Wolfgang Capiton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capiton et Fabricius.

Wolfgang Capiton

Description de l'image  Wolfgang Capito-1750.jpg.
Activités Théologien
Pasteur protestant
Réformateur religieux
Naissance 1478
Haguenau, Alsace
Décès 4 novembre 1541
Strasbourg
Langue d'écriture allemand, latin, hébreu, grec
Mouvement Réforme protestante

Wolfgang Capiton, né en 1478 à Haguenau et mort le 4 novembre 1541 à Strasbourg, est un réformateur et un théologien alsacien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une carrière d'humaniste[modifier | modifier le code]

« Wolfgang Capiton » est la forme francisée du nom latin Wolfgangus Capito ou Wolfgangus Fabricius Capito, formes latinisées de Wolfgang Köpfel, Köpfel signifiant « tête » en allemand (en latin caput).

Wolfgang Capiton est le fils d'Agnes Kapp et de Hans Köpfel, un maître forgeron d'Haguenau. Ses surnoms Fabritius et Faber font d'ailleurs référence à la profession de son père. Il est le cousin de l'imprimeur strasbourgeois Wolf Köpfel[1].

Il fit ses études supérieures à l'Université d'Ingolstadt où il obtint le baccalauréat ès arts en 1501, puis à Heidelberg. À Fribourg-en-Brisgau, il fut maître ès arts (1506/1507), puis licencié en 1512. Il fut avant tout formé pour devenir médecin, mais il étudia aussi le droit et s'appliqua à la compréhension de la théologie, de telle sorte qu'il obtint un doctorat en 1515. Il rejoignit alors les Bénédictins. Durant ses études, il fut formé au contact des humanistes rhénans comme Jacques Wimpfeling, Ulrich Zasius ou Gregor Reisch. Il rencontra à cette époque Matthieu Zell, U. Rhegius et Jacques Sturm, tout comme lui futurs partisans de la Réforme protestante. Il fit également la connaissance de ses futurs adversaires Thomas Murner et Johannes Eck.

Il fut pendant trois ans prédicateur de la collégiale de Bruchsal. S'y sentant un peu à l'étroit, il y occupa une partie de son temps à l'apprentissage de l'hébreu, grâce à ses relations avec Œcolampade et de l'hébraïsant Conrad Pellican. Il fut ensuite appelé à la cathédrale de Bâle en 1515. C'est à ce moment qu'il rencontra Ulrich Zwingli et qu'il engagea une correspondance avec Martin Luther. Engagé comme professeur à l'Université, il put y déployer ses talents, comme en témoignent son commentaire de l'Épître aux Romains, fruit de prédications latines très suivies, sa collaboration à l'édition grecque du Nouveau Testament établie par Érasme, en 1516, ou son manuel d'hébreu publié en 1518. Il prit plusieurs étudiants sous son aile, parmi lesquels le jeune Caspar Hedio.

En 1520, il partit à Mayence suivant en cela la demande d'Albrecht, archevêque de cette ville, qui le nomma rapidement son chancelier. Essayant d'apaiser les tensions religieuses dans la cité, il retarda l'application des édits antiluthériens, tout en modérant le parti luthérien. La même année, il rencontra Frédéric de Saxe. En sa qualité de chancelier, il assista à la diète de Worms. Ayant sympathisé avec Luther, il se rendit lui-même à Wittenberg pour discuter avec lui des réformes que celui-ci proposait[2].

Fuyant la tempête politico-religieuse, il quitta la position brillante qu'il occupait à Mayence, pour s'installer comme prévôt à la collégiale Saint-Thomas de Strasbourg, en 1523. Il acquit le droit de bourgeoisie dès le 7 juillet.

La cour intérieure maison Capiton place Saint-Thomas à Strasbourg (1902).
– Coll. BNUS.

