Joseph Franklin Rutherford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rutherford.

Joseph Rutherford

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Joseph F. Rutherford en 1917.

Nom de naissance Joseph Franklin Rutherford
Naissance 8 novembre 1869
Versailles, Missouri, États-Unis
Décès 8 janvier 1942 (à 72 ans)
San Diego, Californie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession
Activité principale
Président des Témoins de Jéhovah
Conjoint
Mary Malcolm Fetzer

Joseph Franklin Rutherford (8 novembre 1869 - 8 janvier 1942) fut le second président des Témoins de Jéhovah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'une famille d'agriculteurs du comté de Morgan dans le Missouri, il fut élevé dans la religion baptiste. Il étudia le droit contre l'avis de son père, devint greffier pour finir ses études, passa deux ans à partir de 1890 sous la tutelle du juge E.L. Edwards, devint le greffier officiel du 14ème district judiciaire du Missouri puis fut admis au barreau de Boonville le 5 mai 1892, dans le Missouri. Il fut nommé juge remplaçant au même 14e district judiciaire du Missouri où il exerça effectivement le rôle de Juge pendant deux semaines et eut à juger une affaire, c'est pour cette raison qu'il se fit appeler par la suite le Juge Rutherford .

Avant de connaître les Etudiants de la Bible, il fut, semble-t-il, actif en politique.

C'est en 1894 qu'il entra en contact avec le mouvement des Étudiants de la Bible, néanmoins il se fit baptiser en 1906, année où il publia son premier livre « Le salut de l'homme selon le point de vue d'un homme de loi », peu de temps après il devint le conseiller juridique du mouvement. il servit dans ce rôle lors des affaires opposant Charles Russell à sa femme Maria en 1908 en vue de leur séparation, et dans l'affaire du Blé miraculeux.

En 1915, il publia une défense dithyrambique du pasteur Russell, appelée Une grande bataille dans les cieux ecclésiastiques, panégyrique de Russell dans le rôle de David contre Goliath, représentant tous ses opposants religieux, étendus à la totalité des autorités ecclésiastiques du monde entier ! Si Russell accepta ce cadeau, il ne voulut pas néanmoins être associé au projet tout en acceptant d'en informer les lecteurs de La Tour de garde pour qu'ils le commandent.

Rutherford quitta le Béthel cette année-là pour reprendre son activité d'avocat à Monrovia près de Los Angeles pour une chaîne de magasins. À cette occasion, il demanda une fort dédommagement financier de 1500 $ de l'époque à Russell qui l'accepta, cette demande laisse sous-entendre que c'est donc Russell qui aurait demandé à Rutherford de quitter le Béthel. C'est en raison de cette demande, et des distances de Russell sur le livre de Rutherford que certains opposants ont évoqué à l'époque, le froid qui aurait existé entre Russell et Rutherford, les dernières années de vie du Pasteur. Néanmoins cet avis mérite d'être nuancé par le fait que Russell n'a pas demandé la radiation de Rutherford des directeurs de la Société, ni n'a cherché quelqu'un d'autre pour être son dépositaire testamentaire. De plus, Rutherford participe toujours comme orateur aux assemblées, il est un des orateurs aux côtés de Russell le 15 juillet 1915 à l'assemblée de Springfield, Massachusetts et il est le président de l'assemblée de Los Angeles du 2 au 10 septembre 1916. On peut néanmoins se demander si ce n'est pas peu de responsabilités pour un directeur de la Société, de plus à partir de 1913, Russell n'a plus eu la majorité des actions de la société Watchtower et n'a pas pu à partir de cette date agir à sa guise avec les directeurs comme il reconnaissait le faire dans une Tour de garde de 1890. L'énigme reste donc entière, on peut néanmoins affirmer que Rutherford n'était pas vu par Russell comme son successeur le plus probable.

L'élection de Rutherford à la présidence[modifier | modifier le code]

Joseph Franklin Rutherford

Le jour même de la mort de Russell, Alexandre H. Macmillan alors manager général en l'absence de Russell au Béthel de Brooklyn, intercepta un télégramme de Menta Sturgeon, alors secrétaire particulier de Russell, envoyé à sa femme annonçant le décès du Pasteur. Il en avertira immédiatement Rutherford alors à une assemblée à Oakland dans le Marynland qui décida de partir dans l'urgence pour le Béthel car il était le dépositaire testamentaire du Pasteur Russell.

Deux jours après, le conseil des directeurs élira à la place de Russell, A.N Pierson et nommera un comité exécutif de trois directeurs chargé de l'intérim: A.I. Ritchie, W.E. Van Amburgh et J.F. Rutherford. Ce comité sera lui-même supervisé par le comité des directeurs dans son ensemble.

Très vite le dynamisme et la connaissance de la loi de Rutherford le désigne comme possible candidat à la présidence bien que selon une interview au Brooklyn Daily Eagle de Macmillan, c'est le vice-président Ritchie qui est le favori. La Société Watchtower était à l'époque une société d'édition dont la nomination des dirigeants revenaient aux actionnaires. Avait droit à un vote, toute personne donnant 10$. Chaque donation supplémentaire de 10$ donnait droit à un vote supplémentaire. C'est le 6 janvier 1917, que Rutherford finalement seul candidat, est élu par les actionnaires comme président, Pierson comme vice-président et Van Amburgh comme secrétaire et trésorier. Un fait parmi bien d'autres montre que Rutherford savait qu'il allait être élu président : avant même cette élection, sa biographie a été envoyée aux journaux éloignés une semaine avant l'élection, pour qu'elle paraisse le jour de l'annonce de son élection.

