Qu’est-ce que le culte familial ?, Qui fait la volonté de Jéhovah ?, Partie 10
  10. Comment bien se préparer pour les réunions ?, Qui fait la volonté de Jéhovah ?, Partie 10
  11. Quel est le rôle des surveillants itinérants ?, Qui fait la volonté de Jéhovah ?, Partie 17
  12. Pourquoi avons-nous de grandes assemblées ?, Qui fait la volonté de Jéhovah ?, Partie 11
  13. Mémorial du sacrifice de Jésus
  14. Blandre 1987, p. 116-118
  15. Luc 22:19
  16. Introvigne 1990, p. 84
  17. Quelles sont nos méthodes de prédication?, Qui fait la volonté de Jéhovah ?, Partie 12
  18. Penton 1985, p. 242
  19. Liberté chrétienne, p. 164
  20. Dominique Dott, Les Témoins de Jéhovah, théocratie apocalyptique, Atlantica,‎ 2009, 482 p. (ISBN 9782758802716), p. 142 à 144
  21. Blandre 1991, p. 26
  22. Vivien 2003, p. 71
  23. (en) Heather Botting et Gary Botting, The Orwellian World of Jehovah's Witnesses, University of Toronto Press,‎ 1984 (ISBN 0802065457), p. 52
  24. Introvigne 1990, p. 107-109
  25. Blandre 1991, p. 195
  26. Introvigne 1990, p. 99-101
  27. Penton 1985, p. 191
  28. Les Témoins de Jéhovah - Pour un christianisme original, Philippe Barbey, L'Harmattan, 2003, p. 130 (ISBN 2-7475-4064-2)
  29. La Croix, lundi 6 août 2001, p. 3
  30. TÉMOINS DE JÉHOVAH - Rapport de synthèse, réf. MHI-MVN 98-204, octobre 1998, SOFRES.
  31. "Les Témoins de Jéhovah - Pour un christianisme original, de Philippe Barbey
  32. Comment identifier "Babylone la Grande" Qu’enseigne réellement la Bible ?, pp. 219, 220
  33. Penton 1985, p. 70-71
  34. Beckford 1975, p. 202 : « The ideological argument states that, since absolute truth is unitary and exclusive of all relativisation, there can only 'logically' be one human organization to represent it. Consequently, all other religious organizations are in error and are to be strictly avoided. The absolutist view of truth further implies that, since anything less than absolute truth can only corrupt and destroy it, there can be no justification for Jehovah's witnesses having any kind of association with other religionists, however sincere the motivation might be. »
  35. Louis Lecoin, Le Cours d'une vie, L. Lecoin,‎ 1965, 347 p. : « Assurément, ce ne sont pas les objecteurs de conscience que nous préférons. L'objection de ceux-là est particulière et généralement puisée non en eux-mêmes mais dans les Commandements d'un Dieu obéi en tout aveuglément [...] Mais - que ça plaise ou non - ce sont eux qui, depuis quelques années, peuplent les prisons après avoir répudié l'armée et la guerre. »
  36. Penton 1985, p. 142-145
  37. Dans les années 1930, elles ont parfois été critiquées en raison du soutien apporté à certains traitements ou remèdes douteux, ainsi qu'à l'invention, la promotion et la vente de gadgets relevant de la pseudo-science. Kenneth G. Raines, « La Société Watchtower et le charlatanisme médical », sur TJ-Recherches (consulté le 25 janvier 2012)
  38. Holden 2002, p. 28
  39. (en) Jerry Bergman, Blood transfusions : A history and evaluation of the religious, biblical and medical objections, Witness Inc.,‎ 1994, p. 33
  40. Témoins de Jéhovah - Rapport de synthèse, réf. MHI-MVN 98-204, octobre 1998, SOFRES : « Le suivi médical des Témoins de Jéhovah ne révèle pas non plus de comportement atypique : 97 % ayant un médecin traitant à qui ils font généralement appel, et 78 % ayant déjà été hospitalisés. »
  41. Penton 1985, p. 153
  42. Holden 2002, p. 91
  43. Introvigne 1990, p. 89
  44. (en) Heather Botting et Gary Botting, The Orwellian World of Jehovah's Witnesses, University of Toronto Press,‎ 1984 (ISBN 0802065457), p. 29–30
  45. Blandre 1987, p. 102-103
  46. Introvigne 1990, p. 90 : « Ces dernières années, évidemment, les Témoins de Jéhovah ont tiré profit des cas où il y avait eu transfusion d'un sang contenant le virus du Sida. »
