Parc national du Pollino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national du Pollino
Image illustrative de l'article Parc national du Pollino
Mont Pollino
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 63052
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Régions Basilicate
Calabre
Coordonnées 39° 56′ N 16° 07′ E / 39.94, 16.1239° 56′ Nord 16° 07′ Est / 39.94, 16.12  
Superficie 1 925,65 km2[1]
Création 11 mars 1988[1]

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Parc national du Pollino

Le parc national du Pollino est le plus grand parc national d'Italie avec une superficie de près de 2 000  km2.

Il fut créé en 1985 comme simple parc régional, puis devint parc national en 1991 pour préserver la dernière population de pin de Bosnie (Pinus leucodermis ) d’Italie. Le pin de Bosnie est le symbole du parc.

Il compte en son sein près de 56 communes. Il se situe entre la mer Ionienne et la mer Tyrrhénienne c'est-à-dire entre la Calabre et le Basilicate.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le territoire du Parc comprend en tout 56 communes : 32 en Calabre et 24 en Basilicate.

Les communes en territoire calabrais sont : Acquaformosa, Aieta, Alessandria del Carretto, Belvedere Marittimo, Buonvicino, Castrovillari, Cerchiara di Calabria, Civita, Francavilla Marittima, Frascineto, Grisolia, Laino Borgo, Laino Castello, Lungro, Maierà, Morano Calabro, Mormanno, Mottafollone, Orsomarso, Papasidero, Plataci, Praia a Mare, San Basile, San Donato di Ninea, Sangineto, San Lorenzo Bellizzi, San Sosti, Sant’Agata d’Esaro, Santa Domenica Talao, Saracena, Tortora et Verbicaro.

Les communes en territoire de Basilicate sont : Calvera, Castelluccio Inferiore, Castelluccio Superiore, Castelsaraceno, Castronuovo S. Andrea, Carbone, Cersosimo, Chiaromonte, Episcopia, Fardella, Francavilla in Sinni, Latronico, Lauria, Noepoli, Rotonda, San Costantino Albanese, San Giorgio Lucano, San Paolo Albanese, San Severino Lucano, Senise, Teana, Terranova di Pollino, Valsinni et Viggianello.

Parmi celles-ci, certaines ont un intérêt historique et archéologique : Viggianello, Rotonda, Castrovillari, Morano Calabro, Laino Castello, Mormanno, Scalea, Papasidero et Civita, d'autres sont importantes du point de vue socio-culturel, car elles sont communtautés albanaises qui se sont introduites dans le territoire lucaniens et calabrais entre 1470 e 1540. Ce sont les communes de San Paolo Albanese, San Costantino Albanese, San Basile, Lungro, Plataci, Frascineto, Civita.

Le village le plus haut du Parc est Alessandria del Carretto à 1 000 m d'altitude, village qui aujourd'hui encore conserve des traditions culturelles et musicales très anciennes. Parmi les édifices religieux dignes d'intérêt, on trouve la Madone des Armes à Cerchiara, et des couvents, comme celui de Colloreto à Morano Calabro. Dans la Vallée du Mercure, il existe plusieurs sites paléolithiques[Où ?] intéressants (Elephas antiquus, Hippopotamus major).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) « L'Area Protetta », sur Federparchi (consulté le 16 janvier 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]