Avant cette élection Rutherford avait pris soin d'interdire au comité des 5 "sœurs" de voter. Ce comité était chargé par Russell de gérer les droits de vote qu'il possédait de son vivant et représentait, avant sa mort, près de 1/5 des droits de vote. Par la suite, c'est Rutherford qui utilisera ces droits de vote, contre la volonté de Russell qui n'avait pas prévu qu'ils soient utilisés par le président.

Sachant qu'il allait être élu, Rutherford, prépara avant l'élection des arrêtés (ou 'By-Law') à faire voter par les actionnaires. Le jour de l'élection, un comité de trois 'frères' a été chargé d'examiner et de modifier ces arrêtés. Néanmoins, ayant pris le droit de le faire, Rutherford leur interdira l'accès de l'estrade jusqu'à ce qu'ils décident de ne pas en modifier une ligne. Ces arrêtés donnaient les pleins pouvoirs au président et à lui seul, on est donc pas étonné de la controverse. De plus, cette action n'avait aucune légalité, les actionnaires n'avaient pas le droit de faire passer des 'By-Laws', Rutherford utilisa cet artifice pour obliger les directeurs à les voter par la suite, eux seuls en ayant le droit. Ce vote eut lieu un jour où 5 des 7 directeurs étaient présents au Béthel. Ainsi l'idée de Russell d'un "Collège Central" dirigeant l'œuvre après sa mort, était enterrée chez les Témoins de Jéhovah pour 60 ans encore.

La personnalité de Rutherford[modifier | modifier le code]

Joseph Franklin Rutherford est connu comme ayant eu des problèmes avec l'alcool, les femmes et l'autorité. Il chassa du siège de la Société des Témoins de Jéhovah Olin Moyle qui avait dénoncé ses agissements d'ivrogne brutal, mais ce dernier remporta son procès contre Rutherford en octobre 1940.

Bill Cetnar ou Hayden Convington anciens membres du Béthel de Brooklyn, affirment que Rutherford n'avait été juge temporaire que durant 4 jours et qu'il usurpait donc le titre de "Juge".

Dès son arrivée au pouvoir, Rutherford vécu séparé de sa femme et de son fils. Georges H. Fisher, l'un des auteurs du livre "Le Mystère Accompli" rapporta que lors du show "Artists and Models" au Al Jolson's Winter Garden Theater de New-York en 1926, lieu de danses pour femmes nues, Rutherford avait été vu au bras d'une jeune inconnue.

Le 1er avril 1937, Walter F. Salter de la filiale du Canada révéla que Rutherford se faisait livrer au Béthel des caisses de Whisky, Brandy et autres alcools pour des milliers de dollars de l'époque, ne respectant pas les lois de la prohibition.

Nathan Homer Knorr, l'un des Présidents de l'Organisation des Témoins de Jéhovah expliqua que Rutherford "pouvait faire ce qu'il veut avec l'argent de la Société sans contrôle des directeurs". Pratiquement tout le monde à l'époque l'appelait "Papa". Ainsi Rutherford, au moins au Béthel de Brooklyn, semblait exercer une sorte de pouvoir papal.

En 1929, une grande villa d'une dizaine de pièces appelée Beth-Sarim[1] fut construite grâce aux offrandes des fidèles en Californie afin d'accueillir les patriarches de l'Ancien Testament ; cette attente ne s'étant pas réalisée, Rutherford y vécut, avant que la Société Watchtower ne décide de la vendre après la mort de ce dernier[2]. William Heath, fils du vice-président de l'époque de Coca-Cola et époux de Bonnie Boyd Heath devint avec elle secrétaire particulier de Rutherford. Ayant conservé des parts dans la distribution de la boisson Coca-Cola en Californie, il a offert de nombreux cadeaux à Rutherford dont une voiture particulière et la majeure partie de la propriété Beth-Sarim.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Time Magazine, 31 mars 1930
  2. Salvation, p. 311 : « At San Diego, California, there is a small piece of land, on which, in the year 1929, there was built a house, which is called and known as Beth Sarim. The Hebrew words Beth Sarim mean 'House of the Princes;' and the purpose of acquiring that property and building the house was that there might be some tangible proof that there are those on earth today who fully believe God and Christ Jesus and in His kingdom, and who believe that the faithful men of old will soon be resurrected by the Lord, be back on earth, and take charge of the visible affairs of earth. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James A. Beckford, The Trumpet of Prophecy: A Sociological Study of Jehovah's Witnesses, Oxford, Basil Blackwell,‎ 1975 (ISBN 0-631-16310-7)
  • (en) A.H. Macmillan, Faith on the March, Prentice-Hall,‎ 1957 (lire en ligne)
  • (en) James M. Penton, Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, 2nd,‎ 1997 (ISBN 0-8020-7973-3)
  • (en) Alan Rogerson, Millions Now Living Will Never Die, Constable, London,‎ 1969 (ISBN 0-09-455940-6)
  • (en) Watch Tower Bible & Tract Society, 1975 Yearbook, Watch Tower Bible & Tract Society,‎ 1975
  • (en) Watch Tower Bible & Tract Society, Jehovah's Witnesses – Proclaimers of God's Kingdom, Watch Tower Bible & Tract Society,‎ 1993
  • (en) Tony Wills, A People For His Name, Lulu Enterprises,‎ 2006 (ISBN 978-1-4303-0100-4)

Sur les autres projets Wikimedia :