  47. Miviludes, « Thèse de médecine : Risques d'atteinte à l'intégrité physique encourus par les adeptes de sectes »,‎ 2007 (consulté le 25 janvier 2012)
  48. [PDF] « Transfusions de globules rouges homologues : produits, indications, alternatives », sur AFSSAPS,‎ 2002 (consulté le 15 juin 2012), p. 56
  49. (en) David Reed, « Blood on the Altar », Journal of the American Medical Association, vol. 277, no 5,‎ 5 février 1997, p. 425
  50. Holden 2002, p. 109–112
  51. Blandre 1987, p. 133 : « La Société de la Tour de Garde divise les individus en trois catégories : les profanes, ou « ennemis de la vérité », les postulants, en cours d'instruction et de conversion appelés « amis de la vérité », et les Témoins « dans la vérité ». Elle recommande formellement de réduire les contacts avec les premiers aux seules relations de travail et de prosélytisme, car étant « sous l'emprise de Satan » ils peuvent les détourner des « principes divins ». »
  52. Holden 2002, p. 12
  53. Liberté chrétienne, p. 219 : « Des personnes parmi les Témoins ont été exclues pour avoir célébré des anniversaires. »
  54. Liberté chrétienne, p. 116-118 : « Noël était célébré au quartier général de Brooklyn (avec des cadeaux, des guirlandes et tous les éléments traditionnels utilisés pour cette fête) au moins jusqu'en 1926. »
  55. Penton 1985, p. 66
  56. Holden 2002, p. 25
  57. a et b Holden 2002, p. 130-131
  58. Jacquette 2007, p. 39, selon l'auteur, il était interdit de posséder des figurines des Schtroumpfs dans sa famille, ceux-ci étant considérés comme démoniaques.
  59. Holden 2002, p. 153
  60. Introvigne 1990, p. 114-115 : « Globalement, trois soirées de la semaine sont consacrées au mouvement [...]. Cela ne signifie pas que l'engagement du Témoin de Jéhovah se réduit à trois réunions hebdomadaires. Les réunions, en effet, doivent être préparées, et concrètement, le bon Témoin de Jéhovah consacre chaque jour - avec l'aide d'un recueil d'extraits commentés de la Bible - un certain temps à l'étude »
  61. Blandre 1987, p. 131
  62. Blandre 1987, p. 132
  63. a et b Introvigne 1990, p. 116
  64. Liberté chrétienne, p. 308, 339-345
  65. a et b Françoise Champion et Martine Cohen, Sectes et démocratie, Université du Michigan, Éditions du Seuil,‎ 1999, 391 p. (ISBN 9782020312097), p. 115 à 120, « Les Témoins de Jéhovah : vers une sortie de la logique sectaire ? » par Régis Dericquebourg
  66. Liberté chrétienne, p. 269
  67. Beckford 1975, p. 89, 95, 103, 120, 204, 221
  68. Rogerson 1969, p. 50
  69. Vivien 2003, p. 109
  70. Crise de Conscience, p. 430 : « Nombre de Témoins de Jéhovah trouvent incroyable que j’ai été exclu pour avoir pris un repas avec un homme [qui était exclu], Peter Gregerson. Certains soutiennent que cela n’est pas possible. Je crois que la correspondance qui suivit le met en évidence. »
  71. Blandre 1987, p. 139-140, postface de Régis Dericquebourg.
  72. Liberté chrétienne, p. 326 : « Notre drame continue. Le 5 janvier, ma femme et nos mères respectives (veuves de 72 et 77 ans) ont été exclues par les anciens de la congrégation de Wilmot Flat. Cette incalculable cruauté nous fend le cœur. Le dernier lien de communication avec notre fille Témoin est maintenant douloureux. Ma femme perdra aussi le contact avec ses deux sœurs et leurs familles. Ma propre mère sera probablement rejetée par ses trois petites filles qui restent Témoin de Jéhovah. Le pire de tout, ma belle mère sera sans aucun doute rejetée par ses deux filles, ses neuf petits enfants et ses quatre arrières petits enfants. Tout cela à cause des règles de la Société Watch Tower. »
  73. Blandre 1987, p. 133-139
  74. Jean-Luc Porquet, « Si tu es gai, Harmaguédon », Le Canard enchaîné,‎ 15 octobre 1997 (lire en ligne) : un Témoin de Jéhovah corrézien de 31 ans, déprimé après une exclusion temporaire, se suicide.