La Réforme strasbourgeoise[modifier | modifier le code]

En 1524, il embrassa la Réforme dans la précipitation des évènements qui eurent lieu à Strasbourg et sous l'influence de son ami Matthieu Zell. Animé par l'expérience nouvelle d'un peuple urbain avide de la parole de Dieu, il publia une apologie personnelle à l'intention de l'évêque de Strasbourg et fit un appel aux clercs mariés et excommuniés[3]. Sa cause finit par se confondre avec celle de la Réforme strasbourgeoise, à tel point qu'il en prit la tête contre ses opposants. Il se maria alors avec Agnes Rottel, fille d'un membre du Conseil des XV, puissant conseil de Strasbourg chargé de gérer les finances de la ville. Son mariage, ainsi que son élection à la cure de Saint-Pierre-le-Jeune lui permirent d'asseoir son rôle religieux au sein de la ville.

Autrefois élitiste religieux, préférant les livres à l'engagement social, il prit activement part à la vie de la cité. Dès 1524, il donna des cours d'exégèse de l'Ancien Testament, dont témoigne sa publication de plusieurs commentaires bibliques. Dans le cadre de ses activités pastorales, il fit imprimer un catéchisme (Kinderbericht) en 1527. Il intervint également à Altorf aux côté de Bucer et de Zell afin d'apaiser une révolte paysanne. Enfin, il mena une campagne de libelles et de pétitions auprès du Magistrat pour demander la suppression totale de la messe catholique romaine, qu'il obtint en 1529. En 1530, Capiton rédigea un document, resté inédit, où il retraçait le cours des événements et des réformes qu'il y avait eu pendant huit ans, afin de justifier, devant l'opinion, les transformations imposées par la nécessité de maintenir l'ordre.

De tous les réformateurs, c'est lui qui montra, à cette époque, le plus d'indulgence envers les membres de la Réforme radicale. Pendant toute une phase de son développement théologique, il fut en effet très proche du spiritualisme anabaptiste, n'hésitant pas à abriter plusieurs membres de cette tendance, notamment Michel Servet[2]. Le spiritualisme qu'il afficha dans la dédicace de son commentaire du livre d'Osée à Marguerite de Navarre inquiéta d'ailleurs beaucoup Bucer et les autres réformateurs.

Cependant, son tempérament mélancolique, sans doute exacerbé par le décès de sa femme, ainsi que ses doutes théologiques et des difficultés financières, poussèrent Capiton à s'effacer progressivement devant Bucer[3]. Il abandonna également progressivement toute velléité sectaire, pour se consacrer à l'œuvre d'union entre les Églises et à ses propres travaux. Ainsi, en 1533, il traduisit en allemand l'ouvrage unioniste d'Érasme De sarcienda Ecclesia concordia. Le « Synodus de Berne », sans doute élaboré en grande partie par lui, reflète la tendance unioniste de sa pensée, Capiton souhaitant une alliance avec les Suisses à la mort de Zwingli. C'est aussi avec cet esprit qu'il participa à la rédaction de la Concorde de Wittenberg (21-28 mai 1536).

De 1532 à sa mort, il ne cessa de voyager en Suisse et en Allemagne, restant un interlocuteur privilégié des réformateurs qui y demeuraient. Il prit part à toutes les diètes et conférences (à l'exception de celles de Ratisbonne), c'est-à-dire aux transactions ecclésiastiques convoquées afin de pacifier les différends entre les religions, ancienne et nouvelle. Il fut ainsi présent à la deuxième conférence de Zurich et à la conférence de Marbourg et, avec Bucer, dessina les Confessio Tetrapolitana (la Confession tétrapolitaine), dont il rédigea vraisemblablement l'article eucharistique. Il assista également aux colloques religieux de Haguenau (1540) et de Worms (1540-1541).

