Angrogna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Angrogna
Blason de Angrogna
Héraldique
Image illustrative de l'article Angrogna
Nom occitan Angruenha
Nom piémontais Angreugna
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Piedmont.svg Piémont 
Province Provincia di Torino-Stemma.svg Turin 
Code postal 10060
Code ISTAT 001011
Code cadastral A295
Préfixe tel. 0121
Démographie
Gentilé angrognini
Population 882 hab. (31-12-2010[1])
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 00″ N 7° 13′ 00″ E / 44.85, 7.2166744° 51′ 00″ Nord 7° 13′ 00″ Est / 44.85, 7.21667  
Altitude Min. 782 m – Max. 782 m
Superficie 3 800 ha = 38 km2
Divers
Saint patron San Lorenzo
Fête patronale 10 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Angrogna

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Angrogna

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Angrogna

Angrogna est une commune italienne de la province de Turin dans la région Piémont en Italie.


Administration[modifier | modifier le code]

Édiles[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Depuis le 27/05/2007 en cours Mario Malan Liste civique ""
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Baussan,
  • Martel,
  • Pradeltorno,
  • San Lorenzo (le chef lieu en occitan "Ruà della Ghieisa"),
  • Serre

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Le temple à Serre
  • Église Saint Laurent (San Lorenzo).
  • Temple vaudois du Ciabàs.
    Le Temple vaudois du Ciabas (ou Chabàs), situé au hameau de San Lorenzo, occupe l'emplacement où fut construit, en 1555, le premier temple vaudois qui fut aussi le premier que les troupes d'Emmanuel-Philibert "Tête de Fer" détruisirent.
    Reconstruit, il fut livrè aux flammes, en 1655, pendant les Pâques Piémontaises. Reconstruit une troisième fois, il fut rasé, en 1686, pendant le Printemps de sang.
    L'édifice actuel fut construit en 1708, et demeura jusqu'en 1807, le seul lieu de culte autorisé pour la communauté de Saint Jean. Il abrite les sépultures d'officiers allemands ou suisses qui servirent dans les armées de la Maison de Savoie.
    Le plus fameux d'entre eux est Karl-Sigmund von Leutrum dont la carrière servi de base au texte de la chanson populaire piémontaise Barôn Litrôn.
  • Temple vaudois de Pradeltorno.
  • Temple vaudois de Saint Laurent (San Lorenzo).
  • Temple vaudois du Serre.
    Le temple vaudois du Serre occupe l'emplacement de celui qui fut édifié après la Glorieuse rentrée. Le bâtiment actuel fut construit en 1876 à l'initiative du pasteur Bonnet.
  • Stèle commémorative du Synode de Chanforan
    Cette stèle commémore l'emplacement où se réunirent en 1532, les Barbes qui décidèrent de l'adhésion de leur mouvement à la Réforme.

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée école Odin-Bertot.
  • Musée de la femme.

Beautés naturelles[modifier | modifier le code]

  • Grotte de la Gheisa de la Tana.
    La grotte appelée Gheisa d'la Tana est une vaste caverne naturelle qui, comme son nom (l'Église de la grotte) l'indique et selon la tradition locale, servit de refuge et de lieu de culte, aux vaudois, pendant certaines périodes de persécution.
    Edmondo De Amicis l'a évoquée dans son ouvrage «Alle porte d’Italia» (Aux portes de l'Italie)[note 1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Récit de la visite de Edmondo de Amicis à la "Ghieisia d'la tana..., une des merveilles du Val d'Angrogna". Page 205."Guieiza" signifie "église" en Piémontais. "Ghièisa" signifie la même chose en Occitan
    (it) « Alle porte d'Italia.impressione della nuova ed. del 1888, riveduta dall'autore, con l'aggiunta di due capitoli. Edmondo de Amicis. Fratelli Treves - Milano - 1899. », sur http://openlibrary.org/ (consulté le 27 février 2011)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.

Liens externes[modifier | modifier le code]

(it) « Site institutionnel de la Commune d'Angrogne. Territorio e storia (Territoire et Histoire). », sur Commune di Angrogna/Commune d'Angrogne (consulté le 27 février 2011)