  75. Holden 2002, p. 165
  76. a, b et c Holden 2002, p. 163
  77. Jacquette 2007, p. 216 et 217 : « Papa, tu me manques, vous me manquez. » [...] « Tu nous manque aussi, Nicolas, mais tu sais bien comment ça fonctionne... »
  78. Liberté chrétienne, p. 325-339
  79. Devrions-nous célébrer les fêtes ?, Qu’enseigne réellement la Bible ? p. 222-224
  80. Jésus est-il né en décembre ?, Qu’enseigne réellement la Bible ? p. 220, 221
  81. "Mis en cause et affaiblis, les Témoins de Jéhovah veulent améliorer leur image", Le Monde, 7 août 2001 :

    « [À propos d'une assemblée des Témoins de Jéhovah à Villepinte] : Tous assistent, Bible et crayon en main et avec une attention étonnante, aux prêches et témoignages prévus au programme, avant de chanter fièrement des cantiques. »

  82. Blandre 1991, p. ?
  83. Pourquoi les vrais chrétiens ne se servent pas de la croix dans leur culte pp. 204-206

Publications de la société Watchtower[modifier | modifier le code]

  1. Les Témoins de Jéhovah - Prédicateurs du Royaume de Dieu
  2. Les Témoins de Jéhovah - Prédicateurs du Royaume de Dieu, 1993, p. 326
  3. La Tour de Garde, 15 mars 2000, pp. 15 à 20 :

    « Comment, en effet, pouvons-nous espérer tenir bon sous la pression de ce système sans la force que donne une alimentation spirituelle saine et régulière ? En fait, privés de rassemblements réguliers nous pourrions être tentés de quitter purement et simplement 'le sentier des justes'. (Proverbes 4:18.) (...)6 Hébreux 10:25 nous donne une autre raison importante d'être réguliers aux réunions. Dans ce verset, l'apôtre Paul exhorte les chrétiens à se rassembler 'd’autant plus qu’ils voient approcher le jour'. Effectivement, ne perdons pas de vue que le 'jour de Jéhovah' approche (2 Pierre 3:12). Si nous en arrivions à penser que la fin du système actuel n’est pas pour tout de suite, nous ne tarderions pas à laisser des centres d’intérêt personnels prendre le pas sur des activités spirituelles aussi nécessaires que l’assistance aux réunions. »

  4. a et b 2014 — Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watchtower,‎ 2014 (lire en ligne)
  5. « Rapport mondial », sur site officiel de la Watchtower (consulté le 17 janvier 2012)
  6. La connaissance qui mène à la vie éternelle, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 2002, 255 p. (ISBN 9782911291272), p. 180 : « Avez-vous le désir sincère de recevoir la marque réservée à ceux qui servent Dieu ? Cette marque inclut l’offrande de soi et le baptême, qui sont indispensables pour être sauvés. »
  7. La Tour de Garde, 15 novembre 1998, p. 12
  8. « Devriez-vous être baptisé ? », La Tour de Garde, 1er avril 1993, p. 6
  9. "Pourquoi se faire baptiser ?", La Tour de Garde, 1er avril 2002, p. 11
  10. "Questions des lecteurs", La Tour de Garde, 15 novembre 1986, p. 31
  11. "Questions des lecteurs", La Tour de Garde, 1er avril 1995, p. 30
  12. Annuaire 2002 des Témoins de Jéhovah, p. 237
  13. "D'après la Bible... Devriez-vous être rebaptisé" ?, Réveillez-vous !, 8 janvier 1994, pp. 26,27
  14. La Révélation : le grand dénouement est proche !, p. 205
  15. Gardez-vous dans l'amour de Dieu, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 2008, 223 p., p. 213 : « Les Témoins de Jéhovah considèrent que s’incliner devant un drapeau ou le saluer — ce qui se fait souvent au son d’un hymne — est un acte religieux qui consiste à attribuer à l’État ou à ses dirigeants — et non à Dieu — la capacité de sauver l’être humain (Isaïe 43 : 11 ; 1 Corinthiens 10 : 14 ; 1 Jean 5 : 21). [...] Les vrais chrétiens respectent le droit des autres de voter. Ils ne font pas campagne contre les élections et ils coopèrent avec les autorités élues. Toutefois, ils gardent une stricte neutralité quant aux affaires politiques des nations (Matthieu 22 : 21 ; 1 Pierre 3 : 16). »
  16. (en) « Chirurgie », Consolation,‎ 25 décembre 1940, p. 19. Description favorable d'une transfusion sanguine effectuée sur une femme qui s'était tirée une balle dans le cœur.
  17. « La véritable valeur du sang », Réveillez-vous !, Watchtower Bible and Tract Society,‎ août 2006, p. 12
  18. « Des jeunes qui accordent à Dieu la priorité », Réveillez-vous !, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 22 mai 1994, p. 2
  19. « Tenons-nous éloignés du faux culte ! », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 15 mars 2006, p. 30 : « Nous sommes séparés du monde en ce sens que nous rejetons les états d’esprit, les propos et les comportements qui offensent Jéhovah (1 Jean 2 : 15-17). De plus, conformément au principe qui veut que « les mauvaises compagnies ruinent les habitudes utiles », nous évitons les amitiés intimes avec des personnes qui ne respectent pas les normes morales chrétiennes (1 Corinthiens 15 : 33). »
  20. « Les jeunes s’interrogent... Comment bien s’amuser ? », Réveillez-vous !, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 22 septembre 1996, p. 21-23
  21. « Les bandes dessinées - Sont-elles recommandées pour vos enfants ? », Réveillez-vous !, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 22 septembre 1983, p. 8-10
  22. « Coup d’œil sur le monde », Réveillez-vous !, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 22 septembre 1978, p. 31 : « Les programmes de télévision qui présentent des super-héros du genre « Superman », « Batman », etc., ont un effet néfaste sur les jeunes spectateurs. »
  23. « Comment aider les jeunes dans le monde moderne », Réveillez-vous !, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 22 mars 2007, p. 5-6
  24. « Montrez-vous prêt pour le jour de Jéhovah », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 15 décembre 2003, p. 24 : « Bien qu’il puisse être utile d’avoir un certain niveau d’instruction pour trouver du travail, il s’avère que certains se sont fait beaucoup de tort sur le plan spirituel en poursuivant de longues études supérieures. Quelle situation dangereuse alors que le jour de Jéhovah approche ! »
  25. « Un temps pour parler » — Dans quel cas ? », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 1er septembre 1987, p. 15 : « Il peut arriver que, poussé par ses convictions personnelles fondées sur sa connaissance de la Parole de Dieu, un serviteur fidèle de Dieu décide de forcer, voire d’enfreindre, l’obligation au secret professionnel parce qu’elle s’efface devant la loi divine. Il lui faudra pour cela faire preuve de courage et de discernement. L’objectif n’est pas d’empiéter sur la liberté des autres, mais d’aider ceux qui s’égarent et de préserver la pureté de la congrégation chrétienne. »
  26. « Ne donnez pas de champ au diable ! », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 15 mars 1986, p. 18 : « Ceux qui critiquent l’organisation estiment parfois qu’elle est trop stricte quand elle nous demande de ne pas entretenir de relations amicales avec des personnes exclues (II Jean 10, 11). Mais pourquoi ont-ils ce sentiment ? Ne serait-ce pas parce qu’ils font passer des liens familiaux ou une conception erronée de l'amitié avant la fidélité à Jéhovah, à ses principes et à ses exigences ? »
  27. « Ne donnez pas de champ au diable ! », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 15 mars 1986, p. 12 : « Et vous, que feriez-vous si vous entriez en contact avec les idées d’un apostat, avec des raisonnements perfides visant à vous convaincre que les croyances des Témoins de Jéhovah sont fausses ? Par exemple, quelle serait votre réaction si, en ouvrant une lettre qui vous est destinée, vous vous aperceviez aussitôt qu’elle émane de ce genre de personne ? La curiosité vous pousserait-elle à la lire, ne serait-ce que pour savoir de quoi elle parle ? Peut-être vous diriez-vous : « Je ne risque rien. Je suis suffisamment fort dans la vérité. Et de toute façon, nous n’avons rien à craindre si nous possédons la vérité. Celle-ci sortira victorieuse de l’épreuve. » Pour avoir raisonné de la sorte, certains ont nourri leur esprit de pensées erronées et ils se sont mis à douter sérieusement. »
  28. « Ne laissez pas les doutes miner votre foi », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 1er juillet 2001, p. 18-21
  29. « Le bon point de vue sur l’exclusion », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 15 décembre 1981, p. 23 : « Nous savons tous par expérience qu’un simple « bonjour » peut constituer le premier pas vers une conversation et peut-être vers une amitié. Voulons-nous faire ce premier pas avec une personne exclue ? »
    « Rejetez l’apostasie, cramponnez-vous à la vérité ! », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 1er juillet 1983, p. 24 : « Aucun Témoin de Jéhovah fidèle de notre époque ne voudra saluer un apostat exclu ou qui s’est retiré volontairement de la congrégation, ni faire de son foyer chrétien un lieu d’où se répandraient des erreurs doctrinales. »
  30. « La fidélité chrétienne éprouvée par l’exclusion d’un parent », Ministère du Royaume, Watchtower Bible and Tract Society,‎ août 2002, p. 4 : « La situation est différente si la personne exclue ou qui s’est retirée volontairement est un parent qui vit en dehors du foyer ou du cercle familial immédiat, déclare La Tour de garde du 15 avril 1988, page 28. Il sera peut-être possible de n’avoir presque aucun contact avec lui. Même si des questions familiales rendent nécessaires des contacts, ceux-ci devraient certainement être réduits au minimum. »
  31. « La traîtrise - Un signe des temps », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 15 avril 2012, p. 12 : « Jéhovah nous observe pour voir si nous respecterons son commandement de ne pas avoir de contacts avec quiconque est excommunié. [...] Afin d’illustrer combien il est salutaire pour une famille dont un membre est excommunié de respecter ce commandement, arrêtons-nous sur le témoignage d’un jeune homme. Celui-ci est resté excommunié pendant plus de dix ans. Dès le départ, son père, sa mère et ses quatre frères ont « cessé de le fréquenter », et ils se sont tenus à leur décision. Il essayait parfois de s’associer à leurs activités, mais chacun d’eux est resté ferme en n’ayant aucun contact avec lui. Après sa réintégration, il a confié que sa famille lui avait toujours manqué, surtout le soir quand il était seul. Il a reconnu cependant que si les siens l’avaient fréquenté ne serait-ce qu’un peu, cela lui aurait suffi. Mais ils ne communiquaient plus avec lui. Le vif désir de profiter de leur compagnie a été l’un des facteurs qui l’ont poussé à tisser de nouveau des liens avec Jéhovah. Si jamais nous sommes tentés d’enfreindre le commandement divin en fréquentant un proche excommunié, repensons à ce témoignage. »
  32. « Quand un membre de la famille est exclu », La Tour de garde, Watchtower Bible and Tract Society,‎ 15 décembre 1981, p. 29 : « Les chrétiens estimeront parfois qu’il leur est impossible de recevoir un parent exclu ou qui s’est retiré volontairement, lors d’une réunion où d’autres membres de la famille sont invités. Mais ces chrétiens peuvent trouver leur joie dans la fréquentation des membres fidèles de la congrégation, en se rappelant ces paroles de Jésus : « Quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère. » — Marc 3 : 35. »
  33. « Réponses à vos questions », Ministère du Royaume, Watchtower Bible and Tract Society,‎ avril 1975, p. 4 : « En règle générale, les exclus ne sont pas invités aux réunions qui se tiennent dans les foyers privés. Le livre Organisation (page 172) dit à ce sujet : « À condition de se conduire convenablement, un exclu peut assister aux réunions ouvertes au public et tenues dans la Salle du Royaume. Bien entendu, personne ne le saluera, et il n’a pas le droit d’assister aux réunions tenues dans un foyer privé. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]