Durant les dernières années de sa vie, sa pensée tendit de plus en plus vers l'objectivité religieuse et vers un esprit plus « catholique », surtout dans le domaine de l'ecclésiologie et de la doctrine des sacrements. Pendant longtemps, ses deux derniers ouvrages, la Responsio de Missa (1537) et l'Hexemeron Dei opus explicatum a Vuolphgango Fa (1539) furent négligés par l'historiographie[4]. Ils prouvent pourtant qu'il quitta définitivement à cette époque son idéalisme religieux pour se tourner davantage vers des réalités tangibles, notamment en ce qui concerne les devoirs de l'État ou la nécessité de protéger les familles des difficultés économiques[5].

Capiton mourut de la peste en 1541. En 1532, il s'était remarié avec Wibrandis Rosenblatt, veuve d'Œcolampade, qui elle-même se remaria, après la mort de Capiton, avec Bucer.

Postérité de sa pensée[modifier | modifier le code]

Dès 1525, Capiton a hébergé plusieurs Français réfugiés en Alsace, comme Jacques Lefèvre d'Étaples ou Michel d'Arande. En les faisait bénéficier de ses compétences d'hébraïsant, il a pu marquer leurs orientations exégétiques et donc celles de l'évangélisme français. Il influença également Calvin lors du séjour de celui-ci à Strasbourg (1538-1541).

Cependant, c'est surtout l'aspect spirituel de ses travaux qui a marqué les générations suivantes, et notamment le piétisme.

Ses relations avec Martin Cellarius, dont il avait préfacé le De operibus, le firent longtemps soupçonner d'arianisme.

Wolfgang Fabricius Capito par Heinrich Pantaleon (1565-1566)

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Institutionum Hebraicarum libri duo, un manuel d'hébreu
  • Enarrationes in Habacuc et Hoseam Prophetas
  • une Vie d'Œcolampade, écrite avec Simon Grynaeus, Strasbourg, 1617, in-8. (contient un passage sur le synode de Berne (1532))
  • une version en grec de l' Iliade où il se référence comme volfivs cephalaevs ou wolfius cephalaeus.

Les publications de Capiton comprennent 41 titres[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Millet, « Wolfgang (Köpfel) Capiton », dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 6, p. 453.
  2. a et b Otto Erich Strasser, La pensée théologique de Wolfang Capiton dans les dernières années de sa vie, Neuchatel, Secrétariat de l'université, 1938, p.8.
  3. a et b Olivier Millet, « Wolfgang (Köpfel) Capiton », dans op. cit., vol. 6, p. 454.
  4. Otto Erich Strasser, op. cit., p.10.
  5. Otto Erich Strasser, op. cit., p.166.
  6. Olivier Millet, « Wolfgang (Köpfel) Capiton », dans op. cit., vol. 6, p. 455.

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Martin Heimbucher, Prophetische Auslegung : das reformatorische Profil des Wolfgang Fabricius Capito ausgehend von seinen Kommentaren zu Habakuk und Hosea, P. Lang, Frankfurt ; Berlin ; Bern, 2008, 449 p. (ISBN 978-3-631-57759-2).
  • (de) Marc Lienhard, « Evangelische Bewegung ohne Streit und Spaltung ? : die Rolle Wolfgang Capitos, Domprediger in Mainz und Rat des Erzbischofs (1520-1523) », in Irene Dingel et Wolf-Friedrich Schäufele (dir.), Zwischen Konflikt und Kooperation : religiöse Gemeinschaften in Stadt und Erzstift Mainz in Spätmittelalter und Neuzeit, P. von Zabern, Mainz-am-Rhein, 2006, p. 69-86.
  • Olivier Millet, « Wolfgang (Köpfel) Capiton », dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 6, p. 453-455.
  • (en) Erika Rummel et Milton Kooistra (dir.), Reformation sources: the letters of Wolfgang Capito and his fellow reformers in Alsace and Switzerland, Centre for Reformation and Renaissance Studies, Toronto, 2007, 246 p. (ISBN 978-0-7727-2032-0) (actes de congrès).
  • Otto Erich Strasser, La pensée théologique de Wolfang Capiton dans les dernières années de sa vie, Neuchatel, Secrétariat de l'université, 1938, 170 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :